mercredi 2 novembre 2016

ADRASTÉE – TOME 1


ADRASTÉE – TOME 1

Dans la cité de l'Hyperborée, l'héritier des souverains subit depuis son plus jeune âge un lourd fardeau. A chaque fois qu'il boit ou se nourrit, il recrache un drôle de petit caillou de forme ronde. Si cela l'amuse au début, l'enfant arrête très vite et ne mange plus. De façon étonnante, il ne meurt pas. Les années passent et très vite, la légende concernant son immortalité se répand dans tout le royaume. Un jour, l'héritier devient le roi. Sa reine comprend très vite que son époux ne vieillit pas aussi vite qu'elle. Elle ne survit pas au poids des années et le souverain voit ses proches, ainsi que ses sujets, disparaître les uns après les autres. Les années passent, les souvenirs se perdent mais le souverain est toujours là. Son royaume n'est plus et désormais, il erre dans les ruines de celui-ci en disséminant ici et là des petits cailloux de forme ronde...


Adrastée – Tome 1
Scénario : Mathieu Bablet
Dessins : Mathieu Bablet
Couleurs : Mathieu Bablet
Couverture : Mathieu Bablet
Editeur : Ankama éditions
Genre : Aventure, Mythologie
Pays d’origine : France
Langue d’origine : français
Parution : 16 mai 2013
Nombre de pages : 74

Mon avis : Cela faisait un certain temps que je souhaitais me plonger dans cette œuvre un peu particulière qu’est Adrastée, fort belle bande dessinée dont l’intrigue se déroule dans une Grèce mythique. Mais s’il m’a fallut pas mal de temps pour, enfin, trouver l’opportunité de la découvrir, disons que le jeu aura valu la chandelle, ne serais-ce, justement, que pour les magnifiques dessins du sieur Mathieu Bablet, un artiste français que je ne connaissais nullement et dont le style est certes particulier mais oh combien agréable et original, je peux vous l’assurer ! Alors déjà, il faut rendre hommage a l’artiste qui, a lui tout seul, réalise l’intégralité de cette BD : scénario, dessins, couleurs, Mathieu Bablet n’a eu besoin de personne pour nous livrer cette œuvre. Cependant, si l’intrigue en elle-même n’est pas mauvaise, bien au contraire – après tout, on est rapidement captiver par cette histoire d’homme immortel qui voit, justement, cette impossibilité de mourir comme une malédiction – force est de constater que, du moins pour ce qui est de ce premier volume, elle est loin d’atteindre des sommets narratifs ; après tout, le héros se contente de marcher, encore et encore, rencontrant au passage tout un tas de créatures mythiques ainsi que quelques habitants, ici et là… Mais ce qui fait indéniablement la grande force de ce premier volume de Adrastée, ce qui m’avait fortement donné envie, depuis longtemps, de me plonger dans cette œuvre, c’est pour ses dessins : particuliers mais fort plaisants, ceux-ci méritent le détour et posent, d’entrée de jeu, Mathieu Bablet comme un artiste à suivre, surtout que, coté mise en page, cadrages et, surtout, couleurs, c’est tout simplement excellent voir même magnifique par moments ! Bref, pour ma part, j’ai été franchement emballé par ce premier tome de Adrastée, particulièrement, vous l’avez compris, pour ses dessins, mais maintenant, j’espère que le scénario montera en puissance dans le second et dernier volume de cette œuvre, histoire de faire de cette dernière un incontournable… en tous cas, pour sa partie graphique, elle le mérite largement !


Points Positifs :
- Les dessins, bien entendu ! Mathieu Bablet possède un style particulier, certes, mais que l’on peut qualifier sans peine d’original et d’enchanteur. Il faut dire qu’avec une mise en page parfaite, des cadrages forts réussis – certains plans larges méritent le détour – et une colorisation qui est un plus indéniable, nous avons droit a des planches tout bonnement somptueuses par moments !
- Le scénario est en deçà de la partie graphique, indéniablement, cependant, force est de constater qu’il reste néanmoins bon dans son ensemble et que, très rapidement, on a envie d’en savoir davantage sur cet immortel qui vit son état comme une malédiction.
- Mine de rien, une histoire qui donne à réfléchir sur ce que serai l’immortalité…
- Les amateurs de mythologie seront bien évidement aux anges avec les apparitions de créatures et de dieux qui leurs sont familiers, comme, par exemple : une Sphinge, quelques Dieux, un Satyre, Talos, des Harpies, etc. De même, il y a de nombreuses références, directes ou non, aux mythes grecs.

Points Négatifs :
- Scénaristiquement, c’est inférieur aux dessins, incontestablement. Il faut dire que, dans ce premier tome, grosso modo, le héros se contente de marcher, marcher, rencontrer quelqu’un de temps en temps et… marcher… Bien évidement, le second tome devrait nous éclairer davantage sur les tenants et les aboutissements de cette histoire. 
- Il n’y a vraiment rien à redire sur les dessins, c’est sur, quoi que… en quelques occasions, lorsqu’il y a beaucoup de personnages dans une case, c’est un peu fouillis.

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...