samedi 21 avril 2018

LES ANNALES DU DISQUE-MONDE – COUP DE TABAC


LES ANNALES DU DISQUE-MONDE – COUP DE TABAC

Commissaire divisionnaire d'Ankh-Morpork, c'est plus qu'un travail, un véritable sacerdoce, ce qui convient très bien à Samuel Vimaire. Moins à son épouse aimante, Dame Sybil, qui lui a imposé des vacances à la campagne. Mais dans ces contrées bucoliques, les placards ne regorgent pas moins de cadavres que dans la foutraque capitale. Vimaire n'a pas ouvert ses valises qu'un corps lui tombe dessus. Et avec lui, son cortège de crimes, magouilles et petits arrangements. Le commissaire serait donc bien avisé de regarder ailleurs et de passer son chemin vers les vertes prairies. D'ailleurs, peut-on seulement parler de délit quand les victimes sont des gobelins ? C'était sans compter une certaine idée de l'intégrité que défend Vimaire. Alors quoiqu'en dise le droit, justice devra-t-elle être rendue !


Les Annales du Disque-Monde – Coup de Tabac
Auteur : Terry Pratchett
Type d'ouvrage : Fantasy Burlesque
Première Parution : 05 octobre 2011
Edition Française : 08 février 2018
Titre en vo : Snuff
Pays d’origine : Grande-Bretagne
Langue d’origine : Anglais
Traduction : Patrick Couton
Editeur : Pocket
Nombre de pages : 528

Mon avis : Trente quatrième volume des Annales du Disque-Monde, Coup de Tabac marque, pour ma part, un petit tournant dans mes lectures quotidiennes puisque, avec celui-ci, je m’en vais faire mes au revoir au regretté Terry Pratchett pour un certain temps ; certes, celui-ci n’est pas le dernier tome de la saga puisqu’il reste Déraillé mais celui-ci, j’attends sa parution en poche pour me le procurer et, en attendant, s’il me reste quelques ouvrages liés aux Annales, mettre l’univers loufoque du sieur Pratchett de coté ne me fera pas de mal car même si celui-ci m’aura fait passer de très bons moments, il y a d’autres auteurs et d’autres romans qui méritent le détour… Quoi qu’il en soit, après ce petit apparté, quid donc de ce Coup de Tabac, avant dernier volume des Annales du Disque-Monde et où l’on retrouve, pour la toute dernière fois donc, le célèbre Commissaire Vimaire ? Eh ben ma foi, il ne faut pas se leurrer, nous sommes ici très loin des heures de gloire de la saga et il apparait grandement que, même au niveau de l’écriture, ce n’est pas un grand Pratchett… Ainsi, si le postulat de départ n’est pas inintéressant – un petit séjour a la campagne pour Vimaire – et si la thématique générale reste fort appréciable – racisme, esclavage – force est de constater que l’ensemble pèche grandement par un certain sentiment de déjà-vu par moments mais aussi, et c’est plus navrant, par une écriture qui regorge de pistes abandonnées en court de route ou qui n’ont pas été suffisamment développées alors qu’on pouvait s’y attendre. Je ne sais pas, au moment de l’écriture de Coup de Tabac, si la maladie qui emporta Sir Pratchett avait déjà commencée son œuvre et si elle a donc une part de responsabilité dans tout cela mais quoi qu’il en soit, il est évidant que l’ensemble, sans être mauvais, loin de là, est très loin de ce que l’auteur nous a habituer dans sa saga. Cela est plutôt dommage car quitter Vimaire de la sorte, se dire que l’on ne rêvera plus notre commissaire préféré et son Guet des Orfèvres n’est pas chose aisée, mais bon, la vie étant ainsi faite, il faut faire contre mauvaise fortune bon cœur et savoir faire nos adieux a un personnage, a un univers, tout simplement, inoubliable…


Points Positifs :
- Vimaire a la campagne, franchement, cela vaut le détour tant notre commissaire préféré est complètement hors de son élément dans les prés, les forêts et au milieu des vaches.
- L’intrigue générale, qui s’intéresse aux gobelins et a la manière dont ils sont perçus par les autres espèces intelligentes est plutôt bien trouvée. Bien évidement, on touche là au racisme avec, au passage, un soupçon d’esclavage.
- Les différences entre paysans et notables, la manière dont ces derniers sont perçus par les premiers, comment ils croient s’adjuger tous les droits, soit disant, par la force de la tradition. On sent un Pratchett en forme sur ces sujets là.
- Je l’aime bien Villequin, le majordome. Protagoniste a peine esquissé dans les premiers ouvrages du Guet, celui-ci à gagner en consistance au fil des volumes et son coté badass fonctionne a merveille dans ce roman.

Points Négatifs :
- Une histoire sympathique, loin d’être mauvaise, mais inférieure à la plupart des tomes de la saga.
- Pratchett lance quelques sous-intrigues et ne va pas au bout de l’ensemble de celles-ci. Ainsi, quid du gobelin dont Vimaire a des doutes sur ce qu’il est vraiment ? Quand aux péripéties du sergent Colon, franchement, on a du mal a accroché vraiment.
- C’est le dernier volume des Annales avec Vimaire comme personnage principal et, franchement, ce n’est pas évidant de faire nos adieux a celui-ci.

Ma note : 7/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...