lundi 22 décembre 2014

AMERICAN HORROR STORY – MURDER HOUSE


AMERICAN HORROR STORY – MURDER HOUSE

Peu après que Vivien a fait une fausse couche et que Ben l'ait trompée avec l’une de ses étudiantes, les Harmon décident de quitter Boston et achètent une maison victorienne à Los Angeles. À leur arrivée, ils apprennent que le précédent propriétaire de la demeure a été tué par son petit ami, qui s’est suicidé après le meurtre. Moira O'Hara, une étrange femme de ménage s’occupant de la maison depuis des années se présente à la famille dès le début de la série pour reprendre son travail. La maison subit de fréquentes visites de la voisine Constance et de sa fille trisomique Adélaïde qui semble être attachée à la maison et à son passé ainsi que le harcèlement d'un ancien propriétaire au corps ravagé par le feu et à tendances psychotiques, Larry Harvey. Ben, psychiatre, a pour patient le jeune Tate Langdon probablement atteint de schizophrénie, qui noue vite des liens avec Violet. La famille Harmon réalise que leur nouvelle vie devient peu à peu leur pire cauchemar, habitant dans une maison cachant de terribles secrets…


American Horror Story – Murder House
Réalisation : Bradley Buecker, Alfonsa Gomez-Rejon et David Semel
Scénario : Ryan Murphy, Brad Falchuk, Tim Minear, Jennifer Salt, Jessica Sharzer et James Wong
Musique : James S. Levine
Production : 20th Century Fox, FX
Genre : Horreur, Dramatique et Fantastique
Titre en vo : American Horror Story – Murder House
Pays d’origine : États-Unis
Chaîne d’origine : FX
Diffusion d’origine : 5 octobre 2011 – 21 décembre 2011
Langue d'origine : anglais
Nombre d’épisodes : 12 x 40 minutes

Casting :
Dylan McDermott : Dr Benjamin « Ben » Harmon
Connie Britton : Vivien Harmon
Taissa Farmiga : Violet Harmon
Evan Peters : Tate Langdon
Denis O'Hare : Larry Harvey
Jessica Lange : Constance Langdon
Frances Conroy : Moira O'Hara
Alexandra Breckenridge : Moira O'Hara jeune
Jamie Brewer : Adelaide « Addie » Langdon, fille de Constance
Kate Mara : Hayden
Christine Estabrook : Marcy
Eve Gordon : Dr Hall
Zachary Quinto : Chad
Teddy Sears : Patrick, conjoint de Chad
Shelby Young : Leah
Matt Ross : Dr Charles Montgomery, premier propriétaire en 1922
Lily Rabe : Nora Montgomery
Michael Graziadei : Travis
Rosa Salazar : Maria
Morris Chestnut : Luke, agent de sécurité
Brando Eaton : Kyle Greenwell, victime de la tuerie de Westfield High
Azura Skye : Fiona
Ashley Rickards : Chloe Stapleton, victime de la tuerie de Westfield High
Alessandra Torresani : Stephanie Boggs, victime de la tuerie de Westfield High
Sarah Paulson : Billie Dean, médium

