jeudi 5 décembre 2013

SAGA – TOME 2


SAGA – TOME 2

Alana, Marko et leur bébé Hazel sont parvenus à quitter la planète Clivage grâce à Izabel le fantôme. Ensemble, ils ont emprunté un vaisseau mais après quelques minutes, deux individus font irruption à l'intérieur. Il s'agit des parents de Marko qui expulsent d'emblée Izabel, croyant qu'elle est un danger, vers la planète la plus proche. Pour une première rencontre avec ses beaux-parents, Alana n'aurait pu rêver mieux. Marko est en colère et choisit d'aller chercher son amie spectre, sa mère le suit alors. Alana reste donc seule avec le bébé et Barr, son beau-père. Curieusement, tous les deux trouvent facilement un terrain d'entente même si pour cela, le père de Marko a dû avouer à la jeune maman qu'il n'avait plus qu'un seul mois à vivre. Pendant ce temps, la Traque s'associe avec Gwendolyn, une émissaire du haut commandement de Couronne. Avec elle, il pourrait bien libérer la petite fille du réseau de prostitution de Mama Sun, mais aussi retrouver le couple Marko-Alana. En effet, Gwendolyn est aussi l'ancienne petite amie de Marko...

Mi-novembre dernier, environ, je publiais sur ce blog la critique de ce qui sera sans nul doute la bande dessinée de cette année 2013, du moins, à mes yeux, je veux bien évidement parlé de la dernière œuvre en date du scénariste de comics américain, Brian K. Vaughan, Saga, dont les éditions Urban Comics nous proposaient les six premiers épisodes dans un premier tome qui laissait entrevoir l’excellente qualité de cette espèce de Roméo & Juliette à la sauce Space/Opéra. Et si je suis aussi certain de tenir d’ores et déjà ma BD de l’année (d’un autre côté, nous sommes déjà début décembre et je ne pense pas, d’ici la fin de l’année, trouver quelque chose de mieux), c’est que cela faisait fort longtemps que je n’avais pas la chance de tomber sur une bande dessinée d’aussi bonne qualité ; car, quelque part, il existe en ce bas monde les œuvres de qualité, les œuvres de fort bonne qualité et puis, bien entendu, les chef d’œuvres, et en toute sincérité, et même si certains peuvent croire que j’exagère énormément en affirmant une telle chose (je sais, je suis un latin et j’ai tendance à cela), pour moi, Saga est un pur chef d’œuvre, pourtant, c’était loin d’etre gagner… Très loin même comme je vais vous le rappeler ci-dessous…


La chose, après tout, aurait pu ne pas arriver, ne serais-ce que par le simple fait que, ces dernières années, j’avais mis de côté tout ce qui avait trait aux comics, ou presque : ainsi, en dehors de Walking Dead et de quelques relectures de vieux classiques, comme certains crossovers d’importance du côté de chez Marvel ou DC, voir même, la découverte d’un monument comme The Watchmen (mais bon, la chose commence à dater déjà), pour ce qui est du neuvième art, depuis quelques temps, en dehors de la BD européenne, c’était un peu le désert, ou presque. Et puis, comme vous avez pu le remarquer, si vous êtes un fidèle lecteur de ce blog, à la fin de l’été dernier, l’envie me prit de me replonger dans l’un de mes vieux amours, les X-Men, repris en main depuis peu par un certain Brian M. Bendis par le biais d’une toute nouvelle série, All New X-Men ; et, de fil en aiguille, lecture du second volume, un an après, de Walking Dead, puis, envie de découvrir d’autres genres dans l’univers des comics (car bon, il n’y a pas que les super-héros dans la vie, loin de là) et donc, découverte de ce premier volume de Saga qui m’avait, histoire de parler crument, laisser sur le cul !


