dimanche 13 novembre 2016

THE WITCHER 3 – BLOOD AND WINE


THE WITCHER 3 – BLOOD AND WINE

Bienvenue à Toussaint, un royaume reculé épargné par la guerre. Le pays des chevaliers errants, des nobles damoiselles et des vignobles d'exception. Le moment est on ne peut plus propice pour le visiter : cette région où règne la vertu est en proie à de violents massacres. Geralt de Riv, le légendaire tueur de monstres, accepte son dernier grand contrat. Blood and Wine offre plus de 30 heures d'aventures, au cours desquelles la beauté côtoie l'horreur et où l'amour rime avec duplicité.


The Witcher 3 – Blood and Wine
Éditeur : Bandai Namco
Développeur : CD Projekt RED
Concepteur : Konrad Tomaszkiewicz
Date de sortie : 31 mai 2016
Pays d’origine : Pologne
Genre : Action-RPG
Mode de jeu : Un joueur
Média : Blu-Ray
Contrôle : Manette
Plate-forme : PS4

Mon avis : Indéniablement, pour ce qui des jeux vidéos, pour ma part, 2016 restera à tout jamais marquer par ce véritable monument vidéoludique qu’est le troisième volet de The Witcher, adaptation d’une série de romans de Fantasy polonais qui, dans ce pays, sont tout bonnement cultes. Flirtant allègrement avec la perfection, The Witcher 3 fait parti de ces softs qui marquent leurs époques, ces mêmes jeux qui donnent l’impression que tout le reste, après, apparait comme étant bien fade… Mais si le jeu principal en lui-même avait déjà de quoi en imposer, les polonais de CD Project Red avaient eu le vice de pousser le bouchon encore plus loin en nous offrant (enfin, pas tout a fait gratuitement non plus) deux DLC de fort belle qualité : Hearts of Stone, dont je vous ai parler il y a quelques mois, et donc, ce Blood and Wine qui se paye le luxe d’être quasiment, a lui seul, presque aussi bon que le jeu initial ! En effet, si Hearts of Stone, malgré ses immenses qualités, était un DLC digne de The Witcher, il n’en possédait pas moins un ou deux petits défauts qui l’empêchaient d’atteindre l’excellence : sa durée de vie, un poil trop courte selon moi, et le manque de dépaysement dut que l’intrigue se déroulait a Velen, c’est-à-dire, dans une contrée qui nous était plus que familière. Fort heureusement, pour ce qui est de Blood and Wine, il en est tout autrement et d’entrée de jeu, ce qui marque le plus les esprits – et les yeux – c’est que coté dépaysement, là, on est plus que gâtés ! Ainsi, adieu a la pluie, la boue et les villages ravagés et faisons place à un royaume ensoleillé, prospère, une végétation luxuriante, des habitations hautes en couleurs et des habitants, ma foi, aux antipodes que ceux auquel on était habitués – particulièrement les fameux chevaliers de Toussaint. Quand a la durée de vie, eh ben, que dire… disons que si Project Red nous avait promis sensiblement vingt heures, dans les faits, nous dépassons allègrement les trente heures ! Ainsi, entre une quête principale bien plus longue que celle de Hearts of Stone et, surtout, tout un tas de quêtes annexes, contrats et chasse aux trésors, disons que notre brave Geralt aura de quoi faire et ne s’ennuiera pas une seule minute… surtout si l’on pense que Toussaint, en taille, rivalise allègrement avec Velen ou Skellige, c’est pour dire ! Bref, vous l’avez compris, Blood and Wine est plus qu’un simple DLC, c’est quasiment un jeu a lui tout seul, une espèce de vrai-fausse suite qui est l’exemple parfait que, jusqu’au bout, les concepteurs ne ce sont jamais moqués de nous, bien au contraire ! Bien entendu, il ne faut pas comparer ce qui n’est pas comparable et oui, le jeu initial reste indépassable, que ce soit scénaristiquement, en durée de vie ou de par ses protagonistes, mais bon, indéniablement, Blood and Wine nous prouve que, en quelque sorte, l’aventure The Witcher aurait put se prolonger encore et encore avec des DLC plus ou moins équivalents – un contrat, un DLC… Mais bon, il n’en fut rien et avec cette seconde extension, il nous faut donc faire nos adieux a Geralt et son univers et franchement, d’un point de vu personnel, après avoir passé presque une année complète avec notre Sorceleur, ce ne sera pas facile de passer a autre chose… ah, que tout risque de me paraitre bien fade désormais…


Points Positifs :
- Si avec Hearts of Stone, les polonais de CD Red Projekt avaient déjà mis la barre très haut, question DLC, avec Blood and Wine, ils nous offrent tout bonnement ce qui est sans nul doute le plus grand DLC de tous les temps, rien que ça ! Presque aussi bon que le soft original, doté d’une longue durée de vie et d’un scénario réussi, et ce, pour une somme plus que convenable (dans les 20 euros), ce DLC est largement supérieur a bien des jeux actuels, ce qui, accessoirement, est grave pour ces derniers…
- Un dépaysement total dans Blood and Wine puisque nous quittons les terres ravagées par la guerre de Velen pour un royaume, Toussaint, verdoyant, en paix et ensoleillé – pour la petite histoire, il est fort rare qu’il pleuve. On passe vraiment du jour à la nuit et ces décors sont un véritable régal pour les yeux !
- Scénaristiquement, la quête principale est plutôt bonne et riche en rebondissements, quand aux quêtes annexes (contrats, chasse au trésor, lutte contre des hordes de brigands, nouvelles armures et pouvoirs), disons que celles-ci sont fort nombreuses et nous occuperont pendant des heures.
- Un casting plutôt bon, ne serais-ce que nos deux vampires, Régis et Dettlaff, oh combien charismatiques, mais n’oublions pas Anna-Henrietta et Syanna…
- Avec Blood and Wine, nous faisons donc nos adieux à Geralt de Riv et à son univers, et, ma foi, pour un final, reconnaissons que celui-ci est plus que réussit.
- Le petit passage dans le pays des contes de fées est assez amusant, ne serais-ce que pour les nombreuses rencontres familières qu’on y fait.

Points Négatifs :
- Dommage que coté animation, les concepteurs n’aient pas fait un petit réajustement sur notre sympathique et fidèle  Ablette, car bon, comment dire, au bout d’un moment, cela devient lassant de voir notre canasson butter bêtement sur le moindre obstacle – parfois, un caillou suffit !
- Quelques petits bugs, ici et la, mais il fait reconnaitre que les petits gars de chez CD Projekt Red ont fait du bon boulot de ce coté là…
- C’en est finit, définitivement, pour Geralt, ah, qu’il va nous manquer désormais…

Ma note : 9/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...