lundi 2 avril 2018

BORDERLINER – SAISON 1


BORDERLINER – SAISON 1

L'enquêteur Nikolai Andreassen est mis en congé forcé par son supérieur suite à son témoignage contre un collègue. Il part chez son frère mais quand celui-ci est appelé pour un suicide, Nikolai subodore un crime. L'enquête révèle que son frère est impliqué et il va maquiller les indices pour tenter de l'innocenter.


Borderliner – Saison 1
Réalisation : Meghan Gallagher
Scénario : Meghan Gallagher, Bjørn Ekeberg et Melike Leblebicioglu
Musique : Stein Johan Grieg Halvorsen, Eyvind Andreas Skeie
Production : TV2 Norge
Genre : Thriller
Titre en vo : Grenseland – Season 1
Pays d’origine : Norvège
Chaîne d’origine : Netflix, TV2 Norge
Diffusion d’origine : 01 décembre 2017
Langue d'origine : norvégien, suédois
Nombre d’épisodes : 8 x 42 minutes

Casting :
Tobias Santelmann : Nikolai
Ellen Dorrit Petersen : Anniken
Benjamin Helstad : Lars
Eivind Sander : Josef
Bjørn Skagestad : Hans Olav
Thelma Farnes Ottersen : Milla
Todd Bishop Monrad Vistven : Erik
Frode Winther : Bengt
Morten Svartveit : Kristoffer
Ellen Birgitte Winther : Marta
Ana Gil de Melo Nascimento : Eva
Gine Cornelia Pedersen : Pia
Marina Popovic : Janne
Even Pedersen : Mikkel
Ole Christoffer Ertvaag : Ove
Kim-Henning Nilsen : Tommy
Sten-Erik Johannesen : Robert
Vegar Hoel : Berg
Magne Skjævesland : Tor
Stig Henrik Hoff : Lindberg
Mahmut Suvakci : Carl
Thali Liberman : Kaja
Irina Eidsvold Tøien : Bente

Mon avis : Bon, je ne vais pas vous mentir, d’entrée de jeu, j’étais plutôt méfiant a l’encontre de ce Borderliner, une série policière norvégienne. La raison ? En fait, c’était assez simple puisque, jusqu’alors, mon unique expérience avec une création venue de Norvège s’était faite par le biais de Acquitted, une autre série qui, en toute sincérité, ne m’avait pas laisser un grand souvenir. Pourtant, j’étais peut-être un peu trop méfiant au départ : déjà, parce que Acquitted, malgré ses défauts, n’avait pas été mauvais non plus, ensuite, eh bien, car en tant que grand amateur de productions nordiques, j’aime tellement l’ambiance particulière de celles-ci que, ma foi, il faut toujours savoir donner leur chance a ses dernières. Malheureusement, après visionnage de la chose, que dis-je, assez rapidement, même, au fil des épisodes, j’avais compris que mes craintes du départ étaient on ne peut plus justifiées ! Ainsi, si l’on passera rapidement sur un postulat de base assez simpliste mais qui s’était avéré efficace – la découverte d’un individu suicidé qui en fait ne l’était pas vraiment, le héros qui se rend compte que s’est son frère le meurtrier et qui décide de tout faire pour le protéger – plus on avance dans les épisodes et plus on se dit que s’il y avait matière a faire de ce Borderliner une bonne série, eh ben, au vu du résultat proposé, ce ne fut pas le cas. Cela, pour tout un tas de raisons : la durée de l’ensemble car huit épisodes, ce fut trop, ensuite, par ces sous-intrigues parallèles qui n’apportent pas grand-chose au début et qui, lorsqu’elles se rejoignent à la principale, donnent davantage l’impression d’avoir été collés à cette dernière de manière artificielle, décrédibilisant, accessoirement, l’ensemble. Ajoutons à cela des protagonistes qui agissent par moments de manière bien singulière et un épisode final tout bonnement mauvais et on obtient une série loin, très loin d’être a la hauteur de nos attentes, du moins, pour ceux et celles qui, familiers des productions nordiques, ont déjà eu le plaisir de voir mieux, beaucoup mieux même…


Points Positifs :
- Les protagonistes principaux sont plutôt intéressants, particulièrement le héros, viril, prêt a tout pour sa famille et qui cache son homosexualité a tout le monde ; d’ailleurs, celle-ci est plutôt bien traitée dans cette série.
- L’ambiance particulière propre a toutes les séries nordiques et qui, ma foi, ravira les amateurs du genre.
- Le postulat de départ est loin d’être original mais il n’en reste pas moins suffisamment efficace.
- La première partie de la série, en fait, tant que le scénario se focalise sur le prétendu suicide et la découverte du coupable.

Points Négatifs :
- Les sous-intrigues qui s’avèrent plus néfaste qu’autre chose : au début, on ne comprend pas à quoi elles servent mais lorsqu’elles se rejoignent à la principale et que l’on se rend compte que tout est lié, on a plus l’impression de tomber dans le grand n’importe quoi qu’autre chose.
- Le dernier épisode et plus particulièrement son final, tellement raté qu’il y a de quoi être dubitatif – et que l’on ne vienne pas me dire qu’il pourrait avoir une suite, ce n’est pas une excuse !
- Huit épisodes, c’est long par moments…
- Je sais que c’est son rôle qui veut ça mais qu’est-ce qu’il était détestable le frère du héros !

Ma note : 5,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...