vendredi 6 février 2015

SECRET WARS


SECRET WARS

Le sens d'araignée de Spider-Man se manifeste alors qu'il est à Central Parc. En se dirigeant vers la source du danger, Peter tombe sur une sorte de vaisseau. Alors qu'il s'en rapproche, il disparaît en un instant... Spider-Man se retrouve avec de nombreux autres super héros comme les X-Men, les Quatre Fantastiques ou les Avengers, dans le vaisseau, au beau milieu de l'espace. Ce ne sont pas les seuls puisque leurs pires ennemis sont aussi présents. A proximité, une planète se dessine, tandis que des tensions naissent entre les involontaires passagers. Puis une voix retentit dans le vaisseau. Il s'agit du Beyonder, un être qui se vante de pouvoir offrir le plus beau des rêves ou des présents à ceux qui vaincront leurs adversaires. Le vaisseau, une fois posé sur la planète nouvellement formée, laisse descendre les différents super héros et super vilains. Certains n'ont pas envie de se battre mais devant la récompense proposée par le Beyonder, pourquoi ne pas lancer les hostilités ?...


Secret Wars
Scénario : Jim Shooter
Dessins : Mike Zeck, Bob Layton
Encrage : John Beatty, Jack Abel, Mike Esposito, Christie Scheele, Nelson Yomtov
Genre : Super-héros
Editeur : Marvel Comics
Titre en vo : Secret Wars
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : mai 1984 - avril 1985
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Panini Comics
Date de parution : 8 mai 2013
Nombre de pages : 250

Liste des épisodes
Secret Wars 1-12

Mon avis : Cette année, outre-Atlantique, l’univers Marvel va être bouleversé par un event dont le nom sonnera plutôt familièrement aux oreilles des plus âgés, Secret Wars ; sur celui-ci, les rumeurs les plus folles auront courus, comme celle d’un reboot total de l’intégralité des séries, mais en fait, il se pourrait qu’au final, cela accouche de la surpression de pas mal de séries tandis que certains personnages des terres parallèles soient inclus dans l’univers Marvel traditionnel – un peu, en gros, comme Crisis on Infinite Earths de DC trente ans plus tard. Mais si nous aurons bien entendu le temps de nous intéressé à cet événement qui, pour le moment, ne m’inspire guère confiance, le moment est venu, justement, d’en venir à ce que disais sur ce titre, Secret Wars, c’est-à-dire qu’il était bien connu de ceux de ma génération… En effet, il y a trois décennies, entre 1984 et 1985 et sur douze épisodes, Marvel publia ce qui fut alors considéré comme étant son premier crosover officiel : Secret Wars ou Les Guerres Secrètes comme on le disait alors en France. Le synopsis, sympa pour l’époque (mais j’avais 10 ans), partait du postulat qu’une entité surpuissante, le Beyonder, enlevait les héros et vilains les plus emblématiques de la Terre (plus Galactus), les réunissait sur une planète, Battleworld, et les poussait à s’affronter, le camp vainqueur se voyant offrir la possibilité d’assouvir tous leurs désirs. Bref, comme vous pouvez le constater, l’intrigue, faite principalement de combats entre individus costumés, tient sur un timbre poste, et si elle apparaissait déjà comme étant plutôt faiblarde à l’époque, je vous laisse imaginer ce que l’on peut ressentir a sa lecture de nos jours. Car si, enfants, on pouvait accepter un tel scénario et se passionner pour un event de douze épisodes où, en dehors des combats, il ne se passait pas grand-chose, force est de constater que désormais, tout cela apparait terriblement désuet, et ce, a tous les niveaux : le synopsis, bien sur, mais aussi les dialogues, d’une pauvreté affligeante, les dessins, terriblement datés et décevants (surtout qu’à l’époque, il y avait de bien meilleurs artistes), l’encrage, d’une autre époque, bref, en gros, un peu tout… Pourtant, dans ce Secret Wars, tout n’est pas entièrement à jeter non plus et cet event possède quelques bonnes idées : Magneto, pour la première fois, est inclus dans le camp des héros et son évolution va se poursuivre, petit a petit, Fatalis, lui, de son coté, désire s’en prendre directement au Beyonder, et, quelque part, il apparait comme étant le seul dans le lot avec un minimum de jugeote puisqu’il ne veut obéir aveuglement a un ordre aussi absurde. Ensuite, quelques conséquences de cet event seront intéressantes comme le remplacement de la Chose par Miss Hulk au sein des FF et, surtout, la première apparition du nouveau costume de Spider-Man, ce qui s’avérera être un symbiote qui accouchera, quelques années plus tard, d’un certain Venom… Indéniablement, et malgré ces quelques bonnes idées, il apparait tout de même que ce Secret Wars aura plus marqué les esprits des amateurs de comics pour son coté historique que pour sa qualité, loin d’être folichonne a l’époque et apparaissant comme étant franchement faiblarde de nos jours ; enfant, un truc avec un scénario aussi simpliste pouvait passer, adulte, et surtout avec l’évolution des comics qui eut lieue depuis, ce n’est plus possible. Mais le pire, c’est qu’à la relecture de ce Secret Wars, je ne peux que m’inquiéter de ce que sera le nouveau Secret Wars où l’on sait déjà qu’il y aura un nouveau Battleworld et où on nous a déjà promis des tas d’affrontements entre divers personnages de l’univers Marvel ou, plutôt, des univers Marvel en général ; car bon, comment dire, si cet event a venir sera principalement axé sur des combats, cela a de quoi être inquiétant… Mais bon, comme je l’ai dit précédemment, il sera toujours temps d’en parler lorsque celui-ci débutera…


