mardi 8 novembre 2016

OLIVE ET TOM


OLIVE ET TOM

Olivier Atton, jeune écolier de CM2 arrive dans la ville de Fujisawa pour réaliser son rêve : gagner la Coupe du monde de football. En effet cette ville est très réputée pour ses jeunes talents. Olivier pense s'inscrire à l'école de Saint Francis qui est la meilleure de la ville. Cependant en chemin il va croiser la route d'une bande de copains sympathiques, inscrits eux à l'école rivale : New Pie. Les deux écoles doivent se partager le terrain de la ville mais Thomas Price ne l'entend pas de cette oreille. Le perdant de leur dernière confrontation devait céder le terrain, mais les joueurs de la New Pie s'obstinent. Thomas leur propose alors un défi : chaque capitaine de chaque équipe de New Pie doit tenter de lui mettre un but. Si un seul d'entre eux marque, ils auront le droit au terrain. Mais le gardien de but de Saint Francis repousse une à une les attaques adverses. Olivier décide alors de lui lancer un défi et envoie le ballon jusque dans le jardin de Thomas Price qui capte le ballon et relève le défi. Ils se croisent dans la rue. Thomas ne pense pas une seconde qu'il est pu envoyer le ballon aussi loin et envoie une frappe sur Olivier qui, lui aussi, va retourner le ballon à l'envoyeur en le faisant passer sous un camion.


Olive et Tom
Réalisation : Hiroyoshi Mitsunobu, Isamu Imakake
Scénario : Hiroyoshi Mitsunobu, Isamu Imakake, d’après le manga de Yōichi Takahashi
Musique : Hiromoto Tobisawa
Générique : Hiromoto Tobisawa
Production : Madhouse
Genre : Shōnen, Sport, Football
Titre en vo : Kyaputen Tsubasa
Pays d’origine : Japon
Chaîne d’origine : TV Tokyo
Diffusion d’origine : 13 octobre 1983 – 27 mars 1986
Langue d'origine : japonais
Nombre d’épisodes : 128 x 25 minutes

Casting :
Youko Ogai : Olivier Atton
Hirotaka Suzuoki : Mark Landers
Kouichi Hashimoto : Thomas Price
Eiko Yamada : Ben Becker
Chika Sakamoto : Patty
Nobuo Tobita : Ed Warner
Shintarou Oohata : Danny Mellow
Mie Suzuki : Philippe Callaghan
Reiko Kitou : Julian Ross
Hideyuki Tanaka : Roberto
Hiroko Maruyama : Bruce Harper
Shigeru Nakahara : Paul Diamond
Miki Narahashi : Jason Derrick
Houchu Ohtsuka : Ralph Peterson
Hisao Ohyama : Sandy Winter
Keiichi Nanba : Karl-Heinz Schneider
Yasunori Matsumoto : Louis Napoléon

