jeudi 5 juin 2014

LES COLLECTIONS DE L’HISTOIRE N°63 – LE PORTUGAL, L'EMPIRE OUBLIÉ


LES COLLECTIONS DE L’HISTOIRE N°63 – LE PORTUGAL, L'EMPIRE OUBLIÉ
Mai 2014

Le Portugal, l'empire oublié
Edito : Fini l’Empire ?
- Chronologie
- Un Empire sur trois continents
I – L'empire au-delà des mers
- Ourique 1139 : naissance d'un royaume
- Voyageurs et marchands dans l'océan Indien
- Et Cabral découvrit le Brésil
II – Une puissance en trompe-l’œil
- La triste destinée du roi Sébastien
- Lisbonne, reine de l'océan
- La catastrophe
- Une ville posée sur le Tage
- 1807 : Junot entre dans Lisbonne
- « La gouvernante anglaise »
- Rio, capitale du Portugal
- L'« ultimatum » : la fin du grand rêve en Afrique
- Salazar, ou le Portugal éternel
- Pessoa et ses doubles
III – L'arrimage européen
- 25 avril 1974 : les œillets font la démocratie
- L'empire, dernier acte
- La découverte de l'Europe

Mon avis : Je ne sais pas si vous êtes de mon avis ou pas mais, il me semble que s’il est plus ou moins facile d’écrire la critique d’un film, d’un roman ou d’une bande dessinée, pour ne citer que quelques exemples (et encore, à ma façon, après tout je n’ai jamais prétendu etre un critique professionnel et comme en plus, mon niveau scolaire n’est pas bien élever…), en faire de même pour un magazine est une toute autre paire de manches : alors bien entendu, si celui-ci est mauvais, c’est facile de pointer ses défauts, la chose étant également vrai s’il est de qualité, cependant, si une revue, quelle qu’elle soit peut etre franchement nulle, etre exceptionnel, etre qualifier de chef d’œuvre (bref, dans mon système de notation, obtenir une note supérieur à 7) est quasiment impossible ; après tout, ce n’est qu’une revue… Du coup, bon nombre de revues qui m’ont laissé de forts bon souvenirs, que j’ai fortement apprécié n’ont pas, du coup, des notes exceptionnelles. Mais parfois, il suffit d’un petit je ne sais quoi pour que certains numéros sortent un peu de l’ordinaire, pour que j’aie envie d’etre plus sympathique dans ma critique, et ce petit je ne sais quoi, par exemple, peut-être tout simplement l’originalité. Car oui, il est évidant que bien souvent, et c’est bien entendu le cas dans le genre de magazines que j’aborde sur ce blog, le manque de celle-ci – l’originalité – est plutôt récurant et que l’un des défauts que je pointe le plus, justement, est que ce sont souvent les mêmes sujets qui reviennent sur le tapis, encore et encore. Alors vous imaginez que quand je tiens une revue dont le dossier est original, c’est un point de départ pour le moins positif et que, rien que pour ça, celle-ci mérite le coup… et si en plus, ce fameux sujet me tient à cœur, alors là, je ne peux que marquer le coup ! Et pour ce qui est de me tenir à cœur, comment ne pas reconnaitre qu’il était difficile de faire mieux que ce numéro des Collections de l’Histoire consacré à mon pays, le Portugal !? Car en plus de me toucher, forcément, reconnaissons tout de même qu’il est rare que le Portugal ait droit à tant d’égards dans un magazine, et qui plus est, en tant que dossier principal et unique qui plus est ! Bref, pour ce qui est de l’originalité, il était difficile de faire mieux, et comme en plus, l’ensemble est plutôt intéressant, et ce, que l’on soit familier ou pas de l’Histoire de ce petit pays, bien souvent oublié mais qui autrefois, fut grand, très grand même, ne boudons pas notre plaisir et reconnaissons que pour le quarantième anniversaire de la Révolution des Œillets (dont je vous avais parler le 25 avril dernier), les Collections de l’Histoire nous ont pondus un sacré bon petit numéro !


Points Positifs :
- Originalité : c’est le mot qui frappe l’esprit immédiatement lorsque l’on tombe sur ce numéro des Collections de l’Histoire, car bon, il faut reconnaitre que le Portugal n’est pas le pays le plus souvent traité dans ce genre de magazines.
- Oui, je sais, je ne suis pas objectif mais bon, étant lusitanien, un tel numéro ne pouvait que me faire plaisir.
- L’ensemble est plutôt bien écrit, assez instructif, surtout pour ceux et celles qui connaissent mal ce pays et sa longue et riche histoire ; mais bon, même les familiers, comme moi, y auront appris pas mal de choses, en particulier sur la période moderne.

Points Négatifs :
- Faire l’impasse sur les premiers habitants de la partie de la péninsule ibérique qui deviendra le Portugal est un choix éditorial qui se comprend parfaitement, cependant, j’aurais préféré que l’on commence par la, surtout que c’est une période que je connais mal et qu’en plus, du temps de la conquête romaine, il y avait un certain Viriato, première figure marquante de l’Histoire du pays.
- Un peu trop court malgré tout, et c’est dommage, mais bon, la, c’est le portugais qui parle et qui aurait souhaiter en avoir encore davantage, pour le néophyte par contre, c’est parfait comme entrée en matière.

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...