mardi 12 juin 2018

LE VENT SE LÈVE


LE VENT SE LÈVE

1920, dans le Comté de Cork, en Irlande. Le Dr Damien O'Donovan est sur le point de quitter son village natal pour exercer la médecine dans un hôpital de Londres. Pendant ce temps, son frère Teddy commande la brigade locale de l'IRA, l'Armée républicaine irlandaise. Après un match de hurling, Damien est témoin de l'exécution sommaire de son ami, Micheál Ó Súilleabháin, par des militaires britanniques du régiment des Black and Tans. Bien que fortement ébranlé, Damien repousse les supplications de ses amis de rester en Irlande et de rejoindre l'IRA, car il dit que la guerre est perdue d'avance. Avant qu'il ne quitte la ville, Damien voit des soldats de l'armée britannique essayant vainement, et violemment, d'intimider le garde et le conducteur d'un train parce qu'ils refusent aux troupes de monter à bord. Damien décide alors de rester et de rejoindre la brigade de l'IRA de Teddy.


Le vent se lève
Réalisation : Ken Loach
Scénario : Paul Laverty
Musique : George Fenton
Production : Sixteen Films, Matador Pictures
Genre : Drame
Titre en vo : The Wind That Shakes the Barley
Pays d'origine : Royaume-Uni, Irlande, Allemagne, Italie, Espagne
Langue d'origine : Anglais, Irlandais, Latin
Date de sortie : 23 juin 2006
Durée : 126 mn

Casting :
Cillian Murphy : Damien
Padraic Delaney : Teddy
Liam Cunningham : Dan
Orla Fitzgerald : Sinead
Damien Kearney : Finbar
Myles Horgan : Rory
Martin Lucey : Congo
Aidan O'Hare : Steady Boy
Fiona Lawton : Lily
Mary O'Riordan : Peggy
Mary Murphy : Bernadette
Laurence Barry : Micheail
Frank Bourke : Leo

Mon avis : J’avais eu l’occasion de voir, jusqu’à peut, Le vent se lève, une seule et unique fois, c’était il y a de cela sensiblement onze ans, quelques mois après sa sortie et je dois reconnaitre que je n’en n’avais pas gardé un souvenir impérissable. Cependant, avec le temps qui passe, cela faisait fort longtemps que l’envie de redonner une seconde chance a ce film me trottait dans la tête : après tout, peut-être ma première impression n’était pas la bonne, peut-être n’en avais-je gardé que de mauvais souvenirs, et puis, entre-temps, et c’était une excellente raison de revoir ce film, un certain Cillian Murphy avait acquis, par le biais de cette très bonne série qu’est Peaky Blinders une notoriété certaine… alors, pourquoi pas ? Oui, pourquoi pas, surtout que, qui plus est, depuis que ce blog existe, je n’avais jamais eu l’occasion de vous proposer la critique d’un film de Ken Loach, un auteur qui, ma foi, n’est pas n’importe qui – même si je dois reconnaitre qu’a un moment donné, le coté engagé, j’en ai un peu ma claque plus le temps passe, mais passons… Eh bien, après revisionage du Vent se lève, quid donc de mon avis au sujet de ce film, onze ans après ? Eh bien, disons qu’en fait, j’ai parfaitement compris pourquoi je n’en n’avais pas gardé un grand souvenir ! En effet, si le coté historique de la chose est indéniable, si cette histoire de la lutte d’indépendance irlandaise, les dissensions au sein de l’IRA sont des éléments à prendre en compte pour les amateurs d’Histoire – celle avec un H majuscule – il est clair que Ken Loach, malgré cela, ne réussi pas son coup. Ainsi, pour qu’un film soit plaisant à regarder, pour qu’en soit captiver par une intrigue, quelle qu’elle soit, a un moment donné, il faut avoir un minimum d’empathie pour les protagonistes, il faut les voir souffrir, aimer, douter, espérer, toutes choses qui sont absentes du Vent se lève, le comble étant que ce film est pourtant servis pas une belle petite flopée de bons acteurs. Or, ici, que nous propose Ken Loach ? Une succession de scènes, certaines marquantes, d’autres non, qui manquent cruellement de liens entre elles, ce qui est fort dommage, ce, pour deux raisons principalement : déjà, parce que le postulat de départ de ce long métrage est, a priori, passionnant, deuxièmement, comme je l’ai dit, car les acteurs, eux, sont plutôt inspirés. Le résultat final, forcément, déçoit car on sent que l’on passe à coté de ce qui aurait put être un bon, que dis-je, un excellent film, or, ce n’est pas le cas et entre certaines scènes dont on se serait bien passer, d’autres trop courtes et ce manque de lien évidant de l’ensemble, on ne peut s’empêcher de se dire que si Ken Loach désirait, avec Le vent se lève, nous pondre un grand film historique sur l’Irlande, alors, il a franchement rater son coup… et pas qu’un peu !


Points Positifs :
- Le postulat de départ, plutôt intéressant et qui met revient sur une partie de l’histoire de la lutte pour l’indépendance de l’Irlande, avec la lutte entre les républicains et les troupes d’occupation britanniques mais aussi les terribles dissensions au sein même de l’IRA : grosso modo, entre nationalistes et communistes.
- Un casting haut en couleur et sur lequel il n’y a rien à redire, avec des acteurs plutôt inspirés.
- Les fans de Peaky Blinders retrouveront avec plaisir un certain Cillian Murphy, bien plus jeune mais qui crève déjà l’écran.
- Les amateurs d’Histoire, bien entendu, qui souhaiteraient en savoir davantage sur cette partie de l’histoire irlandaise.
- La fin, terrible et oh combien réussie !

Points Négatifs :
- Les protagonistes ne sont absolument pas développés, du coup, il est très difficile de ressentir une véritable empathie pour eux.
- Lorsqu’un film n’est qu’une longue succession de diverses scènes sans grand liens, par moments, entre elles, il devient très rapidement, au bout d’un moment, d’accrocher totalement a l’intrigue.
- J’aurais échangé les discussions communistes de Ken Loach pour un scénario mieux développé.
- On n’échappe pas a quelques longueurs…

Ma note : 6,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...