mardi 17 février 2015

JACKIE BROWN


JACKIE BROWN

Jacqueline « Jackie » Brown est une hôtesse de l'air dans une petite compagnie mexicaine. Pour arrondir ses fins de mois, elle sert de passeuse du Mexique aux États-Unis pour un trafiquant d'armes, Ordell Robbie. Elle emporte dans ses bagages de l'argent liquide pour le compte de ce truand. Ordell apprend qu'un autre de ses passeurs, Beaumont Livingston, est arrêté. Pensant que Livingston va fournir des informations à la police pour éviter la prison, Ordell s'arrange pour le faire libérer sous caution par le chargé de caution Max Cherry, puis il met Livingston dans une voiture et l'assassine. Beaumont, ayant partagé des informations avec la police, un comité d'accueil intercepte Jackie à l'aéroport de Los Angeles : un agent de l'ATF, Ray Nicolette accompagné d'un policier du LAPPD, Mark Dagus. Jackie revient du Mexique avec de l'argent liquide qui appartient à Ordell et 50 grammes de cocaïne dont Jackie ignoré l'existence pour cette dernière. Ils espèrent obtenir son aide pour piéger le trafiquant. Initialement, Jackie refuse de coopérer et elle est envoyée en prion pour possession de stupéfiant dans le but d'en faire commerce. Ordell estime que Jackie peut devenir une menace pour lui pouvant devenir informateur, Ordell s'arrange pour la faire libérer sous caution.


Jackie Brown
Réalisation : Quentin Tarantino
Scénario : Quentin Tarantino, d'après le roman Punch Créole d'Elmore Leonard
Musique : Divers artistes
Production : A Band Apart, Miramax Films
Genre : Policier, Drame, Gangsters, Blaxploitation
Titre en vo : Jackie Brown
Pays d'origine : États-Unis
Langue d'origine : anglais
Date de sortie : 25 décembre 1997
Durée : 154 mn

Casting :
Pam Grier : Jacqueline « Jackie » Brown
Samuel L. Jackson : Ordell Robbie
Robert Forster : Max Cherry
Bridget Fonda : Melanie
Michael Keaton : Ray Nicolette
Robert De Niro : Louis Gara
Michael Bowen : Mark Dargus
Chris Tucker : Beaumont Livingston
Lisa Gay Hamilton : Sheronda
Sid Haig : le juge
Hattie Winston : Simone
Tom Lister, Jr. : Winston
Quentin Tarantino : la voix du répondeur téléphonique de Jackie
Denise Crosby : Avocat commis d'office
Helmut Berger : Nanni Vitali
Marissa Mell : Giuliana Caroli
Council Cargle : Drew Sheppard
Tony Curtis : lui-même

