jeudi 30 juin 2016

OLYMPUS


OLYMPUS

En mer Egée, à quelques milles nautiques de la Thessalie, une professeur d’archéologie, Gail Walker, est venue visiter les fonds sous-marins avec trois de ses élèves. En fouillant une vieille épave, ils découvrent un vase ancien. Ils le remontent à la surface et observent d’étranges illustrations dessus. Quelques secondes après, le temps qui était jusqu’ici ensoleillé tourne à l’orage. Les vagues se font de plus en plus hautes et leur bateau tangue énormément. La tempête bat son plein, lorsqu’un navire se rapproche d’eux. Celui-ci les accoste et des hommes armés montent à bord. Ceux-ci semblent chercher quelque chose, mais ils ont surtout l’air de s’être trompés de cible. Une vague se fait plus puissante et envoie le bateau s’échouer sur une plage. Tout le petit monde reprend ses esprits, mais aucun ne reconnaît véritablement les lieux. Une statue de Zeus se trouve à proximité et un temple similaire à celui du vase est visible au loin sur la montagne. L’endroit est effectivement loin d'être sûr, car un cyclope se rapproche dangereusement d’eux…


Olympus
Scénario : Geoff Johns, Kris Grimminger
Dessins : Butch Guice
Encrage : Butch Guice
Couleurs : Dan Brown
Couverture : Butch Guice
Genre : Fantastique, Mythologie
Editeur : DC Comics
Titre en vo : Olympus
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 01 juin 2005
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Les Humanoïdes Associés
Date de parution : 18 mai 2011
Nombre de pages : 110

Liste des épisodes
Olympus 1-2

Mon avis : Je ne m’en cache pas, ce fut complètement par hasard que je suis tombé sur cet Olympus, œuvre dont je n’avais jamais entendu parler et qui, pour sa thématique – la mythologie grecque – ainsi que son petit prix fort attractif – non négligeable – me poussa à tenter l’expérience. Alors certes, du casting je connaissais le scénariste, le sieur Geoff Johns, que l’on ne présente plus, mais pour être tout a fait franc, je n’attendais nullement monts et merveilles de cette bande dessinée : il faut dire que rien qu’avec le résumé du dos de la couverture, je n’avais pas put m’empêcher de me dire que si Olympus avait été un film, nous aurions eu droit, au mieux, a une série B, au pire, a un navet. Mais bon, les dessins, sans être extraordinaires – mouais, le style commence à vieillir – se laissaient regarder, les diverses créatures mythologiques étaient pas mal et puis, après tout, qui sait, j’allais peut-être passer un sympathique divertissement a la lecture de cet Olympus, allez donc savoir !? Alors certes, de divertissement, il y eut, on peut au moins l’affirmer sans problème, mais pour le reste… je vous parlais de série B ? C’est franchement cela, et guère plus… Ainsi, prenez donc ce scénario qui tient sur un timbre poste, pas crédible pour un sou – des archéologues qui tombent sur une bande de pirates et qui doivent faire ami-ami pour sauver leur peau – avec des personnages stéréotypés au possible – les deux sœurs, l’une studieuse, l’autre qui ne pense qu’a bronzer, le chef des pirates qui finalement s’avère être un dur mais avec un cœur d’or, le traitre, etc. – tandis qu’une partie du casting n’est là que pour servir de chair a canon… mouais, on se rapproche de plus en plus du navet… Mais bon, fort heureusement, il y a les monstres et là, vous les attendiez, vous les avez tous : Cyclopes, Minotaure, Harpies, Gorgones et les autres sont tous au rendez vous, au point même de frôler l’overdose par moments, mais enfin, on se contentera de leurs apparitions, souvent marquantes mais jamais inoubliable. Et puis, quand arrive la fin, pathétique de bons sentiments, on se dit que tout cela ne volait pas bien haut et que si divertissement il y eut, celui-ci fut minime… alors, Olympus, une déception ? Franchement, même pas, mais bon, il faut dire que vu que je n’en attendais rien, je ne risquais pas non plus d’être déçu…


Points Positifs :
- Les amoureux de mythologie grecque seront ravis de retrouver créatures et légendes qui leur sont familières.
- Certes, les dessins commencent à dater un peu, mais bon, dans l’ensemble, cela reste plutôt correct et franchement, les monstres sont pas mal.
- Olympus est le genre d’œuvre à lire entre deux trucs plus sérieux, histoire de se divertir un peu en reposant son cerveau.
- Quelques petits clins d’œil sympas aux films de Ray Harryhausen comme Jason et les Argonautes ou Le Choc des Titans.

Points Négatifs :
- Scénaristiquement, c’est faible, très faible même, il faut dire qu’ici, on oscille entre la série B et le navet tellement tout cela sent le vu et le revu et est prévisible.
- Une bande de personnages aussi charismatiques qu’une huitre, stéréotypés comme il n’est pas permis et pas attachants pour un sou.
- Que tout cela est logique : de jeunes archéologues contraints de s’allier a de méchants pirates armés afin de sauver leur peau mais ce sont ces derniers qui se font tuer par les diverses créatures qu’ils rencontrent. Mouais, c’est ce que l’on appelle de la chair à canon !
- L’énigme du Sphinx est tellement ridicule que j’ai eu de la peine pour les auteurs.
- Sympa d’avoir tous les monstres (ou presque) de la mythologie grecque ainsi que bon nombre de légendes qui lui sont liées, mais au bout d’un moment, on frôle l’overdose, surtout que certains ne sont là que pour faire de la figuration – à croire qu’il fallait tous les caser.

Ma note : 4/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...