samedi 28 février 2015

LES AVENTURES DE TINTIN – TINTIN AU PAYS DE L’OR NOIR


LES AVENTURES DE TINTIN – TINTIN AU PAYS DE L’OR NOIR

Alors que des rumeurs de guerre se font persistantes, le marché est envahi par de l’essence frelatée qui fait littéralement exploser les moteurs… à explosion. Tintin embarque alors pour faire son enquête au Moyen-Orient. Au Khemed, une lutte de pouvoir oppose l’émir Mohammed Ben Kalish Ezab au cheik Bab El Ehr, chacun financé par une compagnie de pétrole différente, respectivement l’Arabex et la Skoil Petroleum. Le docteur Müller, qui se fait passer pour un archéologue sous le nom de Professeur Smith, représente la Skoil. C’est un agent secret d’une « puissance étrangère » ayant pour mission de s’emparer des puits de pétrole, et pouvant saboter les réserves existantes grâce à un produit chimique, le N 14, et ainsi paralyser les armées en cas de guerre.


Les Aventures de Tintin – Tintin au Pays de l’Or Noir
Editeur : Casterman
Scénario : Hergé
Dessins : Hergé
Couleurs : Hergé
Couverture : Hergé
Genre : Aventure, Franco-Belge
Pays d’origine : Belgique
Langue d’origine : français
Parution : 1950
Nombre de pages : 62

Mon avis : Mine de rien, cela faisait une éternité que le plus célèbre reporter de la bande dessinée n’avait plus droit de cité sur ce blog, mais, après quelques années d’absence, l’envie me pris, soudainement, il y a quelques jours, de me replonger dans ses fameuses Aventures de Tintin et, plus particulièrement, dans ce quinzième tome de la saga, ce Tintin au Pays de l’Or Noir qui, je dois le reconnaitre, ne fut jamais l’un de mes préférés. Bien évidement, reconnaitre une telle chose ne signifie nullement que cet album soit mauvais, et ce, pour la simple et bonne raison qu’il n’y a jamais eu de mauvais Tintin, même si, là aussi, il faut l’avouer, certains sont plus réussis que d’autres – mais là, suivant les gouts de chacun, les titres ne seront pas les mêmes. Quoi qu’il en soit, reconnaissons que Tintin au Pays de l’Or Noir est rarement cité parmi les préférés des amateurs du reporter portant pantalon de golf, et ce, malgré tout un tas de qualités qui mériteraient d’être rappelées. Déjà, historiquement, c’est l’un des tomes de la saga qui est le plus proche de la réalité : réalisé à la base avant la seconde guerre mondiale – ce qui explique la quasi-absence du Capitaine Haddock ajouté par la suite vu qu’il n’existait pas alors – on y sent la tension internationale qui fait craindre le déclanchement de celle-ci, particulièrement au début où l’on cite des mouvements de troupes aux frontières et des ordres de mobilisations. Ensuite, Tintin au Pays de l’Or Noir fut achevé après le second conflit mondial et même si cet album fut modifier quelques décennies plus tard (a la base, une partie de l’action a lieu en Palestine occupée par les britanniques et Tintin se fait enlevé par des membres de... l’Irgoun), il est intéressant pour deux raisons : le jeu des diverses compagnies pétrolières dans la région arabique mais, aussi, ce qui va préfigurer la crise pétrolière qui touchera le monde dans les années 70. Bien évidement, cet album ne vaut pas que pour son coté historique et, une fois de plus, reconnaissons que le sieur Hergé a sut nous pondre une histoire toujours aussi réussie, captivante, et non dénuée de gags diverses. Des nouveaux personnages font leur apparition, dont un certain Abdallah, on à droit en tant que grand méchant au Docteur Müller, selon moi, l’un des adversaires les plus charismatiques de Tintin, et, pour finir, tandis que les Dupondt sont toujours aussi…euh, cons… Haddock, même peut présent, reste égal a lui-même, c’est-à-dire, excellent. Et puis, il y a la toile de fond dont je vous ai déjà parlé, dommage, juste, que cet album ait été tant modifié au fil des ans car je serais bien curieux de lire la version originale…


Points Positifs :
- Sans nul doute l’un des albums de Tintin parmi les plus proches de la réalité : réaliser sur plus d’une décennie – avec la seconde guerre mondiale entre les deux – ce Tintin au Pays de l’Or Noir est porteur de toutes les craintes de son auteur a l’époque : la guerre est proche et la tension dut a celle-ci est palpable une bonne partie de l’album.
- Rivalités entre compagnies pétrolières, rôle des princes arabes dans la région, prémices de la crise pétrolière ; mine de rien, Hergé était un sacré visionnaire !
- Le coté historique est important mais avant toute chose, l’important, c’est l’intrigue et, rassurez vous, celle-ci est captivante… comme toujours.
- Particulièrement grâce aux Dupondt mais aussi par le biais d’un nouveau personnage dans l’univers de Tintin, Abdallah, l’élément comique est au rendez vous, et pas qu’un peu.
- Même la quasi-absence du Capitaine Haddock finie par devenir un élément drôle.
- Mon méchant préféré dans Tintin : le Docteur Müller !

Points Négatifs :
- Malheureusement, Tintin au Pays de l’Or Noir a été trop modifié au fil des ans et je serais bien curieux de lire la première version, celle se déroulant en Palestine.
- Même s’il n’y a pas de mauvais Tintin, même si l’intrigue est sympa, même si le coté historique se doit d’être souligné, force est de constater qu’il y a d’autres albums qui lui sont largement supérieurs.
- Bien sur, on comprend l’absence de Tournesol et la quasi-absence de Haddock ; cependant, a force de s’habituer a eux, c’est fou ce qu’ils peuvent manquer par moments.
- Toujours le même problème avec les frères Dupondt : certes, ils sont marrants, mais, par moment, trop c’est trop…

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...