vendredi 24 juin 2016

COSMO'S FACTORY


COSMO'S FACTORY

Creedence Clearwater Revival

1 - Ramble Tamble (John Fogerty) 7:10
2 - Before You Accuse Me (Bo Diddley) 3:27
3 - Travelin' Band (John Fogerty) 2:07
4 - Ooby Dooby (Wade L. Moore, Richard A. Penner) 2:07
5 - Lookin' out My Back Door (Johnny Burke, James Van Heusen) 2:35
6 - Run Through the Jungle (John Fogerty) 3:10
7 - Up Around the Bend (John Fogerty) 2:42
8 - My Baby Left Me (Arthur Crudup) 2:19
9 - Who'll Stop the Rain (John Fogerty) 2:29
10 - I Heard It Through the Grapevine (Barrett Strong, Norman Whitfield) 11:07
11 - Long as I Can See the Light (John Fogerty) 3:33


Cosmo's Factory
Musicien : Creedence Clearwater Revival
Parution : 16 juillet 1970
Enregistré : 1969-1970
Durée : 42:28
Genre : Rock, Blues
Producteur : John Fogerty
Label : Fantasy Records

Musiciens :
John Fogerty : guitare soliste, piano, saxophone, harmonica, chant
Tom Fogerty : guitare rythmique
Doug Clifford : batterie
Stu Cook : guitare basse

Mon avis : Avant d’aller plus loin, c’est-à-dire, dans la critique de Cosmo’s Factory, cinquième album des Creedence Clearwater Revival, il me faut reconnaitre que, aussi incroyable que la chose puisse paraitre, si je connais bien évidement ce monumental groupe de la pop musique nord américaine du tournant des années 70, ce n’est que très récemment, et donc, avec cet opus, qu’enfin, j’ai eu l’opportunité de me lancer dans la découverte a proprement parler du quatuor. Incroyable ?! Certes, surtout qu’outre le fait que je connaissais le groupe de John Fogerty depuis des décennies sans parler de leurs plus grandes chansons, jamais je n’avais osé franchir le pas, repoussant sans cesse l’achat de l’un de leurs albums. Mais bon, comme dirait l’autre, mieux vaut tard que jamais et par ailleurs, débuter par Cosmo’s Factory, l’un de leurs meilleurs albums si ce n’est le meilleur, c’était plutôt un bon choix. Car bon, comment dire, si par la force des choses, je ne suis pas familier de ce groupe et donc de cet album comme je peux l’être depuis des lustres de ceux des Stones, de Bowie ou de Neil Young, il est évidant qu’a l’écoute de ce Cosmo’s Factory, il apparait nettement que nous avons affaire ici a une véritable petite pépite, quelque chose d’énorme et qui, indubitablement, en son temps, marqua son époque. Car si certes, on pourrait regretter que John Fogerty et ses compagnons abusent un peu des reprises – je ne suis pas un fan de ce procédé – ma foi, lorsque l’on se retrouve face a celle de I Heard It Through the Grapevine, tube peu de temps auparavant du grand Marvin Gaye, ici, véritable monument de plus de 11 minutes qui est le point d’orgue de cet album, on ne peut s’empêcher de se dire que des reprises aussi bonnes, eh ben ma foi, cela vaut le détour, et pas qu’un peu ! Ajoutons a cela, en ouverture de ce Cosmo’s Factory, l’excellent Ramble Tamble, rock endiablé qui flirte avec le progressif, le cultissime Run Through the Jungle et les non moins excellents Travelin' Band et Who'll Stop the Rain, pour ne citer que les morceaux les plus connus et l’on comprendra aisément toute la richesse d’un opus franchement réussi et qui, ma foi, sonne toujours aussi bien de nos jours. Et puis, n’oublions pas que Creedence Clearwater Revival, c’était avant toute chose John Fogerty, maitre d’œuvre du groupe et qui, outre ses compositions d’excellente facture, magnifiait celles-ci de sa voix rauque et inimitable. Un must que ce Cosmo’s Factory ? Indéniablement et s’il m’a fallut plus de quarante ans pour enfin me procurer un album des Creedence, ce qui est sur, c’est que j’ai déjà perdu beaucoup trop de temps et que le second, lui, ne tardera guère…


Points Positifs :
- Le temps qui passe aura probablement renvoyé Creedence Clearwater Revival loin des yeux du grand public mais en son temps, ce groupe nord américain fut l’un des tout meilleurs, et ici, avec Cosmo’s Factory, cinquième de leur opus, nous atteignons peut-être le sommet de leur inspiration musicale tant cet album est réussi.
- La reprise du tube de Marvin Gaye, I Heard It Through the Grapevine, est sans nul doute le sommet de cet album : longue de 11 minutes, envoutante, avec un  John Fogerty endiablé, voilà un morceau presque aussi bon si ce n’est meilleur que l’original.
- L’album commence fort avec Ramble Tamble, autre monument de cet opus et qui, tout au long de sept minutes, voit le groupe lancé dans un morceau endiablé aux allures, par moments, de rock progressif.
- Run Through the Jungle, Travelin' Band et Who'll Stop the Rain : autres titres marquants de cet album.
- La voix de John Fogerty, rauque, presque un instrument à elle toute seule et qui est pour beaucoup pour la qualité de l’ensemble.
- A première vue, cette jaquette pourrait sembler un peu foutraque, pourtant, elle n’en reste pas moins réussie dans son genre.

Points Négatifs :
- Je n’ai jamais été un grand fan des reprises et, ma foi, je trouve que celles-ci abondent un peu trop dans ce Cosmo’s Factory.
- Si deux titres sont longs, pour ne pas dire très longs, les autres, sincèrement, sont franchement cours voir beaucoup trop par moments. Curieux tout de même toutes ces chansons a trois minutes voir moins.

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...