dimanche 19 février 2017

MONSTRESS – L'ÉVEIL


MONSTRESS – L'ÉVEIL

Il y a des années, une terrible guerre eut lieu entre les Humains et les Arcaniques, des hybrides entre hommes et animaux. Âgée de 17 ans et vierge, Maika est présentée entièrement nue à une assistance de riches humains. Celle-ci est une Arcanique ayant l'apparence d'une jeune femme et a une curieuse marque en forme d'œil sur la poitrine. Maika trouve grâce aux yeux des enchérisseurs et finit par repartir avec Sophia de l'ordre des Cumaea, une organisation scientifique qui effectue des expériences sur les Arcaniques. Conduite avec d'autres de son espèce dans la cité de Zamora, Maika va se retrouver emprisonnée, attendant son tour pour être torturée. Alors que ses geôliers s'en prennent à de jeunes Arcaniques, Maika intervient et reçoit une correction. Seulement, cela déclenche un pouvoir chez elle qui envoie valser ses gardiens. Désormais libérée, elle peut explorer un endroit où elle a tout fait pour être enfermée...


Monstress – L'éveil
Scénario : Marjorie Liu
Dessins : Sana Takeda
Encrage : Sana Takeda
Couleurs : Sana Takeda
Couverture : Sana Takeda
Genre : Heroic-Fantasy
Editeur : Image Comics
Titre en vo : Monstress – Awakening
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 19 juillet 2016
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Delcourt
Date de parution : 18 janvier 2017
Nombre de pages : 208

Liste des épisodes
Monstress 1-6

Mon avis : C’était avec une grande impatience que j’attendais, depuis quelques semaines, la sortie en français de l’une des séries qui aura le plus marqué le petit monde des comics l’année passée, je veux bien évidement parler de Monstress, œuvre du duo Marjorie Liu et Sana Takeda. Il faut dire que cette série, proposé chez nous par Delcourt sous une édition tout bonnement somptueuse, a, d’entrée de jeu, tout pour plaire, du moins, pour un certain public : ainsi, cet univers, original en diable pour ce qui est des comics et qui lorgne allègrement du coté des mangas, cela, par le biais de sa dessinatrice qui est nippone mais aussi et surtout par cette ambiance tout droit sortie du folklore du pays du soleil levant et qui plaira, indéniablement, aux amoureux de l’Asie et du Japon en particulier. Ensuite, il y a les protagonistes, fort nombreux et principalement des femmes d’ailleurs : ainsi, de l’héroïne, l’inquiétante Maika Demi-Loup au simple figurant, tous possèdent un petit je ne sais quoi qui les rend charismatiques en diable. Ajoutons a cela une intrigue diablement bien amenée et qui, sans être linéaire, nous captive de bout en bout, ce, tout en nous apprenant au passage tout un tas de choses sur cet univers décidément bien complexe par moments. Ajoutons a cela une certaine violence, une guerre impitoyable entre divers peuples, d’anciens dieux qui essaient de revenir, un peuple de chats décidément bien singulier et tout un tas d’énigmes sur le passé de notre héroïne et l’on obtient, au final, un savant mélange qui donne, indéniablement, une fort belle réussite. Car oui, ce premier volume de Monstress est bon, très bon même et, surtout, promet énormément pour la suite ; avec cette œuvre, Marjorie Liu et Sana Takeda ont frappé juste et fort et, ma foi, m’ont totalement conquis. Après, je pense qu’il ne faut pas avoir d’aprioris vis-à-vis des mangas en général car, colorisé ou pas, il est clair que les codes graphiques de Sana Takeda lorgnent allègrement du coté de son pays d’origine, mais bon, pourquoi se limiter a un style, surtout que, comme on peut le voir ici, le mélange des genres est capable de nous offrir de fort belles merveilles !?


Points Positifs :
- Un univers assez complexe, fortement inspiré de la mythologie nippone, et qui ne se dévoile que petit à petit. Cependant, tout cela est parfaitement maitriser et même si certains pans de celui-ci ne se dévoilent que petit a petit – et ce n’est pas finit – il est clair que Marjorie Liu n’avance pas a l’aveuglette et qu’il y a, derrière ce premier volume, un formidable travail en amont dont devraient s’inspirer bien des auteurs.
- Si Maika Demi-Loup est bien évidement la figure la plus marquante de Monstress, il est clair que la quasi-intégralité du casting brille par un charisme plus ou moins prononcé et que, des seconds rôles les plus importants aux figurants, tous possèdent un petit quelque chose qui marque les esprits.
- Coté dessins, Sana Takeda est japonaise et cela se voit, et pas qu’un peu, car oui, Monstress est, graphiquement parlant, un manga (colorisé) et comme en plus, l’ambiance générale est très fortement marquée par la culture asiatique et nippone plus particulièrement, on est a mille lieux du comic de base. Cependant, ce mélange des genres est loin d’être désagréable, bien au contraire.
- Une intrigue complexe, certes, mais captivante au possible et qui se dévoile, petit à petit, au fil des pages et qui donne envie d’en savoir plus sur une série oh combien prometteuse.
- Delcourt a réalisé un travail remarquable pour cette édition française !

Points Négatifs :
- Le mélange comics/mangas est plutôt réussi, cependant, le lecteur attentif remarquera quelques petits défauts inhérents au genre issu du pays du soleil levant, comme certaines cases un peu trop vides par moments, des protagonistes aux visages plutôt anguleux, etc. Du coup, ceux qui sont totalement allergiques aux manges risquent de ne pas vraiment accrocher a Monstress en raison de sa partie graphique. C’est dommage, certes, mais bon, les gouts et les couleurs…
- L’intrigue et l’univers sont plutôt complexes et ne se dévoilent que petit a petit, du coup, les moins courageux risquent d’être très rapidement perdus.

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...