samedi 19 novembre 2016

L’INTÉGRALE X-MEN 1984


L’INTÉGRALE X-MEN 1984

Le professeur Charles Xavier poursuit un rêve. Voir les hommes et les mutants vivent ensemble dans la paix et l'harmonie. Pour mener à bien son œuvre, il réunit une équipe de héros dotés d'un gène X qui fait d'eux des êtres supérieurs, les X-Men ! Tandis que les X-Men vont s’opposer a nouveau a la Confrérie des Mauvais Mutants de Mystique ainsi qu’aux Morlocks, une singulière jeune femme, Rachel, qui prétend venir du futur va croiser leur route. Pendant ce temps là, le gouvernement américain a décidé coute que coute de mettre la main sur Malicia, nouveau membre de l’équipe et ancienne criminelle, qui est accusée a tort du meurtre d’un agent du S.H.I.E.L.D. Pour cela, les agents gouvernementaux ont fait appel a Forge, mutant lui aussi et qui est un véritable génie créatif… pour le meilleur et le pire, ce qui entrainera un drame dont la victime sera… Tornade ! Et tandis que cette dernière ne sera plus jamais la même, dans l’ombre, les Spectres Noirs attendent leur heure…


L’Intégrale X-Men 1984
Scénario : Chris Claremont
Dessins : John Romita Jr, Barry Windsor-Smith
Encrage : Terry Austen, Brett Breeding, Dan Green, John Romita Sr, Bob Wiacek
Couleurs : Glynis Wein, Max Scheele
Couverture : Barry Windsor-Smith
Genre : Super-héros
Editeur : Marvel
Titre en vo : The Uncanny X-Men 1984
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : Janvier 1984 – Décembre 1984
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Panini Comics
Date de parution : 01 décembre 2005
Nombre de pages : 292

Liste des épisodes
Uncanny X-Men 177-188

Mon avis : La première chose qui saute aux yeux a la lecture de cet Annual X-Men de l’année 1984, c’est que, pour la première fois depuis des années – grosso modo, depuis celui de 1980 qui, avec la saga du Phénix Noir, avait atteint des sommets scénaristiques inégalés depuis – il apparait nettement que nos mutants préférés baissent un peu en qualité, et ce, pour ce qui est de l’intérêt d’un scénario qui, jusque là, avait réussi a se maintenir a un niveau plutôt élevé et qui avait fait de cette série tout bonnement la meilleure des années 80. Bien évidement, cela ne durera guère et d’ailleurs, la reprise se fait en cette même année 1984 avec l’arc narratif où Tornade, leader de l’équipe, perd ses pouvoirs en sauvant Malicia. Sur ce point, il n’y a rien a redire et une fois de plus, Chris Claremont nous pond ce qu’il faut bel et bien appeler un petit chef d’œuvre scénaristique dont le point d’orgue est bien évidement l’épisode 186, double pour l’occasion, et qui est superbement dessiné par le grand Barry Windsor-Smith. Le souci, c’est qu’avant la perte des pouvoirs d’Ororo, sa confrontation et ses sentiments d’amour/haine vis-à-vis de Forge – nouveau personnage qui fait là sa première apparition et qui tiendra un rôle primordial par la suite – la plupart des épisodes qui précédent sont loin d’être a la hauteur de ce que la série nous avait proposé jusque là : énième confrontation face a la Confrérie, retour rapide (trop) des Morlocks, apparition de nouveaux protagonistes comme Rachel ou Séléné, états d’âme de Malicia qui alors n’était pas très aimée des fans (comme les choses ont bien changées depuis) et quasi absence de Logan tandis que Cyclope, lui, brille par son absence totale – en dehors de quelques cases sans grand intérêt. Bref, rien de bien folichon à se mettre sous la dent même si tout cela n’est pas totalement inintéressant non plus… Mais le principal souci, selon moi, en cette année 1984, c’est que depuis un an, les lecteurs doivent jongler avec la série Les Nouveaux Mutants et que comme ces derniers sont absents de cette intégrale, il manque tout un tas d’éléments primordiaux a la compréhension de certains épisodes… mais ce n’est pas tout car si l’on pense qu’en plus, cette même année, Marvel nous avait pondu un certain Secret Wars, méga event de la mort qui tue qui avait vu ses principaux personnages transportés sur une planète par le Beyonder pour se coltiner une baston géante, il est bien difficile pour le néophyte de comprendre ce qui arrive aux X-Men qui disparaissent, réapparaissent et se mettent a parler de ce qui leur est alors arriver – idem pour Magneto que l’on voit attaquer par un requin au beau milieu de l’océan ! Au final, il apparait nettement que cette année 1984 ne fut pas un cru exceptionnel pour nos mutants même si, mine de rien, certains jalons ont déjà été posés pour la suite… et puis, rien que pour le magnifique épisode qu’est Lifedeath, le jeu en vaut tout de même la chandelle !


