vendredi 1 juillet 2016

ANGEL SANCTUARY – TOME 11


ANGEL SANCTUARY – TOME 11

La Géhenne a pu échapper à une totale destruction grâce à la mort impressionnante d’Arachnée ! Sur Terre, les quatre anges majeurs se réunissent afin de ramener Sétsuna à la vie… Un volume où se retrouvent les meilleurs moments relatant la beauté du monde crée par le Tout-Puissant ainsi que la cruauté qui y règne. C’est le début d’un nouvel épisode, Yetsirah, le monde suprême céleste !


Angel Sanctuary – Tome 11
Scénariste : Kaori Yuki
Dessinateur : Kaori Yuki
Genre : Shojo
Type d'ouvrage : Fantastique, Romance
Titre en vo : Tenshi Kinryouku
Parution en vo : 19 Mai 1998
Parution en vf : 01 août 2002
Langue d'origine : Japonais
Editeur : Tonkam
Nombre de pages : 192

Mon avis : Il est indéniable que lorsqu’il sera temps de faire une conclusion de l’ensemble de la série, la partie consacrée aux Enfers apparaitra comme étant la plus faible de ce très bon manga qu’est Angel Sanctuary : ainsi, comme je vous l’avais dit dans ma critique précédente, malgré bon nombre de bonnes idées et une intrigue toujours aussi captivante, Kaori Yuki s’était franchement perdue en court de route, bâclant un peu l’ensemble, alors que, selon moi, il y avait vraiment de quoi faire mieux. Et comme s’il fallait en rajouter une couche, histoire de boire le calice jusqu’à la lie, la première partie de ce onzième tome de la saga en est le parfait exemple avec une conclusion loin d’être a la hauteur : Arachnée se sacrifie, mouais, on commence a en avoir un peu marre de ces méchants qui finissent par regretter leurs actions, quand au final rapidement expédiée, on sent l’auteur pressée d’en finir et de passer a autre chose… Et d’ailleurs, fort heureusement qu’il y a autre chose, car là, c’est du très bon pour ne pas dire de l’excellence ! Tenez, Setsuna finit par retrouver son corps, ce qui n’est pas rien, mais quelque part, on s’en moquerait presque tellement l’événement, oh combien important, est relégué au second plan par la mise en avant, enfin, du monde céleste. Car autant Kaori Yuki s’était plantée avec les Enfers, autant elle réussit son pari avec le monde des anges, un monde, accessoirement, pas si éloigné du notre avec ses bidonvilles, ses miséreux et cette caste d’anges intouchables martyrisés par leurs supérieurs, pas si angéliques que cela d’ailleurs… Et pour nous montrer ce qu’est véritablement ce pseudo Paradis, rien de tel que les yeux innocents de Raziel, l’aide de camp du charismatique Zahikel, qui, en très peu de temps, va connaitre l’amour et le désespoir, tout découvrant que ses supérieurs tiennent davantage de la dictature qu’autre chose – accessoirement, ce chapitre est l’un des plus réussis de la série depuis le début de celle-ci et on éprouve sincèrement de la peine lors de sa lecture. Et si cela ne suffisait pas, Kaori Yuki, décidément en grande forme, nous révèle des pans du passé de Zahikel, personnage charismatique a la base et qui devient là, autrement plus inquiétant. Bref, une série qui repart de plus belle après une baisse de régime regrettable et qui nous fait dire qu’il y a encore de savourer de forts bons moments dans ce si inquiétant monde des anges…


Points Positifs :
- Le début de la partie consacrée au monde des anges est indéniablement l’une des plus réussies depuis le premier tome, ce qui est notable ! Il faut dire que les déboires du pur et naïf Raziel qui, en très peu de temps, ouvre les yeux sur la réalité de son monde, découvre l’amour et le perd, sont non seulement touchants mais également d’une tristesse troublante – bravo a l’auteur pour nous avoir fait aimer en quelques pages un personnage comme Chatiel.
- On découvre enfin le passé du charismatique Zahikel et, franchement, c’est une sacrée surprise !
- Kaori Yuki avait un peu loupé le chapitre consacré aux Enfers, rassurez vous, le Paradis, lui, promait énormément et apparait immédiatement comme étant bien plus inquiétant.
- Les protagonistes principaux apparaissent en retrait dans ce volume, alors que, mine de rien, Setsuna retrouve son corps d’origine, et, ma foi, ce n’est pas plus mal.
- Encore et toujours, les dessins de Kaori Yuki, surtout que, enfin, pour une fois, ceux-ci sont quasiment parfait de bout en bout et on échappe enfin aux traditionnels problèmes d’encrage.

Points Négatifs :
- La conclusion du chapitre consacré aux Enfers est dans la lignée de celui-ci : rapidement expédiée, brouillonne, elle ne restera pas dans les annales, loin de là. On sentait même l’auteur pressée de passer à autre chose…
- Mouais, le coté je suis un traitre en vérité et je vous emmerde tous avant de, finalement, trouver la rédemption malgré toutes les saloperies que j’ai faite et de me sacrifier pour vous sauver la mise, c’est du vu et du revu ; n’est ce pas Arachnée !?
- Mais qu’est ce qui est passé par la tête de Kaori Yuki de nous pondre une preview entre la fin des Enfers et le début du Paradis ? Non seulement, c’est limite ridicule mais en plus, on apprend beaucoup trop de choses quand aux événements à venir. Sympa pour l’effet de surprise…
- Sara et Kouraï qui ne cessent de geindre, encore et toujours, Setsuna qui ne pense qu’a sa sœur au détriment de ses compagnons ; plus le temps passe et plus les protagonistes principaux m’agacent…

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...