lundi 4 juillet 2016

ANGEL SANCTUARY – TOME 17


ANGEL SANCTUARY – TOME 17

Sétsuna et Sara sont frère et sœur, pourtant, ils s'aiment sincèrement. Mais le monde entier semble s'opposer à leur romance. Tandis qu'ils sont en fuite, l'univers de Sétsuna bascule quand un être surgissant de nulle part tue sa bien-aimée, sa colère explose alors et au milieu d'un Tokyo en ruine, il découvre qu'il est la réincarnation d'un ange banni par le Créateur. Ses pouvoirs vont donc lui permettre d'aller jusqu'au Royaume des Morts pour ramener l'âme de Sara dans le monde des vivants. Pourtant, Sétsuna ignore encore qu'il est l'élément central d'une guerre millénaire entre les anges et les démons et que le dénouement approche avec son réveil ! Enfin Setsuna a pu localiser Sara et voler à son secours. Malheureusement, les filets endiablés de Sandalphon sont sur le point de capturer la jeune fille. Kira est de retour dans la peau de Lucifer. Désormais, le monde céleste est dirigé par Rochel et le grand Malin qui se sont, tous deux, emparés du pouvoir politique...


Angel Sanctuary – Tome 17
Scénariste : Kaori Yuki
Dessinateur : Kaori Yuki
Genre : Shojo
Type d'ouvrage : Fantastique, Romance
Titre en vo : Tenshi Kinryouku
Parution en vo : 19 avril 2000
Parution en vf : 01 janvier 2003
Langue d'origine : Japonais
Editeur : Tonkam
Nombre de pages : 192

Mon avis : Après l’exceptionnel seizième tome où nous avions fait nos adieux à l’un des méchants les plus emblématiques de la série, je veux bien évidement parlé de Sévoth-tart, alias Leïla, et qui était on ne peut plus prometteur pour la suite, force est de constater qu’ici, Angel Sanctuary retombe un peu dans ses travers avec un volume qui, s’il ne déçoit pas complètement, n’en reste pas moins en-deçà de ses prédécesseurs immédiats. Pourtant, tous les éléments étaient en place pour que l’on ait droit a un tome aussi bon que les autres : ainsi, entre un Sandalphon qui s’en prend a Sara, Rochel qui agit toujours dans l’ombre et dont les plans semblent réussir, l’arrivée de Lucifer qui s’en prend a nos héros, héros qui, accessoirement, et en dehors de Kouraï portée disparue depuis un bon moment, sont enfin au complet, il s’en passe des choses dans ce dix-septième volume de la série angélique de Kaori Yuki. Hélas, malgré toutes ces bonnes idées, malgré quelques coups de théâtre inattendus – qui allait croire que Sandalphon mordrait déjà la poussière – l’auteur, une fois de plus, retombe dans ses travers… Ainsi, si l’on peut comprendre que Raphael éprouve des sentiments pour Sara – en faisant quelques efforts, certes, car bon, cela reste une gamine – le voir se battre comme un chiffonnier avec Setsuna, cela ne colle absolument pas avec le personnage. Ensuite, et là, c’est un peu plus embêtant : mais qu’est ce que ça bavarde au milieu des scènes d’actions, souvent pour ne rien dire d’ailleurs ! Et blablabla, et blablabla, et sempai par ci, sempai par la, bougre de débiles de Setsuna et de Kato toujours en train de geindre face a Lucifer qui était autrefois leur pote Kira, au bout d’un moment, on a envie de les claquer ces deux là ! Dommage car, comme je l’ai dit plus haut, il s’en est passé des choses dans ce dix-septième volume, et pas des moindres, mais bon, a un moment donné, dommage que Kaori Yuki se sente toujours obligée de tomber dans l’émotion niaise là où il aurait fallut aller droit au but !


Points Positifs :
- Indéniablement, Kaori Yuki possède le don de nous étonner encore et encore avec des coups de théâtre surprenants auxquels on ne s’attendait pas le moins du monde : ainsi, un exemple, un seul, au vu de la puissance de Sandalphon et de sa montée en puissance, qui pouvait croire qu’il allait passer l’arme à gauche aussi rapidement – en tous cas, cela semble bel et bien le cas…
- Cela fait plaisir de retrouver Rochel au premier plan, car bon, pendant trop longtemps, le jumeau d’Alexiel brillait par son absence. Voilà un personnage qui n’est pas tout seul dans sa tête mais tellement génial dans ses excès.
- On dira ce que l’on veut de Lucifer mais qu’est-ce qu’il a la classe le bougre !
- La scène où Métatron se fait transpercer par Lucifer sous les yeux d’un Uriel médusé est une pure réussite.
- Les dessins de Kaori Yuki possèdent à la fois des qualités et des défauts mais reconnaissons que la mangaka dessine fort bien tout de même !

Points Négatifs :
- Il y en a marre de tous ses personnages qui ne cessent de geindre sans arrêt, Setsuna et Kato remportant ici la palme des têtes à claques tellement ils ne cessent de se lamenter face a leur ancien pote, Kira, devenu depuis Lucifer.
- Que Raphael, individu qui possède un détachement et une classe naturelle, tombe amoureux de la fade Sara, c’est une chose que, a la rigueur, on peut accepter histoire de pimenter le scénario, par contre, qu’il se batte comme un chiffonnier avec Setsuna, là, cela enlève toute crédibilité au personnage.
- Mais qu’est ce que ça bavarde pendant les combats…
- Comme je l’ai dit, Kaori Yuki dessine fort bien mais certaines planches restent peu compréhensibles de par leur découpage et l’abus d’encrage.  

Ma note : 7/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...