D’ailleurs, la fin de ma critique au sujet de ce premier tome était pour le moins explicite : « Oui, car bien évidement, après une telle claque, car comment appeler mon ressenti autrement, comment ne pas avoir envie de filler chez mon libraire afin de me procurer le second volume de Saga et, ainsi, découvrir la suite des péripéties de Alana, Marko, leur petite fille et tous les autres bien sûr !? Car là, je tiens à coup sur le truc de l’année ! » Et donc, comme je le laissais sous-entendre, je n’ai pas perdu de temps pour me procurer ce second tome de la saga comme il était disponible, tout juste, contrairement à mes prévisions, aurais-je pris un peu plus de temps pour le lire ; et oui, on n’a pas toujours le temps de tout faire, mais bon, ce matin, bien confortablement installer dans mon lit, je me suis plongé avec délectation dans la suite des aventures de Marko et Alana, et, ma foi, je ne perdrais pas de temps à tourner autour du pot : c’est toujours aussi bon !

Ainsi, dans ces nouveaux six épisodes qui composent ce second volume de Saga, nous retrouvons nos deux héros, accompagnés de leur ville et de leur fantôme/nounou (et oui, ce genre de choses arrivent) face à face avec les parents de Marko ; rencontre explosive s’il en est surtout que la découverte des origines de la bru ne peut, comme il fallait s’y attendre, que déplaire… et pas qu’un peu. Du coup, entre des parents à gérer et, car ne les oublions pas, toute une flopée de tueurs à gage a leurs trousses, nos deux héros vont avoir maille à partir dans ce volume, surtout que les événements vont s’enchainer sans temps mort : débarquement sur un astéroïde bien plus singulier qu’il n’y parait de prime abord et qui pourrait bien… éclore, affrontement contre un géant aux testicules pour le moins… comment dire… imposantes, gérer les parents/belle-famille puis, vers la fin, il faut encore échapper à l’un de ses fameux chasseurs de prime, un certain Le Testament. D’ailleurs, celui-ci, qui occupait déjà une place importante dans les six premiers épisodes de la série, est toujours aussi intéressant, et ici, nous suivons son intrigue en parallèle de celle de nos héros, surtout que le taciturne mercenaire, obnubilé par son amour perdu (mais La Traque est belle est bien morte, Vaughan aura tuer l’un de ses persos les plus charismatiques dès les premiers épisodes de la série), se trouve une partenaire de choc et de charme en la personne de Gwendolyn, l’ancienne promise de Marko et qui, comme il fallait s’y attendre, a de bonnes raisons de se venger de lui. Ajoutons à cela, toujours en parallèle, le sort de notre tête de poste de télévision préféré, je veux bien évidement parlé du Prince Robot IV et qui a droit à l’une des scènes qui aura le plus fait parler depuis le début de cette série (une bien étrange histoire de scène gay qui aura subi les foudres de la censure alors que celles hétéros, passent comme une lettre à la poste, si vous me permettez l’expression) et de nombreux flashbacks qui insistent sur le passé de nos nombreux protagonistes et nous avons, au final, six nouveaux épisodes de fort bonne facture qui, comme il fallait s’y attendre, confirment tout le bien que l’on pensait de cette série.


Servi par un scénario redoutable et captivant au possible, mais finalement bien plus profond que l’on pourrait le penser de prime abord, des dessins qui collent parfaitement bien à l’ensemble, un univers fascinant et des personnages tout bonnement excellents, y compris parmi les petits nouveaux qui font leur apparition dans ce second volume, Saga ne peut etre, comme je vous l’avais dit, que la bande dessinée la plus intéressante et originale de cette année 2013 ; a milles lieux de la production habituelle des comics, Brian K. Vaughan nous livre ce qui apparait comme étant d’ores et déjà comme une œuvre majeure et qui marquera son époque. Le seul problème, finalement, c’est que maintenant, il me va falloir patienter jusqu’à la traduction et la parution sous nos vertes contrées de la suite de la série, et là, ce n’est pas pour toute de suite, malheureusement… Mais attendre, même quelques mois, pour une série d’un tel niveau, franchement, ça vaut le coup ; quoi qu’il en soit, vivement la suite !

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...