jeudi 14 juin 2018

SHADOW OF THE COLOSSUS


SHADOW OF THE COLOSSUS

Wander, jeune homme mystérieux, traverse un grand viaduc pour entrer sur des terres interdites. Monté sur son cheval Agro, il arrive dans un énorme sanctuaire au centre de la région, puis dépose sur l'autel le corps enveloppé d'un linceul qu'il transportait. Il retire le drap et on découvre le visage d'une jeune femme nommée Mono. C'est alors que plusieurs créatures qui semblent formées d'un éther très sombre apparaissent pour attaquer les personnages. D'apparence humanoïde, les créatures-ombres sont rapidement vaincues par Wander, armé de son épée. Sortant des hauteurs du temple, la voix désincarnée d'une entité connue sous le nom de Dormin se fait entendre, surprise que le voyageur possède une telle arme. Wander demande à Dormin de sauver son amie, en réintégrant l'âme dans son corps. Il lui explique que cela ne lui sera possible que lorsque les seize idoles de pierres du temple auront été détruites. Il lui faut pour chaque statue vaincre au préalable le géant qui lui est associé et qui repose quelque part dans la région. Pour cela, Dormin lui explique qu'il doit utiliser son épée, une arme unique aux pouvoirs magiques. Malgré les avertissements de Dormin qui lui explique qu'il aura un grand prix à payer pour réanimer Mono, Wander part à la recherche des Colosses.


Shadow of the Colossus
Éditeur : Sony Computer Entertainment
Développeur : SCE Japan Studio (Team Ico)
Concepteur : Hidetaka Miyazaki
Date de sortie : 06 février 2018
Pays d’origine : Japon
Genre : Action, Aventure
Mode de jeu : Solo
Média : Blu-Ray
Contrôle : Manette
Plate-forme : PS4

Mon avis : Sortit en la déjà lointaine année 2005, Shadow of the Colossus fut, indéniablement, un des grands jeux de la PS2. Il faut dire que le soft du sieur Hidetaka Miyazaki, auteur auparavant d’un certain Ico, avait marque son époque, ce, de par son onirisme, ses graphismes, son histoire – particulièrement la fin, plutôt triste – et, bien entendu, ses fameux Colosses, tous plus magnifiques les uns que les autres et qui inspirèrent bien d’autres jeux par la suite. Treize années plus tard, en ces temps où fleurissent allègrement les remakes sur les consoles nouvelles générations, Shadow of the Colossus eut donc droit a sa version PS4, une version, forcément, plus belle que l’originale – ce qui est la moindre des choses – mais qui, pour beaucoup, n’était pas franchement nécessaire vu que le soft avait déjà eu droit a son portage sur PS3 en compagnie de Ico – le fameux Ico & Shadow of the Colossus – Classic HD. Alors, cette version PS4 mérite-t-elle le détour ? Ma foi, oui et non. Oui car, indéniablement, Shadow of the Colossus est un grand jeu et que, ma foi, pouvoir y rejouer, tant d’années après, avec des graphismes nettement améliorés, cela ne se refuse pas si on est fan du soft original. Oui également pour ceux et celles qui étaient passé a coté de ce petit bijou a l’époque : après tout, mieux vaut tard que jamais. D’un autre coté, non car, comme je l’avais dit, après un portage PS3, avait-t-on besoin d’une version PS4 ? Objectivement, pas nécessairement surtout que, coté nouveautés, si l’on met de coté quelques modifications pour ce qui est des commandes du personnage, plus simples qu’a l’époque, il n’y a rien a se mettre sous la dent. Reste un jeu, mythique et plus beau que jamais et dont j’ai pris grand plaisir à redécouvrir, après, pour ce qui est de le conseiller aux autres… je dirais oui pour les néophytes, indéniablement, les fans, eux, eh bien, chacun fera suivant ses envies et ses besoins…


Points Positifs :
- Le plaisir de rejouer a un des plus grands jeux de la PS2 mais cette fois ci, avec des graphismes dignes d’une PS4. Bref, Shadow of the Colossus est plus beau que jamais et il serait dommage de s’en priver.
- Une histoire obscure tout au long du jeu et qui ne se dévoile qu’a la fin, fin qui, au passage, est plutôt triste mais fort réussie, un protagoniste principal attachant, son cheval, un univers magnifique, une ambiance inoubliable et, bien évidement, les fameux colosses !
- Les colosses, bien sur ! Jamais ils n’ont été aussi beaux et c’est un véritable plaisir que de les affronter à nouveau, surtout que, même 13 ans plus tard, ces affrontements dantesques n’ont rien perdus de leur intensité.
- Un remake qui permet a un nouveau public de découvrir ce jeu magnifique.

Points Négatifs :
Depuis sa sortie, en 2005, Shadow of the Colossus en est déjà a son deuxième remake et après son portage sur PS3, celui sur PS4 n’était peut-être pas nécessaire, du moins, pour ceux qui ont déjà eu l’occasion de jouer au deux précédentes versions – personnellement, j’en suis a trois !
- Je ne suis pas un grand fan de tous ces remakes finalement… Certes, cela permet a un nouveau public de découvrir de grands jeux du passé, mais n’y avait-il pas moyen de modifier un peu le soft original, d’apporter quelques nouveautés marquantes ?
- Malgré quelques améliorations pour ce qui est du maniement du protagoniste principal, il subsiste cette fichue caméra un poil trop hasardeuse par moments et qui vous fera hurler de désespoir lors de certains affrontements.

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...