Points Positifs :
- Bien évidement, c’est la perte des pouvoirs de Tornade qui marque le plus les esprits en cette année 1984 et, bien entendu, le sublime (et double) épisode qu’est Lifedeath, magnifiquement dessiné par le grand Barry Windsor-Smith est le point d’orgue de cet arc narratif.
- Un petit nouveau qui prendra très rapidement de l’importance fait son apparition : Forge ! Personnage aux pouvoirs pour le moins singulier – grosso modo, c’est un créateur de génie – et assez original de par ses origines et son look – un indien moustachu – il apparait tout de suite comme une création réussie de la part du sieur Claremont, ne serais-ce que pour sa relation pour le moins difficile avec Tornade puisque les deux sont attirés l’un par l’autre mais que le premier est responsable de la perte des pouvoirs de la seconde.
- Aussi incroyable que cela puisse paraitre de nos jours, il faut rappeler que Malicia, lorsqu’elle avait rejoint les X-Men l’année précédente (voir Intégrale 1983) n’était pas aimée par les fans. Du coup, afin de faire passer la pilule, Claremont la met énormément en avant au cours de cette année 1984 et cela nous permet de mieux la connaitre, ainsi que son passé…
- Coté dessins, si l’épisode 186 est celui qui marque le plus les esprits grâce au talent indéniable de Barry Windsor-Smith, le restant est l’œuvre de John Romita Jr, alors artiste régulier de la série et, ma foi, c’est plutôt excellent, surtout qu’a ses débuts, le fils de Romita Sr n’était pas encore tomber dans une caricature de lui-même qui fait que ses dernières productions, depuis quelques années, sont moins réussies selon moi.
- Le mariage de Kitty et de Caliban est l’un des meilleurs épisodes de cette année 1984…

Points Négatifs :
- Une baisse scénaristique indéniable, particulièrement dans la première moitié de l’année : il faut dire qu’il y a pas mal de réédites comme cet énième combat face a la Confrérie, les Morlocks qui reviennent pour un petit tour seulement… Mais le pire est que, comme certaines intrigues débutent dans Uncanny X-Men pour s’achever dans News Mutants, on passe a coté de beaucoup de choses…
- A la base, Secret Wars fut tout sauf un grand event – ce n’est qu’une baston géante sur une dizaine d’épisodes – mais imaginez le simple quidam qui ne l’a jamais lu et qui, dans cet Intégrale, voit nos héros disparaitre soudainement, réapparaitre dans l’épisode suivant et qui se mettent à parler et a avoir des états d’âme sur ces événements. Mouais, difficile de tout comprendre du coup…
- Un nouveau personnage fait son apparition : Rachel Summers, fille de Scott et de Jean dans un futur alternatif. Deux soucis selon moi avec cette dernière : premièrement, vu d’où elle vient, je trouve que les X-Men mettent du temps à s’en préoccuper, deuxièmement, il faut reconnaitre que la mayonnaise ne prendra jamais tout a fait avec celle-ci…
- L’épisode où les X-Men affrontent un dragon à Tokyo est l’un des plus mauvais qu’il m’ait été donné de lire depuis les débuts de la série !
- Magneto attaqué par un requin ! Ah, si le ridicule tuait…

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...