Mon avis : Cela faisait pas mal de temps que je souhaitais me lancer dans cette série qui connait un certains succès depuis quelques années et dont j’avais entendu le plus grand bien, je veux bien évidement parler d’American Horror Story, ainsi, lorsque l’occasion s’est présenté de pouvoir enfin découvrir la première saison de celle-ci, je n’ai guère hésiter a franchir le pas, surtout que, comme je m’y attendais (mais bon, parfois, on est déçu), le jeu en valait vraiment la chandelle. Cependant, ne nous trompons pas : aussi bonne soit-elle, cette première saison d’American Horror Story n’est pas non plus ce que l’on pourrait appeler la série de l’année ; certes, dans le genre horrifique (et si vous aimez celui-ci, vous ne pourrez qu’être aux anges), nous avons droit a un véritable florilège, que dis-je, un pot-pourri (dans le bon sens du terme) de tous les ingrédients que l’on trouve dans les œuvres du genre, ce qui signifie que l’amateur d’horreur aura droit a un fort bon best-of de ce qu’il a put trouver, a maintes reprises, dans bien des films et autres œuvres du même type – ici, principalement pour ce qui est maisons hantés et/ou maudites. Ensuite, pour ce qui est de l’intrigue ou du découpage de la saison, il n’y a pas grand-chose à dire puisque nous nous trouvons devant un synopsis savamment bien construit et qui tient en haleine le spectateur ; probablement le savoir faire américain que j’ai eu a maintes reprises l’occasion de louer sur ce blog. Pour finir, les acteurs, je sais que cela peut paraitre banal de le dire mais franchement, ceux-ci sont pour beaucoup pour l’attrait que j’ai eu pour cette série. Bref, tout pour qu’American Horror Story soit un incontournable ? Quelque part, oui, ne le nie pas, cependant, malgré tout le bien que je pense de cette première saison, malgré le fait que celle-ci m’ait tellement captivé que je l’ai regardé en deux soirées, comment occulter quelques petits défauts qui font que l’on passe à coté du pur chef d’œuvre ? Ainsi, si c’est avec plaisir que les amateurs du genre horrifique retrouveront tout un tas de références à des œuvres plus anciennes, du coup, parler de franche originalité serait allé un peu vite en besogne. Ensuite, douze épisodes, c’est peut-être un peu long et on sent que certains éléments sont usés jusqu’à la corde… quand au dernier épisode, qui aurait dut conclure en beauté cette première saison, dire qu’il est raté serait exagéré mais en tous cas, il ne fut pas a la hauteur de mes espérances. Bref, une première saison qui ne fut pas parfaite, hélas, mais qui, et je tiens à le préciser, n’en reste pas moins plutôt bonne et qui mérite largement le coup, surtout si vous appréciez le genre horrifique, car si c’est le cas, ce serait vraiment dommage de passer a coté de cette histoire d’horreur américaine…


Points Positifs :
- Magnifique best-of du genre horrifique – principalement, de tout ce qui a trait aux maisons hantées et/ou maudites – cette première saison d’American Horror Story ne pourra que ravir les amateurs.
- Références multiples, clins d’œil à tout un tas d’autres œuvres, ambiance : une série pensée et faite pour les fans du genre.
- Une intrigue forcément convenue et mille fois vue et revue mais qui n’en fonctionne pas moins, très bien même.
- Une belle petite flopée d’acteurs, certains connus, d’autres beaucoup moins, mais qui collent parfaitement a leurs personnages.
- Un pur régal pour les yeux que cette maison de l’horreur, comme la série dans son ensemble. Bravo aux décorateurs, aux costumiers et aux informaticiens et autres maquilleurs qui se sont occupés des effets spéciaux, franchement réussis.
- On pourrait craindre une trop forte dose d’hémoglobine et de scènes dures, mais finalement, si celles-ci sont bien entendu présentes, la chose est plutôt bien dosée. De la même façon, on pouvait craindre un trop grand nombre de scènes olé/olé mais finalement, ce fut moins que je ne le craignais et pas gratuitement.

Points Négatifs :
- Je pense que douze épisodes, c’est un peu trop au vu de l’intrigue principale, non pas que ceux-ci soient inintéressants pris dans leur ensemble mais quelque part, on sent que l’histoire a été un peu étirée en longueur et que le tout serait mieux passé sous un format plus compact.
- Le fan absolu de films d’horreurs risque de ne plus être surpris vu le nombre d’hommages à d’autres œuvres et autres stéréotypes du genre ; du coup, pour l’originalité, on repassera.
- Malheureusement, le dernier épisode ne fut pas à la hauteur de ce que l’on était en droit d’espérer au vu de ses prédécesseurs. Tant dans sa structure que dans son déroulement, il fait un peu bâclé au vu du reste.

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...