Points Positifs :
- Secret Wars est tout de même le premier crosover officiel de Marvel, bref, ne serais-ce que pour le coté historique de la chose, il mérite d’être lu au moins une fois par tout bon amateur de comics qui se respecte.
- Tout n’est pas à jeter non plus dans Secret Wars : en effet, malgré un postulat de base pour le moins simpliste, certains points narratifs sont plutôt réussis, comme, principalement, les agissements de Fatalis qui apparait, du coup, moins débile que les héros et vilains qui acceptent de s’affronter sans se poser guère de questions.
- Magneto est inclus par le Beyonder chez les héros : ça ne plait pas forcément a ces derniers mais enfin, on commence à avoir une évolution chez ce personnage bien moins manichéen qu’a ses débuts.
- Mine de rien, il y a tout de même quelques passages mémorables, mon préféré étant celui où Fatalis ne cesse de tuer et de ressusciter Captain America.  
- Les conséquences sont presque plus importantes que l’event en lui-même : l’exemple le plus frappant étant la première apparition du costume noir de Spider-Man.
- Toujours sympa de voir tous ces héros et vilains réunis ensemble.
- Cette édition de Panini vaut le coup : un prix franchement abordable, 16 euros, et le plaisir d’avoir droit à l’intégralité de la saga – oui, la censure sévissait énormément dans les années 80 en France.

Points Négatifs :
- Scénaristiquement, il faut reconnaitre que ce Secret Wars est d’une faiblesse indicible, et que, grosso modo, on à surtout à faire a un gigantesque combat qui s’étale sur douze épisodes ; ça pouvait passer lorsque j’avais dix ans, à quarante, c’est une autre histoire.
- Le tout a très mal vieilli : que ce soit les dialogues, les dessins (déjà pas au top a l’époque) ou les couleurs, on est tellement habitué a beaucoup mieux que cela en devient presque pénible par moments…
- Franchement, certains personnages réagissent de façon incompréhensible par moments : déjà, aucun héros ne se pose la question quant a l’intérêt de ce combat, ensuite, Mr Fantastic ne cesse de changer d’avis, parfois d’une case a l’autre, par moments les X-Men sont traités comme de vulgaires faires valoir… Et ce ne sont que quelques exemples…
- Lorsque tous les héros sont tués par Fatalis, comment ce fait-il que les scénaristes ne mettent pas en avant le facteur guérisseur de Wolverine ?!
- Idem pour la Chose et Hulk, pourtant costauds, alors que Collossus, lui, résiste plus ou moins…
- Quelle en devient navrante cette amourette entre Collossus et la guérisseuse…
- Il manque tout de même pas mal de têtes d’affiches au casting : le Dr Strange, la Panthère Noire, Daredevil, la Vision, la Sorcière Rouge, Vif-Argent, le Fauve voir le Surfer d’Argent pour les héros, le Mandarin, le Fléau, Loki, Crâne Rouge, le Baron Strucker, le Super-Bouffon, Mystique, Sebastian Shaw, Emma Frost pour les vilains. Bien évidement, ce ne sont que quelques exemples et on ne pouvait pas inclure tout le monde dans l’intrigue, mais bon, quand je vois la présence des Démolisseurs, il y a de quoi être perplexe…

Ma note : 4,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...