mercredi 9 mai 2018

THE RAIN – SAISON 1


THE RAIN – SAISON 1

Le monde que nous connaissons n'existe plus. Six ans après qu'un virus brutal véhiculé par la pluie a décimé presque toute la population de Scandinavie, un frère et une sœur rescapés découvrent en quittant la sécurité de leur bunker qu'il ne reste plus aucun vestige de la civilisation. Bientôt, ils se joignent à un autre groupe de jeunes survivants et se lancent dans une aventure dangereuse qui leur fera parcourir tout le pays en quête d'une trace de vie.


The Rain – Saison 1
Réalisation : Kenneth Kainz et Natasha Arthy
Scénario : Jannik Tai Mosholt, Lasse Kyed Rasmussen, Marie Østerbye, Poul Berg et Mette Heeno
Musique : Av Av Av
Production : Miso Film
Genre : Post-Apocalyptique
Titre en vo : The Rain – Season 1
Pays d’origine : Danemark
Chaîne d’origine : Netflix
Diffusion d’origine : 04 mai 2018
Langue d'origine : danois, suédois
Nombre d’épisodes : 8 x 40 minutes

Casting :
Alba August : Simone
Lucas Lynggaard Tønnesen : Rasmus
Mikkel Følsgaard : Martin
Angela Bundalovic : Beatrice
Sonny Lindberg : Jean
Jessica Dinnage : Lea
Lukas Løkken : Patrick
Iben Hjejle : Ellen
Lars Simonsen : Frederick
Johannes Kuhnke : Sten

Mon avis : On ne va pas se mentir, si les danois, sous nos latitudes, sont connus pour la qualité de leurs séries, c’est surtout grâce a ces deux petits bijoux du petit écran que sont The Killing et Borgen, c’est-à-dire, une œuvre policière et une autre politique. Du coup, vous pouvez imaginer a quel point je pouvais être dubitatif lorsque j’appris que Netflix allait diffuser une œuvre danoise de science-fiction, genre oh combien casse gueule et qui, surtout, était une première a mes yeux pour ce qui était des productions issus de ce sympathique pays. Le souci, c’est que, d’entrée de jeu, les critiques furent, au mieux, maussades, au pire, mauvaises, ce qui laissait entrevoir une série en demi-teinte. Bien évidement, n’ayant pas grand-chose à me mettre sous la dent, je me suis dit que je pourrais toujours juger par moi-même si The Rain méritait tout le mal que j’avais put lire a son sujet… et, comment dire, disons que si je n’attendais pas grand-chose de cette série, force est de constater que le résultat final fut encore pire ! Car oui, ne tournons pas autour du pot plus longtemps : The Rain est loin d’être une bonne série, que dis-je, on ne peut même pas dire que cette œuvre est moyenne tellement les défauts de celle-ci prennent le pas sur le peu de qualités qu’elle peut posséder. Justement, pour ce qui est des qualités, parlons en tout de suite : le postulat de départ avec cette idée qu’un virus décimerait la population par le biais de la pluie est, pour ma part, une idée plutôt bonne. Le problème, c’est que même ce point positif porte en lui un énorme défaut : ainsi, assez rapidement, on se rend compte que seul une partie du Danemark, principalement, et je pense de la Suède, sont touchés. Le reste du monde ? Eh bien, disons que les scénaristes de The Rain ne savent pas que des nuages se déplacent et ne connaissent pas les frontières… Ensuite, il y a le scénario en lui-même, visiblement destiné a un public adolescent et qui préfère s’attarder sur les amourettes de personnages tous plus fades les uns que les autres plutôt que sur l’élément de survie en tant que tel ; ainsi, si vous vous attendiez a un The Walking Dead danois, passez votre chemin ! Je passerai très rapidement sur les nombreuses incohérences qui parsèment cette première saison pour conclure que pour ce qui est de la suite, si suite il y a – ce que laisse présager le dernier épisode – eh bien, celle-ci se fera sans moi : après tout, au bout de deux épisodes, mon avis sur The Rain était établie et la suite ne fit que confirmer tout le mal que je pensais de cette série. Bref, un sacré beau ratage a mes yeux que cette série, probablement même l’une des plus mauvaises qu’il m’a été donné de regarder depuis une éternité et, en disant cela, je ne peux m’empêcher de me dire que les danois devraient rester dans leur domaines de prédilections où ils sont vraiment bons, car la SF, visiblement, ils ne savent pas faire…


Points Positifs :
- L’idée qu’un virus mortel soit transmissible par la pluie et, l’eau en général est plutôt pas mal. Dommage que celle-ci n’ait pas été mieux ficelée.
- Les deux premiers épisodes se laissent encore regarder, de même que celui où nos survivants on affaire a une communauté de cannibales.
- Si vous avez dans les 15 ou 16 ans grand maximum, peut-être que vous pouvez vous laisser tenter par The Rain ?

Points Négatifs :
- Scénaristiquement, il faut reconnaitre que The Rain est très pauvre et que cette série est bourrée d’incohérences en tous genres, de lieux communs, de dialogues d’une niaiserie insupportable et de quelques scènes franchement pathétiques.
- Des protagonistes sans le moindre charisme, sans le moindre charme et tellement stéréotypés qu’ils en deviennent très rapidement navrants.
- Cette tête a claques de Marcus remporte haut la main du personnage le plus détestable, pourtant, il y avait foule pour mérité le titre !
- Comme les frontières françaises stoppèrent en leur temps le fameux nuage de Tchernobyl, ici, le virus, propagé par la pluie et donc par les nuages, ne touche pas le monde entier mais uniquement le Danemark et un petit morceau de la Suède. Logique quant tu nous tiens…
- C’est au bout de six ans qu’ils se rendent compte que la pluie et l’eau ne propagent plus le virus ? Mais au fait, pourquoi ?!
- Si vous êtes un adulte ou si vous êtes un adolescent éclairé – c’est-à-dire, avec un certain bagage culturel derrière – il est difficile de ne pas rigoler devant un scénario aussi navrant.
- Les danois prouvent avec The Rain qu’ils sont infiniment plus doués avec le policier ou la politique.

Ma note : 2/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...