jeudi 19 décembre 2013

BLACKSAD – ÂME ROUGE


BLACKSAD – ÂME ROUGE

En pleine guerre froide, alors que l’actualité se partage entre le maccarthysme et la paranoïa d’une guerre nucléaire, John Blacksad, le chat détective privé, s’occupe à Las Vegas de la protection rapprochée d’un milliardaire. Ce job lucratif mais peu enthousiasmant l’amène au hasard de ses déplacements à une conférence sur l’énergie nucléaire, dirigée par un ancien ami de son père, Otto Liebber. Aujourd’hui, le professeur Liebber est un éminent scientifique, candidat au prix Nobel pour ses recherches sur la bombe atomique. De fil en aiguille, Blacksad se retrouve invité à une soirée privée des « Douze apôtres », un groupe d’intellectuels de gauche, organisée par Gotfield, milliardaire philanthrope, frivole et fort peu sympathique. Le courant passe nettement mieux en revanche avec la compagne de ce dernier, Alma Mayer, écrivain de profession. Mais le lendemain, on retrouve l’un des douze assassiné. Blacksad acquiert alors la conviction qu’une erreur d’identité a épargné Otto. Tout en protégeant à distance son ami, il décide de mener sa petite enquête…


Blacksad T3 – Âme rouge
Scénariste : Juan Diaz Canales
Dessinateur/Coloriste : Juanjo Guarnido
Type d'ouvrage : Polar/Thriller, Animalier
Parution : 01 novembre 2005
Editeur : Dargaud
Nombre de pages : 48

Mon avis : Depuis quelques jours, c’est avec un grand plaisir que je me suis replonger dans la lecture des trois premiers tomes de cette excellente bande dessinée qu’est Blacksad (cela faisait un bail d’ailleurs, au point même que, du coup, la série n’avait jamais eu droit à ses critiques sur ce blog) et si le premier épisode, Quelque part entre les ombres, nous avait dévoiler tout le potentiel de cette BD ainsi que le talent de ses auteurs, un duo espagnol, Juan Diaz Canales et Juanjo Guarnido, Arctic-Nation avait placé la barre encore plus haut, surtout pour ce qui est du scénario. Du coup, il était difficile de passer après mon épisode préféré de notre félin détective, quoi que, une fois de plus, force est de constater que cet Âme rouge ne dénote nullement en comparaison de ses prédécesseurs : avec sa trame de fond qui s’intéresse ici à la fameuse menace communiste des années 50 avec la célèbre chasse aux sorcières (ou Maccarthysme du Sénateur McCarthy) et la guerre froide, les deux camps se faisant face avec leurs arsenaux nucléaires, les auteurs entrainent notre matou préféré dans une enquête pour le moins tortueuse où l’une de ses vieilles connaissances porte en lui un lourd secret et où les espions ne sont pas bien loin. Scénario captivant et toujours aussi dynamique, dessins toujours aussi sublimes, ce troisième opus de Blacksad démontre indéniablement, si quelqu’un en doutait encore, que cette BD fut l’une des plus importantes de la décennie écoulée. Après, je garde une préférence pour le second tome, Arctic-Nation, mais bon, c’est plus une affaire de gouts qu’autre chose.


Points Positifs :
- Une nouvelle fois, l’Amérique des années 50 est fort bien retranscrite et je dois reconnaitre que c’est un plaisir, si vous connaissez un peu l’histoire de cette période des Etats-Unis, de voir la vision des auteurs du Maccarthysme ; tout y est, et ce, de façon fort crédible.
- Que dire de plus au sujet des dessins, que c’est magnifique ? Oui, encore une fois. Un petit plus avec tous ces nouveaux animaux représentés dans cet album et forts bien réussis.
- L’histoire d’amour, en filigrane de la trame principale, apporte un plus à l’histoire, surtout pour son final, forcément malheureux.

Points Négatifs :
- Tout de même, si les deux tiers de la BD sont quasiment parfais, j’ai eu l’impression que la dernière partie aurait peut-être méritée quelques pages supplémentaires. Mais bon, je chipote peut-être un peu ?

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...