dimanche 26 juin 2016

ANGEL SANCTUARY – TOME 8


ANGEL SANCTUARY – TOME 8

Sétsuna est dans le corps d'un ange. Un ange féminin, qui plus est. Mais il ne s'en porte pas trop mal. Bien dans son corps, bizarre dans sa tête. Sa rencontre avec l'archange Mikael part sur un léger badinage, pour se terminer en bain de sang. Un combat qui aura le mérite de lui ouvrir les yeux sur ce que le mot dévouement signifie. Dévouement... Un mot que Sévoth-tart semble lui aussi apprécier quand il s'agit de Métatron. Mais, le jeune lord a-t-il véritablement besoin du pouvoir de son aîné ? Un aîné qui va dévoiler son visage à un futur mort, et à une sœur ressuscitée. Car Sara est de retour, avec un petit handicap, mais de retour quand même, au royaume des cieux. Quant au Chapelier et à Kouraï, leur petit jeu de dupes continue, pour une croissance express.


Angel Sanctuary – Tome 8
Scénariste : Kaori Yuki
Dessinateur : Kaori Yuki
Genre : Shojo
Type d'ouvrage : Fantastique, Romance
Titre en vo : Tenshi Kinryouku
Parution en vo : 18 avril 1997
Parution en vf : 01 juillet 2001
Langue d'origine : Japonais
Editeur : Tonkam
Nombre de pages : 192

Mon avis : Après avoir replongé dans l’excellent manga de Kaori Yuki, probablement sa plus belle réussite, qu’est Angel Sanctuary, pas plus tard qu’hier, je poursuis sur ma lancée avec ce huitième tome de la saga, un volume qui, mine de rien, renoue avec les plus belles heures de la série. Il faut dire qu’après un septième tome un peu trop bavard par moments (mais néanmoins riche en révélations et autres coups de théâtre), l’auteur, ici, décide de mettre en avant l’action avec un grand A en opposant notre héros, Setsuna, ou plutôt, actuellement, notre héroïne, Alexiel (puisque ce dernier s’est réincarner dans le corps de celle-ci) a l’un des petits nouveaux apparus dans le volume précédent, le sanguin Mikael : forcément, la rencontre est pour le moins explosive, surtout que le second ne souhaite que ça. Un affrontement long, sanglant mais où, curieusement, l’humour n’est pas bien loin et qui, ma foi, nous tient en haleine une bonne partie de ce volume… La suite, différente, est bien plus calme et voit Setsuna/Alexiel retrouver ses compagnons démons et plus particulièrement notre Kouraï, toujours aussi amoureuse de lui, même si cet amour est a sens unique – oui, Setsuna n’a d’yeux que pour sa sœur, celle-ci repointant d’ailleurs le bout de son nez sous une nouvelle apparence… Quand au Chapelier Fou, il continu allègrement à manipuler notre princesse démon tellement désespérée que Setsuna ne lui accorde aucune intention qu’on ne peut s’empêcher d’éprouver de la peine pour elle. Bref, vous l’avez compris, ce huitième tome de Angel Sanctuary est plutôt bon, toujours aussi captivant et, ma foi, dans la lignée d’une série qui, jusqu’à alors, n’a guère connu de points négatifs !


Points Positifs :
- L’affrontement entre Setsuna/Alexiel et Mikael qui occupe une bonne partie de ce huitième volume : c’est spectaculaire, violent et… drôle ! Car oui, Kaori Yuki réussit toujours à placer des petites scènes d’humour là où on ne les attend pas.
- Kouraï est depuis le début l’un de mes personnages préférés et, ma foi, comment ne pas ressentir de la peine pour l’adolescente et ses peines de cœurs, surtout qu’ici, elle en bave pas mal ?!
- Une intrigue qui se développe petit à petit, avec de nouvelles révélations, quelques petites surprises – Sara qui se réveille dans le corps de Gabriel – ainsi que de nouvelles énigmes – mais qui est donc le mystérieux Sévoth-tart, quels sont ses plans et, accessoirement, qui se cache derrière Lapinou, la peluche de Métatron ?
- Le Chapelier Fou, toujours aussi excellent !
- Ce n’est plus une nouveauté mais une fois de plus, les dessins de Kaori Yuki, surtout qu’ici, en dehors de quelques planches, c’est quasiment parfait de bout en bout !?

Points Négatifs :
- Kaori Yuki dessine fort bien, on ne peut pas le nier, cependant, il y a toujours des planches où, que ce soit par leurs découpages ou l’abus d’encrage, on a du mal a tout saisir.
- Toujours coté dessins, c’est fou ce que certains personnages se ressemblent par moments : ainsi, si l’on prend Katan, mine de rien, on dirait que le sous-fifre préféré de Rochel possède un ou deux petits clones qui se baladent dans la nature.

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...