samedi 19 novembre 2016

WALKING DEAD – UN MONDE PARFAIT


WALKING DEAD – UN MONDE PARFAIT

Encore sous le choc de la mort de Dale, Carl se retrouve seul avec son père, obligé de rechercher des vivres pour le groupe. Le jeune garçon avoue à Rick être celui qui a tué Ben et il lui confie les remords qui le rongent. Après avoir rassuré son fils, l'ancien policier revient avec lui auprès des autres et demande à Eugène d'essayer de passer un appel radio : ils ne sont en effet plus très loin de Washington. Ils constatent alors que l'appareil n'a pas de piles, et par la même occasion ils s’interrogent sur les compétences de ce prétendu scientifique, qui n'était en fait que professeur de physique au lycée. Abraham frappe alors brutalement l'homme qui avait donné un brin d'espoir au groupe. Il en faut même de peu pour qu'il l'exécute. Rick et Abraham parlent de cette situation explosive, la nuit venue. Ils aperçoivent alors un homme s'approcher d'eux. Il prétend s'appeler Aaron et veut les recruter dans sa petite communauté, située non loin de là. Vus les antécédents précédents du groupe, certains ont bien du mal à croire à cette opportunité…


Walking Dead – Un monde parfait
Scénario : Robert Kirkman
Dessins : Charlie Adlard
Encrage : Charlie Adlard
Couleurs : Cliff Rathburn
Couverture : Charlie Adlard
Genre : Fantastique, Etrange, Horreur
Editeur : Image Comics
Titre en vo : Walking Dead – Life Among Them
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 3 août 2010
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Delcourt
Date de parution : 22 septembre 2010
Nombre de pages : 144

Liste des épisodes
Walking Dead 67-72

Mon avis : On croyait avoir tout vu, tout connu avec Walking Dead et il apparait, de façon surprenante, que dans ce douzième tome de la saga, Robert Kirkman réussit une nouvelle fois le tour de force de se renouveler et, accessoirement, de relancer l’intrigue de sa série en lui faisant prendre un chemin pour le moins inattendue. En effet, après le final pour le moins violent du tome précédant, dans lequel on avait vu le groupe de Rick agir de façon implacable et, il faut le reconnaitre, barbare face aux chasseurs cannibales, dans ce douzième volume, notre groupe de survivants arrive enfin a proximité de Washington mais si l’utopie que la ville était encore tenue par le gouvernement s’est vite révélée illusoire, nos héros n’en tombent pas moins sur une petite communauté de survivants qui survient depuis des mois dans une petite ville isolée et protégée du chaos extérieur. L’on pourrait croire a une réédite de la communauté du Gouverneur or, et c’est là le coup de génie de Kirkman, il n’en est rien puisque, en fait, ici, l’auteur inverse les rôles en faisant du petit groupe de survivants de Rick la véritable menace ! Cela peut surprendre de prime abord mais a mieux y réfléchir, il n’en est rien et cela apparait plutôt logique au vu de tout ce qui s’est déroulé jusqu’à alors : ayant trouvé un havre de paix apparent, il est clair que Rick et les siens ne veulent absolument pas le quitter, quelque soit le prix à payer, y compris la trahison. Mais nous n’en sommes pas encore là et dans ce tome, nous voyons comment, après des méfiances d’usage, nos survivants s’adaptent petit à petit à la communauté d’Alexandria, une communauté qui semble vivre hors du temps et, surtout, complètement déconnectée du monde réel, chose que le jeune Carl semble être le seul a s’en rendre tout a fait compte… Bref, vous l’avez compris, une nouvelle fois, Robert Kirkman réussit le tour de force de relancer l’intérêt de sa série et quelque chose me dit que l’on risque de ne pas s’ennuyer avec cet arc narratif centré sur Alexandria ; quand aux dessins de Charlie Adlard, que dire de plus si ce n’est que ces derniers sont une fois de plus excellents et sont eux aussi pour beaucoup pour l’intérêt d’une œuvre qui, ma foi, est toujours aussi parfaite !


Points Positifs :
- Il fallait oser le faire et Kirkman n’a pas eu peur de bouleverser nos habitudes et ça marche ! Mais quoi donc ? Mais de faire de nos héros la véritable menace pour une petite communauté paisible qui vit couper du monde et du chaos qui s’est abattu sur celui-ci ! Car bon, si l’on se doute bien qu’il subsiste quelques zones d’ombre au sujet de cette communauté, il apparait clairement qu’avec l’arrivée du groupe de Rick, c’est un peu comme si le loup entrait dans la bergerie…
- Le coté complètement décalé de la communauté d’Alexandria : ils fêtent Halloween, ils font des réceptions, promènent leurs chiens, bref, ils font comme si de rien n’était, ou presque. Tout cela a de tels airs de vie normale que, au vu de tout ce que l’on avait connu depuis les débuts de la série, cela en devient presque troublant.
- Nouveaux personnages, nouvelle intrigue en quelque sorte, nouveaux enjeux… oui, tout cela promet énormément !
- Si Michonne ou Andrea ont quelques réticences compréhensibles, il apparait clairement que seul Carl voit véritablement le coté artificiel de cette communauté et le jeune garçon a parfaitement raison en affirmant que tout cela ne peut pas durer…
- Les dessins de Charlie Adlard, encore et toujours. Certes, ce n’est plus une surprise depuis longtemps mais bon, il est toujours bon de le rappeler surtout que c’est mérité.

Points Négatifs :
- Avec l’arrivée de nos héros au sein de la petite communauté d’Alexandria, c’est, en quelque sorte, un nouvel arc narratif qui se met en place, du coup, l’auteur prend tout son temps pour présenter celle-ci comme il se doit, ce qui donne pas mal de dialogues ainsi que tout un tas de nouvelles têtes à retenir pour la suite…
- Sympa les nouveaux personnages, je ne le nie pas, mais du coup, quelques anciens brillent par leur quasi-absence ; Eugène a encore droit a un court passage au début, mais le prêtre, lui, s’il apparait dans deux ou trois cases, c’est le bout du monde !

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...