lundi 21 mai 2018

RAT GOD


RAT GOD

Près d'un pont, une voiture s'arrête. Le professeur Clark Elwood en descend. Celui-ci est en route pour le village de Lame Dog, un endroit où la femme dont il est tombé éperdument amoureux pourrait se trouver. L'homme a cru apercevoir de l'autre côté la silhouette de sa bien-aimée mais en réalité, c'est un homme qui s'approche de lui. Il prétend être le frère de Kito et pouvoir le guider. Clark le prend à bord de son véhicule et ensemble font un bout de chemin. Après une halte à la station-essence, le passager reproche à Clark de mal considérer l'homme qui les a servi à cause de ses origines et va même jusqu’à l'expulser de sa voiture au milieu de nulle part. Alors qu'il ramasse ses affaires et avance vers le nord, Clark est poursuivi par une énorme panthère noire. Alors que l'animal se jette sur lui, des chasseurs touchent la bête qui s'enfuie. Malheureusement, le professeur ne parvient pas à rejoindre ses sauveurs et finit par s'évanouir. Il se réveille dans une maison, près d'un feu avec le prétendu frère de Kito. Ce dernier lui demande d'arrêter sa quête et de rebrousser chemin...


Rat God
Scénario : Richard Corben
Dessins : Richard Corben
Encrage : Richard Corben
Couleurs : Beth Corben Reed, Richard Corben
Couverture : Richard Corben
Genre : Horreur
Editeur : Dark Horse
Titre en vo : Rat God
Pays d’origine : Etats-Unis
Langue d’origine : anglais
Parution : 30 septembre 2015
Editeur français : Délirium
Date de parution : 22 septembre 2016
Nombre de pages : 152

Liste des épisodes
Rat God 1-5

Mon avis : Il y a toujours un début a tout et il aura donc fallut, pour ma part, 2018 et approcher des 44 ans pour, enfin, découvrir une œuvre du grand Richard Corben. Il faut dire, a ma décharge, que pour ce qui est des comics, mon histoire d’amour avec eux fut, pendant fort longtemps, limitée aux productions Marvel et DC, c’est-à-dire, avant toute chose, des super-héros encore et encore. Depuis quelques années, lassé des deux grosses maisons d’éditions, je me suis tourner de plus en plus vers les autres éditeurs et les indépendants, découvrant de pures merveilles et, donc, désormais, ce fameux Richard Corben, auteur et dessinateur oh combien génial et grand amateur de Lovecraft ou de Edgar Allan Poe. Et donc, ce fut avec l’une de ses dernières créations en date, ce fameux Rat God qui nous préoccupe aujourd’hui, que je me suis lancer, pour la toute première fois, dans une création du grand Corben et, ma foi, si je dois reconnaitre que je n’ai pas époustouflé par celle-ci, il est clair que ce comics m’aura donné envie de découvrir d’autres créations du maitre. Déjà, il y a le style, inimitable et inimité, qui fait de Corben un inclassable du genre et est pour beaucoup pour l’attrait que l’on peut avoir de l’artiste. Ensuite, il y a cette colorisation, elle aussi excellente et qui est proche de la perfection. Bien évidement, ce style avec ces personnages caricaturaux pourraient en déstabiliser plus d’un, de même, Corben alterne, suivant l’avancée de son scénario ou ce qu’il souhaite montrer ou pas, entre des planches fortement détaillées et d’autres pour le moins minimalistes. Cela ne plaira peut-être pas a ceux et celles qui sont plus habitués aux comics grand public, mais bon, au vu de la piètre évolution de ces derniers depuis une bonne décennie, personnellement, je préfère nettement un artiste comme Richard Corben qui lui, au moins, possède un style bien a lui. Cependant, si pour ce qui est des dessins, il n’y a pas grand-chose à dire de ce Rat God, si ce n’est du positif, je serais un peu plus dubitatif pour ce qui est du scénario lui-même : certes, nous avons là une histoire qui ne dénoterait nullement chez un Lovecraft ou un Poe, d’ailleurs, les fidèles du genre reconnaitront l’énorme hommage qui est fait ici a une nouvelle du reclus de Providence, Le Cauchemar d'Innsmouth, par contre, si ce mélange entre légendes indiennes et horreur fonctionne assez bien, il subsiste néanmoins quelques facilitées scénaristiques et rebondissements qui tombent un peu a plat. Pas au point de nuire totalement a une histoire qui reste, dans l’ensemble, assez bonne, mais qui empêche Rat God d’être un incontournable du genre, ce qui, ma foi, est fort dommage…


Points Positifs :
- Artistiquement, Rat God est une pure merveille et on retrouve donc un Richard Corben en grande forme, ce qui ravira ses fans, bien entendu. Bien évidement, il faut apprécier son style tellement particulier, mais bon, si c’est le cas, parcourir ces pages sera un pur bonheur.
- Une histoire qui mêle habilement légendes indiennes et récit horrifiques à la Lovecraft et à la Edgar Allan Poe. Du coup, les familiers de ces deux auteurs seront en terrain familier mais ce n’est pas un défaut, loin de là.
- Les protagonistes, avec, principalement, ce héros qui a de faux airs de Lovecraft, imbu de sa personne, raciste, maladroit et qui va connaitre bien des mésaventures.
- La colorisation de Beth Corben Reed – et un peu de Richard Corben – est une pure réussite.
- Les amateurs de Lovecraft reconnaitront le bel hommage au Cauchemar d'Innsmouth.

Points Négatifs :
- Quelques petites légèretés scénaristiques nuisent grandement à l’ensemble. De même, certains événements ne sont pas très clairs.
- Le Dieu Rat meurt un peu trop facilement, vous ne trouvez pas ?
- Richard Corben possède un style franchement particulier qui ne plaira peut-être pas à tout le monde. Bien évidement, tout cela est une affaire de gouts mais on peut comprendre que le grand public ait du mal avec ce coté caricatural.

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...