vendredi 13 avril 2018

DEADLY CLASS – THIS IS NOT THE END


DEADLY CLASS – THIS IS NOT THE END

Durant les épreuves finales de première année, les élèves de King’s Dominion ont dû faire un choix : vivre ou mourir. À peine remise du coup qu’elle a porté à son ami Marcus, Saya se retrouve de nouveau au milieu d’étudiants tous plus avides les uns que les autres, déterminés à grimper jusqu’au sommet du crime. Saya est alors contrainte par Maître Lin de prendre une nouvelle filleule sous son aile. Elle rencontre ainsi Zenzele et son groupe d’amis : l’Indien asocial Tosahwi, le vietnamo-américain Quan ainsi qu’Helmut, un fondu de métal tout droit venu d’Allemagne de l’Est. Mais tandis qu’ils étaient sortis boire un verre, cette petite bande se retrouve attaquée par des Yakuzas envoyés par le frère de Saya, un seigneur du crime japonais qui ne semble pas porter sa sœur dans son cœur. Et alors que les élèves de King’s Dominion prennent la fuite, le jeune Quan fait mine d’aider la deuxième année, qui vient de trébucher, avant de lui asséner un coup de lame en plein ventre… En parallèle, on retrouve Maria dans le Nevada… Détenue par la famille de son ex-petit ami, elle est soumise à une torture physique constante. Mais un mystérieux bienfaiteur vient mettre fin à ses souffrances et l’aide à sortir de cet enfer… Marcus !


Deadly Class – This is not the End
Scénario : Rick Remender
Dessins : Wes Craig
Encrage : Wes Craig
Couleurs : Jordan Boyd
Couverture : Wes Craig
Genre : Action
Editeur : Image Comics
Titre en vo : Deadly Class – This is not the End
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 26 décembre 2017
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Urban Comics
Date de parution : 23 mars 2018
Nombre de pages : 136

Liste des épisodes
Deadly Class 27-31

Mon avis : Parmi les nombreuses œuvres du sieur Rick Remender, il est indéniable que Deadly Class est ma préférée. Il faut dire que depuis que j’ai découvert ce comics, il y a de cela sensiblement deux ans, j’attends toujours avec impatience la suite des mésaventures de cette bande d’élèves d’une école d’assassins aux faux airs de l’école pour jeunes surdoués du professeur Xavier chez les X-Men. Le résultat, a chaque fois, ne me déçois pas et force est de constater que ce sixième volume de Deadly Class a été, comme ses prédécesseurs, parfaitement conforme a tout le bien que je pense de cette série depuis ses débuts, c’est-à-dire, tout bonnement proche de l’excellence. Pourtant, cela fait longtemps, désormais, que l’effet de surprise des débuts est passé, de même, suite aux événement qui ont eu lieu dans le quatrième tome, c’est-à-dire, ou une bonne partie du casting est passé de vie a trépas, on aurait put craindre que le renouvèlement de celui-ci, dans le cinquième tome, ne soit pas a la hauteur – il est toujours difficile de se séparer de tout un tas de protagonistes majeurs en cours de route et de devoir faire la connaissance de nouvelle têtes. Or, de manière pour le moins surprenante, non seulement Rick Remender a sut tirer son épingle du jeu avec ses nouveaux personnages mais en plus, ces derniers ont tellement été bien mis en avant que l’on a finit par ne plus vraiment regretter certains des anciens. Bien entendu, la conclusion de l’album précédent nous laissait avec une sacrée révélation quand au fait que Marcus et Maria étaient en vie et c’est tout naturellement qu’on les retrouve dans ce sixième tome où, fatalement, ils finiront par rencontrer les petits nouveaux. Le mélange entre anciens et nouveaux fonctionne plutôt bien et, au final, personne ne se démarque vraiment du lot, chaque personnage ayant droit a sa place, ce qui, ma foi, est une fort bonne chose. Pour finir, en parallèle de tout cela – mais pas tant que ça – on suit également le sort de Saya, enlevée par sa famille et dont on découvre enfin son passé, passé qui, comme on pouvait s’en douter, est bien difficile. Bref, une fois de plus, Deadly Class nous revient en bonne forme et reste toujours autant aditif ; vivement la suite !


Points Positifs :
- Remender continu à mettre en avant ses nouveaux protagonistes mais jamais au détriment des anciens et c’est justement l’une des grande force de cet album où ce mélange entre anciens et nouveaux fonctionne a merveille, y compris lorsque tout ce petit monde finit par se rencontrer.
- Le passé de Saya nous est enfin révélé !
- Le plaisir de retrouver Marcus et, surtout, Maria que l’on croyait morte depuis pas mal de temps.
- Une fois de plus, les fans de Wes Craig seront aux anges car même si son style est particulier, il sort de la norme et est franchement plaisant.
- Une nouvelle fois, les nombreuses références aux années 80, surtout musicales.

Points Négatifs :
- Scénaristiquement, c’est peut-être un ton en-deçà des volumes précédents. Il faut dire que si la série reste de très bonne qualité, réussir à la maintenir à un niveau proche de l’excellence est quasiment impossible.
- Comme je le dis a chaque fois, Wes Craig possède un style pour le moins clivant, c’est-à-dire que soit on adore, soit on… déteste.

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...