vendredi 27 juin 2014

PACIFIC RIM


PACIFIC RIM

Surgies des flots, des hordes de créatures monstrueuses venues d’ailleurs, les Kaiju, ont déclenché une guerre qui a fait des millions de victimes et épuisé les ressources naturelles de l’humanité pendant des années. Pour les combattre, une arme d’un genre nouveau a été mise au point : de gigantesques robots, les Jaegers, contrôlés simultanément par deux pilotes qui communiquent par télépathie grâce à une passerelle neuronale baptisée le courant. Mais même les Jaegers semblent impuissants face aux redoutables Kaiju. Alors que la défaite paraît inéluctable, les forces armées qui protègent l’humanité n’ont d’autre choix que d’avoir recours à deux héros hors normes : un ancien pilote au bout du rouleau et une jeune femme en cours d’entraînement qui font équipe pour manœuvrer un Jaeger d’apparence obsolète. Ensemble, ils incarnent désormais le dernier rempart de l’humanité contre une apocalypse de plus en plus imminente…


Pacific Rim
Réalisation : Guillermo del Toro
Scénario : Guillermo del Toro, Travis Beacham
Musique : Ramin Djawadi
Production : Warner Bros. et Legendary Pictures
Genre : Science-fiction
Titre en vo : Pacific Rim
Pays d’origine : États-Unis
Parution : 12 juillet 2013
Langue d'origine : anglais
Durée : 132 min

Casting :
Charlie Hunnam : Raleigh Becket
Rinko Kikuchi : Mako Mori
Idris Elba : Stacker Pentecost
Charlie Day : docteur « Newt » Geizler
Ron Perlman : Hannibal Chow
Max Martini : Hercules "Herc" Hansen
Robert Kazinsky : Chuck Hansen
Burn Gorman : docteur Hermann Gottlieb
Clifton Collins Jr. : Tendo Choi
Heather Doerksen : Sasha Kaidanovsky
Diego Klattenhoff : Yancy Becket
Robert Maillet : Aleksis Kaidanovsky
Mana Ashida : Mako Mori enfant

Mon avis : La première chose qui saute aux yeux avec un film comme Pacific Rim, c’est que, là où certains ne verront là qu’un énième film de science-fiction où des robots géants combattent des monstres issus des profondeurs de l’océan, pour d’autres, un peu plus âges, leurs parents en fait, celui-ci est avant toute chose un fort bel hommage a un genre qui aura bercé leur enfance et leur adolescence, celui des  kaijū eiga (ou cinéma de monstres) dont le plus bel et célèbre représentant est bien évidement Godzilla. Car tous ceux qui ont sensiblement mon âge, c’est-à-dire, grosso modo, dans les 40 ans, se souviennent avec une nostalgie certaine de ces séries ou dessins animés comme X-Or, Spectreman, Goldorak, pour ne citer que quelques exemples, où des individus, a bords de gigantesques robots, affrontaient des ordres de monstres tout aussi grands. Grand fan du genre, le sieur Guillermo del Toro a donc tenu à nous proposer sa propre vision de la chose et, ma foi, reconnaissons que sur ce point, au moins, il ne déçoit nullement : les codes sont respectés, on a droit à des robots et des monstres gigantesques voir grandioses, ces derniers sont souvent improbables de par leurs formes, quant aux humains, dans l’histoire, ils apparaissent bien minuscules au milieu de tous ces géants ; ajoutons à cela des combats spectaculaires, des destructions en pagaïe avec des immeubles détruits et des véhicules qui servent d’armes et on l’obtient un kaijū eiga type qui ne peut que ravir les amateurs du genre ainsi que les vieux nostalgiques dans mon genre. Hélas, tout est loin d’etre parfait et si les codes sont respectés, comment ne pas reconnaitre qu’un léger parfum de déception transparait de ce Pacific Rim ? Ainsi, s’il n’y a rien à redire sur les effets spéciaux, n’avoir droit qu’à des affrontements de nuit et sous la pluie gâche indéniablement l’ensemble, surtout que par moments, on ne comprend pas bien ce qui se passe. Ensuite, les personnages sont loin d’etre inoubliables : franchement stéréotypés, ils sont sans surprises et l’on ne s’attache guère à eux. Quant à la façon dont les humains parviennent à repousser la menace des Kaiju, mouais, s’il elle reste plausible, elle n’en est pas moins discutable, surtout au vu des conditions déplorables où se trouve l’humanité à ce moment précis de la guerre. Mais bon, avant toute chose, Pacific Rim est un divertissement et un fort bel hommage à un  genre plutôt désuet désormais, et sur ce point, cela fonctionne à plein régime, mais si jamais vous êtes un peu plus pointilleux, c’est une toute autre affaire…


Points Positifs :
- Un excellent hommage au kaijū eiga, le cinéma de monstre japonais, qui ne pourra que ravir les vieux amateurs dont l’enfance fut bercée par le genre.
- Pour ce qui est des effets spéciaux, il n’y a rien à redire, ceux-ci sont de fort bonne qualité et on s’y croirait presque par moments – mais bon, comme je le dit souvent, de nos jours, c’est un peu la norme et c’est plutôt le contraire qui serait grave.
- Rinko Kikuchi est plutôt pas mal en pilote de Jaeger.
- Tout cela ne vole pas bien haut mais cela reste avant tout un fort bon divertissement, sans prise de tête.

Points Négatifs :
- De bons effets spéciaux, certes, mais comment ne pas regretter que la quasi-totalité des combats aient lieu de nuit, sous la pluie ou au fond des océans ; du coup, par moments, on n’y voit rien du tout dans le pire des cas ou pas grand-chose dans le meilleur. Dommage, j’imagine ce que cela aurait donné de jour…
- Mais qu’elle flopée de personnages sans aucune profondeur, stéréotypés au possible, prévisibles à souhait et dont le charisme, pour certains, est proche de celui d’une huitre…
- C’est un film américain mes amis, du coup, russes et chinois sont là pour mourir bêtement et rapidement tandis que le héros, lui, un américain pur jus, démolis des monstres les uns après les autres, et cela, en compagnie d’une novice !
- Les Kaiju sont si difficiles a tuer et soudainement, c’est au moment où ceux-ci deviennent les plus puissants et que l’humanité est au plus mal que la roue tourne ?! Mouais, pas très crédible le scénario tout de même…

Ma note : 6,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...