dimanche 31 juillet 2016

LES AVENTURES DE TINTIN – TINTIN AU PAYS DES SOVIETS


LES AVENTURES DE TINTIN – TINTIN AU PAYS DES SOVIETS

Dans cette toute première aventure de Tintin en album, celui-ci, accompagné de son inséparable chien Milou, par enquêter en URSS sur les réalités du bloc communiste. Les soviétiques flairent dès le début le danger représenté par ce reporter, et vont lancer le Guépéou, ancêtre du KGB, à ses trousses...


Les Aventures de Tintin – Tintin au pays des Soviets
Scénario : Hergé
Dessins : Hergé
Couleurs : Hergé
Couverture : Hergé
Editeur : Casterman
Genre : Aventure, Franco-Belge, Satire Politique
Pays d’origine : Belgique
Langue d’origine : français
Parution : 1930
Nombre de pages : 138

Mon avis : S’il y a bien un album a part dans la longue carrière des aventures du plus célèbre des personnages de Hergé, Tintin, que l’on ne présente plus, c’est bel et bien ce Tintin au pays des Soviets, premier volume d’une saga qui connu un succès fulgurant par la suite au point de faire du reporter a la houppette l’une des figures les plus importantes de la bande dessinée mondiale. Cependant, si cet album est, comme je l’ai dit, a part, c’est que non seulement, pendant des années, il fut introuvable – perso, je n’ai put le lire que dans les années 90 – ceci s’expliquant par le simple fait que, contrairement aux autres premiers titres de Hergé, celui-ci, après la guerre, ne le modernisa jamais, le Tintin au pays des Soviets que l’on connait de nos jours étant tout bonnement le même que celui parut en 1930. Du coup, entre le fait qu’il soit en noir et blanc et que, graphiquement parlant, cela reste très naïf si on compare les dessins avec ce que Hergé fera par la suite, d’entrée de jeu, le lecteur, familier des albums traditionnels sera forcément déstabiliser. Cependant, le problème n’est pas forcément là, ni même, accessoirement, sur le fait que nous avons ici un brulot anti-Soviétique : après tout, n’en déplaise aux derniers communistes qui existent encore de nos jours et même s’il y a bien quelques exagérations, l’URSS, ce ne fut jamais le paradis des travailleurs, bien au contraire… Non, le problème, c’est que scénaristiquement, tout cela est d’une pauvreté affligeante puisque, en effet, les planches ne sont qu’une succession de gags ou de scènes d’actions où l’on voit Tintin et Milou échapper a divers dangers, la plupart du temps, de manière plus qu’improbable – il faut dire que comme l’avait reconnu Hergé par la suite, lors de ses premiers albums, il ne préparait pas son scénario a l’avance mais le créait un peu au fur et a mesure. Du coup, et en toute objectivité, que reste-t-il au final de ce Tintin au pays des Soviets si ce n’est son coté historique ? Eh bah ma moi, et au risque d’en froisser certains, pas grand-chose : très pauvre scénaristiquement, des dessins loin d’être a la hauteur, nous avons là un album qui ne vaut que pour une seule et unique raison, celle que c’est ici que Tintin débuta sa longue et extraordinaire carrière qui le fit connaitre dans le monde entier…


Points Positifs :
- Le coté historique de la chose puisque nous avons là le tout premier album des Aventures de Tintin.
- La curiosité de découvrir ce qu’était un Tintin en noir et blanc et, mine de rien, un exemple de ce que pouvait être une bande dessinée du tout début des années 30.
- Même s’il y a quelques exagérations, cela reste une intéressante satyre politique de l’URSS, n’en déplaise aux communistes, encore nombreux dans notre pays.
- Heureusement qu’il y a Milou pour le coté humoristique de la chose.

Points Négatifs :
- Scénaristiquement, c’est d’une pauvreté affligeante et on peut dire, sans exagération, que l’intrigue tient sur un timbre poste, tout cela n’étant qu’une succession de scènes d’actions improbables et de gags pas toujours drôles d’ailleurs.
- Pour ce qui est des dessins, Hergé fera beaucoup mieux par la suite, mais alors, vraiment beaucoup mieux !
- Il y a des moments, on dirait presque que le sieur Tintin possède des superpouvoirs vu comment il se sort de certaines situations ou comment il répare une voiture ; cela devient limite ridicule…
- La police politique doit neutraliser Tintin et l’un de ses agents utilise une… peau de banane !? Oui, je sais, ce genre de truc devait être naturel dans une publication pour la jeunesse en 1930.

Ma note : 4/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...