Mon avis : Les plus jeunes d’entre nous ne le croiraient probablement pas mais il fut un temps, finalement, pas si lointain que cela – les années 80/90 – où un simple dessin animé avait le pouvoir de pousser les enfants et les adolescents à pratiquer un sport : le cas le plus flagrant étant Jeanne et Serge (avec un Serge qui n’apparaissait quasiment jamais mais ceci est une autre histoire), série animée qui fut responsable de bien des vocations en volley-ball… Alors je ne sais pas si Olive et Tom, adaptation du manga a succès de  Yōichi Takahashi, eu la même influence, pour ce qui est du football, probablement pas car les jeunes de mon temps n’avaient pas besoin d’un dessin animé pour se lancer dans la pratique de ce sport, cependant, d’un point de vu personnel, il fut l’un des responsables – avec la Coupe du Monde 1990 – de mon attrait pour un sport qui, jusque là, me laissait plutôt froid… Pourtant, le néophyte qui regarderait un épisode de ce vieux dessin animé – tout cela date tout de même du début des années 80 au Japon – aurait bien du mal, par moments, a y reconnaitre du football tant tout est exagéré dans ces matchs : des gamins qui courent pendant des kilomètres pour remonter le ballon tout en discutant de la marche a suivre, des sauts improbables a sept ou huit mètres de hauteur, des tirs surpuissants qui repoussent gardiens et défenseurs avant de trouer le filet, gardiens qui prennent appuis sur les poteaux lorsqu’ils sont pris a contre pied et autres joyeusetés pullulent dans Olive et TomCaptain Tsubasa pour les intimes. De même, a y regarder de plus prêt, tout cela est tout sauf original puisque l’on retrouve, forcément, le jeune gars idéaliste qui a un but dans la vie et qui rencontrera des adversaires de plus en plus forts sur son chemin, des adversaires qui, pour certains, seront ses ennemis avant de, finalement, apparaitre sous un meilleur jour et finir par devenir ses amis, etc. Bref, rien de nouveau sous le soleil, ou presque… car malgré ma description peu flatteuse envers Olive et Tom, je dois reconnaitre, qu’à coté, j’ai rarement été aussi emballé par un dessin animé de sport comme j’ai put l’être par celui-ci : les matchs sont souvent du grand n’importe quoi, peut importe, les personnages sont tous stéréotypés, et alors, il leur faut dix minute pour remonter le terrain, on l’oublie rapidement… oui, on passe outre toutes ces exagérations, tout ce côté grand guignolesque et on prend plaisir a suivre ces matchs, ces rebondissements et ces personnages qui, finalement, sont tellement attachants. Alors certes, j’ai conscience qu’avec du recul, je ne pense pas qu’un tel dessin animé, s’il sortait de nos jours, ai autant de succès qu’Olive et Tom en son temps, quoi que, pour avoir revu l’intégralité de la série avec mon fils cadet ces dernières semaines, je pense que, encore aujourd’hui, le duel entre Oliver Atton et Mark Landers a de quoi en passionner plus d’un et, qui sait, faire naitre quelques vocations !?


Points Positifs :
- Sans nul doute le dessin animé de sport par excellence, du moins, pour ceux et celles de ma génération. Certes, le football que l’on voit dans Olive et Tom a peu de choses a voir avec le vrai sport, mais bon, une fois que l’on est prit au jeu, que l’on fait l’impasse sur le coté grand guignol des matchs, force est de constater que tout cela devient fort captivant et que l’on prend un plaisir certain a suivre cette série.
- L’une des grandes forces de ce dessin animé est, bien entendu, ses personnages : ainsi, entre Olivier, Mark Landers, Thomas, Ed Warner (mon préféré) et tous les autres, même les plus obscurs, on ne s’ennui jamais et on prend rapidement fait et cause pour certains aux détriments des autres – d’un point de vu personnel, je suis un fan absolu de Landers et Warner et ne supportait pas ce geignard d’Olivier.
- L’effet nostalgique fonctionnant a plein régime avec Olive et Tom, toutes les improbabilités du dessin animé – et elles sont légions – passent plutôt bien, même les plus ridicules comme la catapulte infernale des frères Derrick, les gardiens qui prennent appuis sur les poteaux ou les tirs surpuissants qui repoussent les gardiens dans leurs buts !
- Pour l’avoir connu personnellement, Olive et Tom peut encore faire naitre des vocations, aussi incroyable que cela puisse paraitre…

Points Négatifs :
- Coté animation, on ne peut nier que ce dessin animé accuse fortement son âge et que cela se voit nettement.
- Bon, même si on est fan de ce dessin animé, il est clair que le coté grand guignolesque des matchs, c’est franchement n’importe quoi par moments !
- Des personnages oh combien stéréotypés malgré leurs charismes respectif.
- Indéniablement, Olive et Tom fait parti de ces dessins animés qui ont marqué une époque et bien des esprits mais qui risque de déplaire aux jeunes générations qui souriront devant une animation plutôt pauvre et des matchs de foot totalement improbables.

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...