dimanche 4 février 2018

D'ABORD, ILS ONT TUÉ MON PÈRE


D'ABORD, ILS ONT TUÉ MON PÈRE

Loung Ung avait cinq ans lorsque le régime de Pol Pot a pris le pouvoir au Cambodge. Son père était un riche employé du gouvernement, c'est-à-dire une cible privilégiée pour les Khmer rouges. Loung, ses parents et plusieurs frères et sœurs ont dû quitter leur maison de Phnom Penh, vidée de ses habitants en avril 1975, se mettant en route du jour au lendemain sans destination. Ils ont été contraints de laisser tous leurs biens derrière eux, prétendant être une famille de paysans afin d'éviter la capture, et furent finalement envoyés dans un camp de travail. Après une série de camps de travail, Loung et sa famille devinrent usés par la faim constante et l'épuisement, la peur et la séparation, devant cacher leurs émotions afin d'éviter de paraître faibles.


D'abord, ils ont tué mon père
Réalisation : Angelina Jolie
Scénario : Angelina Jolie, Loung Ung, d'après le roman éponyme de cette dernière
Musique : Marco Beltrami
Production : Netflix, Bophana Production
Genre : Drame, Historique, Biographique
Titre en vo : First They Killed My Father
Pays d'origine : Cambodge, États-Unis
Langue d'origine : Khmer, anglais et français
Date de sortie : 18 février 2017
Durée : 136 mn

Casting :
Sreymoch Sareum : Loung Ung
Kompheak Phoeung : Pa Ung
Socheta Sveng : Ma Ung
Dara Heng : Meng
Sothea Khoun : Khouy
Sreyneang Oun : Keav
Kimhak Mun : Kim
Chenda Run : Chou
Nika Sarun : Geak

Mon avis : Curieusement, il n’existe guère de films traitant du génocide commis au Cambodge dans la seconde moitié des années 70 par les Khmers rouges et dont le bilan oscille entre 1,7 et 3 millions de morts, ce qui, ma foi, est plutôt notable pour un petit pays et fait que les communistes de Pol Pot font parti, indéniablement, des plus grands meurtriers que l’humanité a put porter en son sein. Ainsi, en dehors de La Déchirure, magnifique long métrage de Rolland Joffé, on ne peut pas dire qu’on a put avoir l’opportunité, nous autres occidentaux, de voir des films traitant de cette période historique. Cela est, de mon point de vu, fort dommage car, mine de rien, vu la faiblesse de nos programmes scolaires, apprendre l’histoire par le biais du cinéma, découvrir des événements, des génocides comme celui des Khmers rouges en regardant un film, ma fois, cela n’est peut-être pas inutile. Fort heureusement, l’année passée, Netflix – plus connu pour ses séries – nous sortit ce D'abord, ils ont tué mon père, adaptation du roman du même nom et réalisé par une certaine… Angelina Jolie – eh oui, comme quoi… Le récit, autobiographique d’une jeune cambodgienne, alors, qui connu les camps de travails des Khmers rouges et qui perdit une parti de sa famille dans ceux-ci est un formidable témoignage de ce que fut le régime totalitaire de Pol Pot, un régime meurtrier comme le vingtième siècle eu l’opportunité de nous en pondre quelques uns. Le film en lui-même, de part sa mise en scène et sa sobriété par moments, est passionnant et malgré les horreurs vues a l’écran, malgré la folie de ces Khmers rouges et le sort de ces populations déportées dont le monde entier se moqua littéralement a l’époque, le spectateur est happé par les images, par une bande son toute en sobriété et par une intrigue non dénuée de scènes terribles. Bref, vous l’avez conquis, j’ai été plutôt conquis par ce D'abord, ils ont tué mon père et si je devais ne lui trouver qu’un seul défaut, c’est sa dernière partie qui, je pense, est un peu trop rapide dans la manière où elle fut amenée. Mais pour le reste, tout le reste, si jamais vous souhaitez en connaitre davantage sur les crimes des Khmers rouges, si vous voulez voir un magnifique drame humain, ou, tout simplement, passer un moment devant une œuvre intelligente, alors, ce film est indéniablement fait pour vous !


Points Positifs :
- Une excellente autobiographie qui nous montre fort bien ce que furent les atrocités qui eurent lieux dans les camps de travail des Khmers rouges, au Cambodge, dans la seconde moitié des années 70.
- Une mise en scène toute en sobriété, une bande originale qui sait rester a sa place, une photographie magnifique et certains plans d’une grande beauté.
- Chapeau bas pour les acteurs et plus particulièrement pour la gamine qui interprète la jeune Loung.
- L’amateur d’histoire ne pourra qu’être ravi d’avoir l’opportunité de voir un film sur une période historique peu traitée au cinéma.
- D'abord, ils ont tué mon père est un film a montrer a tous ces jeunes qui se disent communistes, histoire de leur montrer ce que donne l’extrême gauche une fois au pouvoir…

Points Négatifs :
- Le happy-end final n’est pas un problème en tant que tel – après tout, c’est une autobiographie – c’est plus la manière dont tout cela est amené qui est mauvaise et je pense que quelques minutes de plus auraient apporté un plus.
- Il est clair que D'abord, ils ont tué mon père ne plaira nullement au derniers communistes qu’il reste encore – oui, les enfants des bobos parisiens élevés dans un certain luxe et complètement déconnectés du monde réel – car bon, comment dire, ce film risque de leur rappeler que le communisme fut le régime qui fut responsable du plus grand nombre de morts : dans les cent millions de morts…

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...