dimanche 18 octobre 2015

BREAKING BAD – SAISON III


BREAKING BAD – SAISON III

Walter White, un professeur de chimie de 50 ans, commence secrètement à produire de la méthamphétamine pour subvenir aux besoins de sa famille le jour où il découvre qu'il a un cancer du poumon en phase terminale. Il se met en équipe avec un de ses anciens étudiants, Jesse Pinkman, qui est dealer de meth. Depuis le crash d'avion, la ville d'Albuquerque est en deuil. Walter, traumatisé depuis qu'il sait qu'il est en partie responsable, refuse néanmoins d'accepter la réalité. Skyler apprend le secret de Walter, demande le divorce, mais promet de garder le secret du travail de Walter pour leurs enfants. Walter ne l'entend pas de cette oreille, refuse de quitter sa femme et tente d'expliquer ses actes. Skyler se jette alors dans une aventure avec Ted, son patron. Jesse est sorti de cure de désintoxication, mais il n'a pas oublié Jane, sa petite amie, morte étouffée dans son vomi à cause de l’héroïne. Il rachète l'ancienne maison de ses parents, dans laquelle il vivait, avec l'aide de Saul, qui lui demande de pousser Walt à reprendre la production de drogue. Jesse choisit de le faire seul, sans l'accord de Walter. Pendant ce temps, les deux cousins Mexicains de Tuco veulent le venger et tuer « Heisenberg », l'alter ego de Walt dans le milieu de la drogue. Walt est sauvé de justesse par Gus, qui veut protéger son investissement au risque de provoquer une guerre entre barons de la drogue américains et mexicains. Avec l'apparition de la production de Jesse et la liaison de Skyler, Gus voit un plan pour ramener Walt dans la production. Il parvient à le convaincre en lui offrant un laboratoire nec plus ultra et secret. Il accepte alors l'offre, signe les papiers du divorce et laisse Jesse en plan.


Breaking Bad – Saison III
Réalisation : Vince Gilligan
Scénario : Mark Johnson
Musique : Dave Porter
Production : Sony Pictures Television
Genre : Drame, Thriller, Comédie noire
Titre en vo : Breaking Bad – Season III
Pays d’origine : États-Unis
Chaîne d’origine : AMC
Diffusion d’origine : 21 mars 2010 – 13 juin 2010
Langue d'origine : anglais
Nombre d’épisodes : 13 x 50 minutes

Casting :
Bryan Cranston : Walter White alias « Heisenberg »
Aaron Paul : Jesse Pinkman
Anna Gunn : Skyler White
Dean Norris : Hank Schrader
Betsy Brandt : Marie Schrader
RJ Mitte : Walter White Jr.
Bob Odenkirk : Saul Goodman
Giancarlo Esposito : Gustavo « Gus » Frings
Jonathan Banks : Mike Ehrmantraut
Matt L. Jones : Badger
Charles Baker : Skinny Pete
Christopher Cousins : Ted Beneke
David Costabile : Gale Boetticher
Jeremiah Bitsui : Victor
Danny Trejo : Tortuga
Larry Hankin : Joe
Nate Mooney : Trucker
Michael Bryan French : le chirurgien
Mark Harelik : Dr Necera
Fernando Escandon : le narrateur commercial
Emily Rios : Andrea Cantillo
Angelo Martinez : Tomas
Ian Posada : Brock
Kaija Bales : la petite fille

