dimanche 6 novembre 2016

L’INTÉGRALE X-MEN 1983


L’INTÉGRALE X-MEN 1983

Le professeur Charles Xavier poursuit un rêve. Voir les hommes et les mutants vivent ensemble dans la paix et l'harmonie. Pour mener à bien son œuvre, il réunit une équipe de héros dotés d'un gène X qui fait d'eux des êtres supérieurs, les X-Men ! Condamnés a une transformation horrible en Broods, nos héros tentent le tout pour le tout afin d’en finir avec cette menace galactique et décident d’attaquer leurs adversaires sur leur propre terrain, ce qui les amènera a un affrontement de taille face a la terrible Reine des Broods ! Mais s’ils finissent par s’en sortir, le retour sur Terre des X-Men ne sera pas de tout repos et tandis que l’équipe accueillera un nouveau membre pour le moins inattendu, qu’un autre subira une mutation pour le moins radicale et qu’un mariage ne se fera pas, Cyclope, de son coté, va faire la rencontre d’une femme qui pourrait bien être la réincarnation de… Jean Grey !


L’Intégrale X-Men 1983
Scénario : Chris Claremont
Dessins : Paul Smith, Walt Simonson, John Romita Jr
Encrage : Bob Wiacek
Couleurs : Lynn Varley, Glynis Wein, Andy Yanchus, Bob Sharen, Paul Becton, John Casey
Couverture : Paul Smith
Genre : Super-héros
Editeur : Marvel
Titre en vo : The Uncanny X-Men 1983
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : Janvier 1983 – Décembre 1983
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Panini Comics
Date de parution : 26 mai 2005
Nombre de pages : 320

Liste des épisodes
Uncanny X-Men 165-176

Mon avis : La Saga des Broods avait occuper une bonne part de l’année 1982 et c’est donc au cours du début de la suivante, lors des trois premiers mois, que le sieur Chris Claremont met donc un terme a celle-ci, pourtant, la première chose qui marque les esprits, c’est le changement de dessinateur, Paul Smith remplaçant au pied levé Dave Cockrum, dessinateur historiques de la série lors de ces débuts et qui avait pris la succession de John Byrne après le départ de ce dernier. Forcément, ce changement, de taille, est l’un des événements de cette année 1983 surtout que Smith tiendra les crayons quasiment tout au long de ces douze mois, et ce, avec un talent certain même si, il faut le reconnaitre, sa toute première planche sur la série, celle qui ouvre l’épisode 165, est également la pire – non mais c’est quoi ces pauses ridicules ?! Quoi qu’il en soit, et malgré ce faut départ, Paul Smith réalisera un fort bon travail et de coté là, il n’y aura rien à redire tout au long de l’année. Scénaristiquement, la aussi, cela reste du Claremont en très grande forme : il faut dire que sa conclusion de la Saga des Broods est excellente et marque durablement les esprits, mais c’est surtout dans la suite qu’il faut chercher les points les plus marquants de cette année, surtout que pour la plupart, ils annonceront d’autres sagas tout aussi importantes voir plus… Ainsi, il y a la première apparition des Morlocks, mutants vivants dans les égouts de New York et qui seront a l’origine de l’une des sagas les plus importantes des années 80, saga qui remodèlera l’équipe des X-Men en profondeur, ensuite, puisque j’en suis à vous parler des Morlocks, il y a ce fameux affrontement entre Tornade et Callisto, combat qui annonce une transformation radicale de la première, y compris en apparence. Mais ce n’est pas tout car en 1983, une ennemie des X-Men rejoint l’équipe, une certaine Malicia, personnage qui prendra très rapidement une importance non négligeable au sein de la série, tandis que, au même moment, Xavier prend des nouveaux étudiants, ceux qui deviendront les Nouveaux Mutants – avec, au passage, la création d’une nouvelle équipe de mutants, début du développement de la franchise X et qui connaitra un grand n’importe quoi une décennie plus tard… Quant au fameux mariage de Cyclope, qui conclu cette année, disons que sa rencontre avec la mystérieuse Madelyne Pryor, sosie de Jean Grey, bouleverse pas mal l’équipe, surtout que Claremont, toujours aussi malin, joue habilement avec nos nerfs en laissant planer le doute sur son lien avec Phénix – même si la suite, elle, sera tout autre comme on le verra dans Inferno. Bref, vous l’avez compris, 1983 reste pour les X-Men un fort bon cru, pas le plus exceptionnel qui soit, certes, mais bon, vu la qualité générale de la série a l’époque, ces douze épisodes restent – pour la plupart car bon, les démêlés de Cyclope avec une pieuvre, trop peu pour moi – vraiment très bons !


Points Positifs :
- Scénaristiquement, Claremont frappe encore très fort et après conclure sa longue Saga des Broods, il commence a lancer de nouvelles pistes narratives a plus ou moins longues échéances – procédé qu’il usera tout au long de son passage sur la série – bouleverse légèrement l’équipe en apportant de nouvelles têtes, en faisant évoluer d’autres, et ce, tout en maintenant un niveau d’intérêt toujours aussi intense.
- Entre la conclusion de la Saga des Broods, la première apparition des Morlocks, l’apparition des Nouveaux Mutants ou l’arrivée de Malicia au sein de l’équipe, sans oublier le mariage avorté de Wolverine, il s’en passe des choses en 1983 chez nos X-Men, cependant, ce qui marque le plus cette année, selon moi, c’est Madelyne Pryor, sosie de Jean Grey et qui finira par épouser Cyclope avant que… mais ceci est une autre histoire !
- Paul Smith prend le relais de Dave Cockrum aux dessins, et, ma foi, son travail sur la série est de fort bonne qualité, surtout qu’il dessine presque l’intégralité des douze épisodes de cette année 1983.
- L’affrontement entre Tornade et Callisto marque les esprits, surtout pour la transformation radicale que subit l’héroïne qui finira par opter pour un look punk.
- L’arrivée de Malicia au sein de l’équipe, bien sur ! Mal aimée à ses débuts, elle n’en deviendra pas moins l’un des membres les plus importants des X-Men au fil des années.

Points Négatifs :
- Il y avait tout de même un gros souci de colorisation à l’époque car si cela se note beaucoup moins qu’avant, il y a des planches franchement problématiques comme celles où, inexplicablement, les personnages ont tous la peau jaune !? Et je ne parle pas des couleurs qui bavent…
- Cyclope affronte une pieuvre géante ! Non mais c’est une blague ou quoi ?! En tous cas, le dernier épisode de cette intégrale est l’un des pires qu’il m’ait été donné de lire depuis les débuts de la série !
- Pas d’Annual dans cette intégrale 1983. Bon, certes, je suis le premier a déglinguer ces épisodes spéciaux qui, pour la plupart, n’apportent pas grand-chose d’intéressant, cependant, pour un intégrale censé nous proposer toute la production des X-Men sur une année, eh bien, disons qu’il manque quelque chose, non ?

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...