dimanche 20 mai 2018

BLOODBORNE


BLOODBORNE

Les premiers instants du jeu se font à la première personne, au travers des yeux d'un chasseur ; celui-ci voit qu'il est opéré par un vieil homme. Ce dernier explique qu'il lui transfuse du sang. Il avertit le chasseur qu'il commence un étrange voyage en quête du sang pâle qui semblera être un mauvais rêve. Le chasseur s'évanouit après avoir vu plusieurs créatures bestiales s'approcher de lui. Une fois que le joueur a créé son chasseur, le chasseur se réveille sur une table d'opération dans une petite pièce. Le chasseur quitte alors la pièce, découvre qu'il est à Yharnam, plus précisément à la clinique de Iosefka, constate que le monde est rempli de dangereux monstres et mystères, et commence son long voyage. Peu après son arrivée à Yharnam, le joueur est projeté dans une dimension spectrale nommé le Rêve du Chasseur, qui sert aussi bien de refuge que d'atelier. Il y rencontre deux entités : Gehrman, un vieil homme en fauteuil roulant qui donne des conseils, et la Poupée, une poupée taille humaine qui lui permet d'utiliser les échos du sang pour préparer son corps aux combats. Gehrman informe le joueur que pour obtenir le sang convoité, il doit chasser les différents monstres infestant Yharnam et stopper la source de la contamination. Alors que le chasseur s'enfonce de plus en plus dans la ville, il commence à découvrir ses noirs secrets ainsi que l'origine de la contamination qui la détruit. Il y a fort longtemps, les habitants d’Yharnam commencèrent à vénérer les Grands Anciens, des êtres cosmiques étranges habitant les labyrinthes sous la ville. Ils pourvoyaient le sang guérisseur pour lequel Yharnam était connu, et qui est aussi la source de la contamination. Ils propagent le fléau dans Yharnam afin d'encourager la croissance d'un nourrisson de Grand Ancien.


Bloodborne
Éditeur : Sony Computer Entertainment
Développeur : From Software
Concepteur : Hidetaka Miyazaki
Date de sortie : 24 mars 2015
Pays d’origine : Japon
Genre : Action-RPG
Mode de jeu : Solo, Multijoueur
Média : Blu-Ray
Contrôle : Manette
Plate-forme : PS4

Mon avis : Indéniablement, la saga des Dark Souls aura changer, a sa manière, la face du petit monde des jeux vidéos car, depuis ses premiers opus, il y a de cela quelques années, les softs du sieur Hidetaka Miyazaki auront sut conquérir des joueurs plus exigeants, des joueurs qui en avaient assez de la facilité de la plupart des jeux actuels et qui, bien évidement, étaient prêt a mourir, encore et encore, chaque succès étant considéré comme étant une victoire. Pour la petite histoire, je n’ai eu l’occasion de jouer qu’a un seul soft de la saga, le fameux Dark Souls 3, dont je vous en ai parlé il y a de cela un an, environ. Un grand jeu, indéniablement, et qui me poussa à m’intéresser a une autre création du même concepteur, un jeu a la fois semblable et différent, je veux bien évidement parler de Bloodborne. Semblable car dans le genre hardcore, Bloodborne est un digne équivalent de Dark Souls : ici, le familier des Souls sera en terrain connu et même s’il y a quelques différences dans les combats, beaucoup plus dynamiques, il est clair que le leitmotiv reste le même, c’est-à-dire, des adversaires dangereux et qui peuvent tous vous tuer, y compris le moindre villageois armé d’une fourche, des boss plus spectaculaires les uns que les autres, des décors grandioses, bref, tout un tas d’éléments que l’on trouvait déjà dans la saga des Souls. Cependant, dans Bloodborne, nous quittons l’Heroic-Fantasy pour une ambiance plus Victorienne et où plane l’ombre d’un certain Lovecraft. Du coup, exit les boucliers et place aux armes a feu, exit les armures pour des tenues du XIXème siècle, exit les sorciers pour faire place a des savants fous. Bref, avec Bloodborne, les familiers de Dark Souls retrouveront tout ce qui avait put les attirer dans cette série de softs, c’est-à-dire, avant toute chose, un jeu exigeant – parfois trop pour certains – mais ce, dans une ambiance différente et qui, ma foi, ravira bien des amateurs de gothique et d’auteurs comme Lovecraft ou Stocker.  Le jeu en lui-même est superbe, les décors, forcément grandioses et inquiétants et si vous avez apprécié Dark Souls, alors, n’hésitez pas une seule seconde, malgré ses différences, Bloodborne est fait pour vous. Bien évidement, certains joueurs, trop habitués aux facilitées de la plupart des jeux vidéos actuels passeront leur chemin, mais cela est plutôt dommage car malgré ce que l’on peut penser, un jeu comme Bloodborne, malgré ses difficultés, n’est pas impossible. Il suffit juste d’avoir de la patience et d’accepter de mourir de nombreuses fois, mais n’oubliez jamais que la réussite, lorsqu’elle surviendra, n’en sera que plus appréciable !


Points Positifs :
- En gardant le concept qui a fait le succès des Dark Souls mais en quittant l’univers de l’Heroic-Fantasy pour une ambiance gothique, Hidetaka Miyazaki a sut non seulement renouveler la saga mais, qui plus est, nous pondre ce qui est indéniablement un superbe jeu. Car plus qu’une pseudo-suite ou un épisode annexe, Bloodborne est un volet a part qui, peut-être, aura droit a ses propres suites.
- Comme dans les Souls, il faut s’attendre a mourir énormément de fois, a devoir apprendre comment tous nos adversaires se battent, a être prudent, a chercher le bon chemin, les bons raccourcis, a affronter des boss tous plus spectaculaires les uns que les autres, mais même si cela peut présenter quelques difficultés au départ, une fois la manette prise en main et le concept maitrisé, c’est parti pour une centaine d’heures de pur bonheur !
- Les décors, magnifiques et grandioses, les décors, qui le sont tout autant, le design des monstres, l’ambiance générale, la bande son qui permet de nous fondre dans l’aventure. Bref, que du bon !
- Bien évidement, la satisfaction de battre un boss, de traverser un niveau qui semblait impossible et autres joyeusetés du même genre sera a la hauteur de nos difficultés.
- Assez différents de ceux des Souls, les combats de Bloodborne, bien plus dynamiques, déstabilisent au départ mais s’avèrent être une belle réussite.

Points Négatifs :
Bloodborne n’est pas un jeu impossible a finir et même s’il est plus destiné aux hardcore gamers – il faut le reconnaitre – c’est avant toute chose un soft exigeant. Forcément, nombreux seront ceux qui n’iront pas au bout devant la difficulté de la chose et qui abandonneront, dès les rues de Yharnam.
- Sympa l’idée de créer des donjons aléatoires où l’on peut prolonger l’expérience, cependant, ces derniers s’avèrent très rapidement se ressembler tous et, du coup, on finit par ne plus trop y aller.

Ma note : 9/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...