Mon avis : En janvier dernier, il n’y a que quelques semaines, je vous proposais sur ce blog la critique du cultissime Pulp Fiction, œuvre qui fit beaucoup pour la renommée d’un certain Quentin Tarantino et que je n’avais pas eu l’occasion de revoir depuis… oh, le milieu des années 90, c’est pour dire… Et donc, aujourd’hui, c’est un autre long métrage de l’excellente filmographique du fantasque réalisateur américain dont je vais vous entretenir, Jackie Brown. Bon, déjà, pour être tout à fait franc et presque deux décennies après sa sortie au cinéma, je dois avouer que je n’avais jamais eu l’occasion de voir ce film ; les raisons, bien entendu, sont multiples mais comme j’ai eu l’occasion a maintes fois de le dire sur ce blog, au départ, je n’étais pas très attiré par le sieur Tarantino et ne m’y suis véritablement intéresser que sur le tard. Honte sur moi, bien sur, quoi que, du coup, cela me permet, encore aujourd’hui, de découvrir des œuvres vue et archi-vues par la majorité des gens, comme quoi, il y a toujours un point positif a retirer de ma bêtise initiale. Et justement, puisque je vous parle de points positifs, force est de constater que ce Jackie Brown en fourmille car oui, et comme certains le savent très bien depuis belle lurette, les aventures de cette hôtesse de l’air qui réussit à arnaquer a la fois trafiquants et policiers sont une formidable réussite. Déjà, pour l’ambiance générale qui se dégage de ce long métrage : dialogues savoureux (à voir en vo bien entendu), personnages hauts en couleur, bande originale omniprésente et parfaitement représentante d’une époque, les années 70, et d’un style désuet depuis longtemps, cette fameuse Blaxploitation dont la savoureuse Pam Grier, formidable ici, en était l’une des plus belles égéries. Car bien entendu, à chaque film de Tarantino nous avons droit a son hommage personnel et après les films de gangsters dans Pulp Fiction et les films d’arts martiaux dans Kill Bill Volume 1, dans Jackie Brown, c’est la Blaxploitation qui est mis a l’honneur, genre cinématographique qui, dans les années 70, revalorisa enfin le rôle des noirs sur grand écran, les acteurs et actrices de couleur ayant enfin droit a des rôles majeurs. Et, forcément, histoire de pousser l’hommage jusqu’au bout, Tarantino donna a Pam Grier, ancienne gloire du genre, l’occasion de revenir sur le devant de la scène, et que de fort belle manière d’ailleurs… Car que l’on soit adepte ou pas des films de Tarantino (et encore, ici, le déroulement scénaristique se fait dans l’ordre donc, du coup, il est plus facile a suivre), comment ne pas reconnaitre que dans ce Jackie Brown, Pam Grier brille de milles feux !? La quarantaine rayonnante, comme le dit, au cours de l’intrigue, Robert Forster, complètement sous le charme et, accessoirement, lui aussi acteur sur le retour, Pam Grier est tout simplement excellente et on ne voit quasiment qu’elle dans ce film, et ce, alors que, le reste du casting, Samuel L. Jackson en tête, est lui aussi fortement inspiré, c’est pour dire… Indéniablement, pour moi, Jackie Brown n’est pas le meilleur film de Tarantino – j’ai vraiment une préférence pour le dytique Kill Bill – mais il n’en est pas loin : savoureux, captivant, dosé d’un certain humour, moins violent que d’autres productions du maitre, il nous démontre que même avec une intrigue pour le moins simple – après tout, c’est juste une arnaque – Tarantino réussit le tour de force de sublimer le tout, mais cela, bien entendu, ce n’est plus une surprise depuis longtemps…


Points Positifs :
- De toutes façons, à un moment donné, je pense que les choses sont claires : il y a-t-il un mauvais film de Tarantino ? Eh bien c’est non, tout simplement. Et plus que cela, tous ces films sont des bons voir de très bons films, et cela, ce n’est pas donné a tous les réalisateurs ; du coup, ce Jackie Brown ne vient que confirmer tout cela, une fois de plus.
- Au sein d’un casting exceptionnel – mine de rien, il y a  Samuel L. Jackson, Robert de Niro, Robert Forster, Michael Keaton – et au top, Pam Grier réussi l’exploit d’être au dessus de tout le monde. Bien sur, le film est basé sur elle et la met en avant, cependant, briller de milles feux de cette façon alors que les autres sont excellents, ce n’était pas si évidant a la base…
- Bien entendu, on retrouve tous les éléments qui font la force du cinéma de Tarantino comme les dialogues, une certaine dose d’humour, certaines situations ubuesques, des personnages hauts en couleurs même quand ils sont complètement paumés (sur ce point, De Niro excelle), une bande son qui colle a l’intrigue et, principalement, ce qui ressort le plus a chaque fois, la manière dont le réalisateur traite d’un genre et qui ressemble presque a de l’amour…
- Un bel hommage a un genre, la Blaxploitation, très peu connu sous nos latitudes.
- Histoire a priori simple – il s’agit d’une arnaque – mais captivante au possible.
- Ici, l’intrigue est proposée dans l’ordre de son déroulement scénaristique, donc, vous ne pourrez pas dire que vous allez vous perdre…

Points Négatifs :
- Peut-être justement le fait que l’histoire soit un peu trop simple. Bien sur, Tarantino en tire le meilleur mais ce n’est qu’une arnaque après tout…
- Jackie Brown dure près de deux heures et demie et, curieusement, j’ai eu la sensation vers la fin qu’il manquait quelque chose ?! Trop court ? Hum, ce n’est peut-être qu’une impression ?!

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...