Mon avis : Comme je le disais en septembre dernier, lors de ma critique de la première saison de cette fantastique série qu’est Breaking Bad, si pendant des années, je suis complètement passer a coté de celle-ci, depuis la rentrée, c’est une toute autre histoire et, d’ailleurs, pour être tout a fait franc, depuis deux semaines, je m’enfile les épisodes, et les saisons, les unes après les autres – il suffit de constater que la critique de la seconde saison a été publiée il y a tout juste une semaine. Mais il faut dire que cette boulimie qui fait que je me goinfre allègrement d’épisodes est amplement justifiée : en effet, si ces dernières années, j’ai bel et bien eu la chance de découvrir de superbes séries et même si certaines étaient équivalentes, de par leur qualité, a Breaking Bad, voir, légèrement supérieures (si, si, ce fut le cas), j’ai rarement été aussi captivé qu’avec cette série décidément pas comme les autres. Bien entendu, je ne vais pas revenir sur tout ce qui me plait dans cette série : deux saisons ont déjà été critiquées et il suffit de relire mes billets qui leurs sont consacrés pour savoir tout le bien que je pense de celles-ci, d’une façon générale, mais ce qui est sur, c’est que bien souvent, avec les séries US, si les débuts sont souvent bons, au bout d’un moment, le filon commence a s’essouffler, les intrigues a tourner en rond, bref, tout ce qui avait fait leur originalité, leur qualité, apparaissent comme étant des défauts… ce qui, fort heureusement, n’est absolument pas le cas avec Breaking Bad, bien au contraire. Alors certes, dans cette troisième saison, elle aussi composée de treize épisodes, on pourrait regretter que l’humour des débuts s’est un peu envoler et que les choses soient devenues bien plus sombres – sincèrement, en dehors de l’épisode où Walter est complètement obnubilé par une mouche, on ne rigole pas vraiment dans cette saison – mais quelque part, au vu du développement de l’intrigue, la chose n’est pas illogique : notre héros perd sa famille depuis que sa femme a appris la vérité sur ses agissements, son compère, le jeune Pinkman, est toujours aussi désespéré d’avoir perdu la femme qu’il aime, et si les affaires semblent avoir pris un coté bien plus sérieux, pour ne pas dire industriel, leur nouveau patron, le flegmatique Gus, est, quelque part, autrement plus dangereux que Tuco. Bref, nos deux héros sont constamment sur le fil du rasoir et doivent prendre des mesures de plus en plus radicales, surtout que les choses prennent une tournure de plus en plus dramatique et que même leurs proches sont touchés… quand au final de cette saison, je vous laisse le plaisir de le découvrir par vous-même, car là, ils sont vraiment dans de beaux draps !


Points Positifs :
- On ne présente plus Breaking Bad depuis longtemps et cette troisième saison, sans être meilleure ni pire que les précédentes, ne fait que confirmer tout le bien que l’on peut penser de cette série décidément pas comme les autres. On dévore les épisodes les uns après les autres, c’est toujours aussi captivant et puis, tout cela devient de plus en plus sérieux pour ne pas dire dangereux.
- On reprend bien entendu tout ce qui avait fait la force des deux premières saisons – relations entre les personnages, humour noir, etc. – et on repart avec un cocktail certes déjà connu mais qui n’en reste pas moins efficace.
- Qu’est ce qu’il s’en passe des choses dans cette saison : entre les déboires conjugaux de Walter, un Jesse complètement dévasté par la mort de sa copine et qui ne supporte plus de passer pour un idiot, les proches de Walter parfois touchés par les événements comme Hank qui passe a deux doigts de la mort, mais aussi, la relation entre Walter et Jesse qui alterne entre hauts et bas sans oublier, bien sur, la problématique posée par leur patron, le si flegmatique mais impitoyable Gus, on ne s’ennui pas une seule seconde.
- D’ailleurs, puisque j’en parle, Gus est un personnage qui devient de plus en plus intéressant…
- Les deux frères mexicains qui en veulent a Walter : impitoyables, dangereux, bref, des méchants comme je les aime.
- J’adore le personnage de Saul Goodman : complètement amoral, franchement drôle, il apporte une touche de fraicheur dans la série.
- J’aime bien comment, mine de rien, certaines révélations sont apportées au fil des épisodes sur des événements ayant eu lieu bien avant.
- Les deux, trois derniers épisodes de la saison sont d’une intensité incroyable : Jesse pète un câble, Walter fait tout pour le sauver avant que les choses ne prennent une tournure dramatique et que nos deux héros ne soient obligés de se salir les mains… et puis ce final !

Points Négatifs :
- Dommage que l’on rigole un peu moins dans cette troisième saison. Certes, il reste Saul Goodman, l’épisode de la mouche, mais bon, l’humour est beaucoup moins présent, après, au vu de la tournure prise par l’intrigue, la chose est normale.
- Cela reste une série particulière qui ne plaira pas a tout le monde, mais bon, si vous aimez les œuvres qui ne sont pas lisses, vous serez aux anges, par contre, si ce n’est pas le cas, Breaking Bad n’est pas pour vous.

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...