dimanche 5 juillet 2015

THORGAL – LE PAYS QÂ


THORGAL – LE PAYS QÂ

Dans la forêt, Argun apprend à Jolan les rudiments du tir à l'arc. Ils passent ensemble le début de l'hiver sur l'île avec Tjall, afin de remettre en état la maison de Thorgal et d'Aaricia. Ils ignorent que des hommes armés les observent depuis les taillis. Ils profitent d'une flèche perdue pour assommer Muff et kidnapper Jolan. Au même moment, Tjall quitte la maison pour les retrouver. Il découvre alors des traces dans la neige qui l'interpellent. Il suit ces traces jusque vers une plage, où il aperçoit une embarcation. Des hommes sont en train d'y charger les corps d'Argun, de Muff et de Jolan. Il tente d'intervenir, mais il est blessé à la tête par le jet d'une pierre de fronde. Il arrive toutefois, tant bien que mal, à prévenir Thorgal de ce qui vient de se passer. Thorgal ne peut suivre le bateau, car sa barque vient d'être sabotée. De retour à leur maison, Thorgal, Aaricia et Tjall tombent nez à nez avec Kriss de Valnor. Celle-ci fait une proposition à Thorgal : qu'il participe à une mission dangereuse et en échange son fils et Argun seront saufs…


Thorgal – Le pays Qâ
Scénario : Jean Van Hamme
Dessins : Grzegorz Rosinski
Couleurs : Grzegorz Rosinski
Couverture : Grzegorz Rosinski
Editeur : Le Lombard
Genre : Heroic Fantasy, Fantastique, Science-Fiction
Pays d’origine : Belgique
Langue d’origine : français
Parution : 01 avril 1986
Nombre de pages : 46

Mon avis : Après Les Archers, neuvième tome de la saga Thorgal et, accessoirement, plus belle réussite de la série lors de sa parution et qui était indéniablement marquer au fer blanc par la première apparition de la charismatique Kriss de Valnor, je n’ai guère perdu de temps et me suis lancer dans la lecture du dixième volume, Le pays Qâ, premier volet de que ce que les fans ont surnommés le Cycle de Qâ et qui comporte, outre ce titre, trois autres tomes : Les Yeux de Tanatloc, La Cité du Dieu perdu et Entre terre et lumière. Un cycle excellent, sans nul doute le plus réussi de la série toute entière et qui entraine Thorgal et ses compagnons (Aaricia, Tjall et… Kriss) outre-Atlantique, en Amérique latine, a la rencontre de peuples fortement inspirés de Aztèques et des Mayas ; le tout, époque oblige, fortement imprégnée d’un coté ufologique du plus bel effet, les théories des anciens astronautes et des dieux qui ont apporté la civilisation aux humains étant omniprésents… Du coup, dans ce Pays Qâ, on se croirait presque dans Les mystérieuses citées d’or, grand succès de l’époque, ce qui, pour les vieux de la vieille comme moi, est un pur régal. Bien évidement, cycle oblige, ce dixième tome est surtout une mise en avant de l’intrigue à venir, Jean Van Hamme passant le plus clair de son temps à nous expliquer pourquoi et comment Thorgal et les siens se rendent dans ce fameux pays Qâ. De même, on a droit à l’histoire de ce pays ainsi qu’au voyage de nos héros, bref, a ce qu’il faut bel et bien appeler un prologue pour une intrigue qui, je pense ne pas me tromper, ne trouvera tout son intérêt que dans le tome suivant, maintenant que le décors est posé. Mais bon, même si bien évidement, nous sommes a mille lieux de la qualité narrative du tome précédant et que tout cela n’est qu’un prologue, cela n’empêche nullement que ce dernier est bon, très bon même, et que tout cela laisse présager le meilleur pour la suite…


Points Positifs :
- Premier volume de ce que l’on a surnommé le Cycle de Qâ, ce dixième tome de la saga est un superbe prologue qui nous fait saliver sur ce que sera la suite. Bien entendu, ici, Van Hamme pose le décor, explique le pourquoi du comment et nous présente ces fameux peuples et autres dieux vivant dans ce pays d’outre-Atlantique, mais qu’est-ce que tout cela est prometteur !
- Les amateurs de la théorie des anciens astronautes seront bien évidement aux anges !
- Pas de Grand Condor ni d’Estéban, a la place, des navires volants, cependant, on sent les nombreux points communs avec Les mystérieuses citées d’or, non pas que je pense que Van Hamme se soit inspiré de celles-ci, bien au contraire, voir point précédant.
- Quand je vous disais que désormais, il faudrait compter avec Kriss de Valnor : à peine partie, déjà de retour ! Et toujours aussi charismatique la bougresse !
- Une fois de plus, Grzegorz Rosinski livre des planches superbes ; mais bon, cela commence à devenir une habitude.
- Première rencontre explosive entre Kriss et Aaricia et on sent tout de suite le duel a venir avec un certain Thorgal au milieu des deux…

Points Négatifs :
- Qui dit cycle dit forcément histoire s’étalant sur plusieurs albums, du coup, malgré le fait que celui-ci soit bon, voir même très bon, cet album est avant toute chose… un prologue.
- Il est clair qu’un cycle se juge davantage dans son intégralité, mais bon, cela n’enlève rien aux qualités intrinsèques de cet album.

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...