samedi 4 juin 2016

LA LIGUE DES GENTLEMEN EXTRAORDINAIRES – CENTURY 1910


LA LIGUE DES GENTLEMEN EXTRAORDINAIRES – CENTURY 1910

Dans les arcanes du British Muséum, en 1910, Thomas Carnacki, détective spécialiste de l’étrange, est assailli par des cauchemars et des visions mêlant ésotérisme et apocalypse. Il y est question « d’un enfant de lune », mystérieux objet susceptible de faire plonger le monde dans l’âge des ténèbres. Réveillé en sursaut, les autres membres de la Ligue des Gentlemen Extraordinaires le rejoignent : Mina Murray, Quatermain junior, A.J. Raffles, et Orlando. Ces rêves prémonitoires inquiètent la fine équipe remobilisée à l’occasion par Miss Murray. Les services secrets anglais, en la personne de Mycroft Holmes, confient une nouvelle mission à la ligue : retrouver le gourou de la secte occulte dont à rêvé Carnacki, et l’empêcher de mettre en œuvre son plan diabolique : anéantir l’humanité…


La ligue des Gentlemen Extraordinaires – Century 1910
Scénario : Alan Moore
Dessins : Kevin O'Neill
Encrage : Kevin O'Neill
Couleurs : Ben Dimagmaliw
Couverture : Kevin O'Neill
Genre : Super-héros, Fantastique, Etrange
Editeur : DC Comics
Titre en vo : The League of Extraordinary Gentlemen – Century 1910
Pays d’origine : Angleterre, Etats-Unis
Parution : Mai 2009
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Delcourt
Date de parution : 10 février 2010
Nombre de pages : 73

Liste des épisodes
La ligue des Gentlemen Extraordinaires – Century 1910

Mon avis : Il est bien entendu inutile de présenter Alan Moore, génial et loufoque scénariste britannique qui, en son temps, a créer des œuvres aussi marquantes que Watchmen ou La Ligue des Gentlemen Extraordinaires, et justement, c’est cette seconde qui nous préoccupe aujourd’hui puisque, un an après avoir enfin lu la version originale de cette bande dessinée – oublions le film, étron parmi les étrons – je m’attaque enfin a sa suite, ou plutôt, a l’une de ses suites, Century, mini-série en trois parties, chacune s’intéressant a une période donnée des aventures de la Ligue. Et donc, pour commencer, Century 1910 ouvre le bal et d’entrée de jeu, le lecteur qui aura lu et apprécier le comics original sera en terrain familier puisqu’on y retrouve certaines figures connues ou, du moins, plus ou moins en rapport avec ceux-ci : Mina, Alain Quatermain Jr, un Nemo vieillissant, la fille de ce dernier, etc. Ajoutons quelques nouvelles têtes, une ambiance apocalyptique propre a l’époque et au mysticisme qui touchait le vieux continent d’alors, avec, en filigrane, une menace de guerre, avec, bien sur, la thématique générale de La Ligue des Gentlemen Extraordinaires avec tout un tas de références a d’autres œuvres de l’époque de la part d’un Moore en pleine forme et l’on comprend très rapidement que l’on va une fois de plus en prendre plein les yeux et que le plaisir sera au rendez vous… Or, même si tous les éléments semblent en place pour faire de ce Century 1910 une réussite, force est de constater que le niveau général d’ensemble reste inférieur a son illustre prédécesseur : bien entendu, il était difficile de faire aussi bien et puis, au vu du casting initial, le nouveau pèche un peu coté charisme. Ajoutons à cela le fait que Century est une œuvre en trois parties, bref, qu’il faudra se faire une opinion précise a la fin et l’on peut comprendre que 1910 ne tienne pas la comparaison avec le comics original de La Ligue. Cependant, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit car malgré cela, Century 1910 reste un bon, que dis-je, un excellent comics : c’est du Moore en excellente forme, le plaisir de retrouver nos héros et/ou leurs descendants est une bonne chose, quand a l’intrigue elle-même, celle-ci reste de bon niveau surtout que, loin des héros vainqueurs des débuts, cette nouvelle Ligue va connaitre bien des déboires, et ce, dans les débuts d’un vingtième siècle bien plus sombre que le précédent. Bref, Century 1910 est certes inférieur à La Ligue des Gentlemen Extraordinaires première mouture, mais bon, dans l’ensemble, cela reste une excellente BD et qui, accessoirement, annonce une mini-série alléchante dont j’ai hâte de lire la suite…


Points Positifs :
- Le plaisir de replonger dans l’univers original de l’une des œuvres les plus cultes du génialissime Alan Moore.
- Du coup, on se plait à retrouver certains personnages, apprendre ce qu’il est advenu des absents, l’évolution du monde depuis la fin du premier album, ainsi que, bien évidement, la curiosité de la découverte des nouvelles têtes.
- Alan Moore se plait une fois de plus à user de moult références à la culture historique ou populaire de la fin du XIXème et du début du XXème siècle. Accessoirement, bien malin celui qui les remarquera toutes, surtout que si l’on n’est pas britannique, cela devient compliquer.
- Pour les dessins, on reste en terrain familier avec un Kevin O'Neill égal a lui-même.
- Une Ligue bien moins efficace que sa devancière ; d’ailleurs, cet échec les rends un peu plus attachants au final.
- Parmi les nouveaux, la fille de Némo bien sur : son intrigue se déroule en parallèle de celle des autres personnages mais, quelque part, c’est elle l’héroïne de cet album.
- Orlando, a la fois homme, a la fois femme…
- La nouvelle a la fin, plutôt instructive sur la suite de l’intrigue.  

Points Négatifs :
- Un casting beaucoup moins sexy que le précédent : il faut dire qu’il était difficile de remplacer des têtes d’affiches comme Némo, Quatermain (quoi que), l’Homme Invisible ou Mr Hyde.
- Le fait que les membres de la Ligue soient totalement a l’ouest tout au long de l’intrigue peut en dérouter plus d’un ; d’ailleurs, je trouve qu’ils sont même limites débiles a un moment donné, quand ils croient naïvement les dires de l’individu qu’ils cherchent tout au long de l’album.
- Seul Alan Moore pouvait s’inspirer de L'Opéra de quat'sous dans l’une de ses œuvres, c’est une bonne idée, par contre, ce n’est pas évidant a la lecture par moments.

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...