mardi 18 novembre 2014

MELANCHOLIA


MELANCHOLIA

A cinq jours de la fin du monde, Justine et Michael se marient. Claire, la sœur de Justine, a organisé pour cette occasion une luxueuse et très solennelle réception dans la somptueuse demeure qu'elle partage avec son mari astronome et son fils Léo. Malgré le faste et l'ostentation, ce ne sont pas les bonnes manières et l'éducation qui étouffent les invités. Des comptes seront réglés et du linge sale lavé en famille. Entre autre, mais pas que...comme on dit. Claire en apparence solide, équilibrée, couve, materne et protège sa petite sœur la blonde, diaphane, douce et fragile Justine. Parfois néanmoins elle la secoue un peu, mais pas trop. Cependant, en ce jour programmé pour le bonheur, Justine fait des efforts démesurés pour sourire, s'amuser et afficher l'image idéale qu'on attend d'une mariée. Mais Justine est atteinte d'un mal sournois et invisible à l'œil nu. Elle souffre d'une profonde dépression. On peut dire qu'elle est une maniaco-dépressive, une bipolaire... mais avant Freud, l'état de Justine portait un tout autre nom : la mélancolie. Et c'est justement la planète Melancholia qui s'approche à toute vitesse de la Terre et risque de la heurter. Alors que Claire si forte jusque-là panique à l'idée de tout perdre et notamment la vie, Justine s'apaise progressivement...


Melancholia
Réalisation : Lars von Trier
Scénario : Lars von Trier
Musique :  Prélude de Tristan und Isolde de Richard Wagner
Production : Zentropa, Memfis Film, Slot Machine, BIM Distribuzione, Trollhättan Film AB, ARTE France Cinéma
Genre : Drame, Catastrophe
Titre en vo : Melancholia
Pays d'origine : Danemark, Suède, France, Allemagne, Italie, Espagne
Langue d'origine : anglais
Date de sortie : 26 mai 2011
Durée : 130 mn

Casting :
Kirsten Dunst : Justine
Charlotte Gainsbourg : Claire, la sœur de Justine
Kiefer Sutherland : John, le très riche mari de Claire
Charlotte Rampling : Gaby, la mère de Justine et de Claire
John Hurt : Dexter, le père de Justine et de Claire
Alexander Skarsgård : Michael, le promis de Justine
Stellan Skarsgård : Jack, le patron de Justine, directeur d'une agence de publicité
Brady Corbet : Tim, le neveu de Jack
Udo Kier : l'organisateur du mariage
Jesper Christensen : « Little Father »
Cameron Spurr : Leo, le fils de Claire et de John, neveu de Justine

Mon avis : Je vais être franc, cela faisait longtemps, très longtemps même que je souhaitais voir ce film, Melancholia, en fait, pour être tout a fait précis, depuis sa sortie, il y a de cela plus de trois ans. Il faut dire que, sans avoir vu le moindre film jusque là du controversé et fantasque (barré) réalisateur danois, Lars von Trier, le scénario de cette œuvre, qui valu a l'actrice allemande Kirsten Dunst le prix d'interprétation féminin a Cannes, m'avait attirer tout de suite ; le scénario, quelques extraits, et cette affiche, tout simplement magnifique a mes yeux. Et donc, il aura fallu attendre que la chaîne franco-allemande, ARTE, ne le diffuse ce dimanche pour que, enfin, j'ai l'occasion de juger par moi même ce que certains considéraient comme étant un chef d'œuvre tandis que d'autres n'y voyaient là qu'un bouillon indigeste, un truc de barge egocentrique sans le moindre intérêt... Et d'entré de jeu, dès cette somptueuse séquence d'ouverture, j'ai accroché : esthétique sublime, véritable régal pour mes yeux émerveillés, je me souviens m’être dis a moi même que ce type, Lars von Trier, était peut être complètement barré mais qu'il n'en restait pas moins un génie... enfin, je suppose que l'un ne va pas sans l'autre !? La suite, eh ben, comment dire, disons que celle ci ne fut que la confirmation de mes premières impressions et cette fête de mariage, véritable descente aux enfers pour ses participants, maelstrom maniaco-dépressif qui pourrait pousser au suicide les plus fragiles tellement les protagonistes errent comme des âmes en peine et se déchirent jusqu'à n'en plus finir, est, a mes yeux, le point d'orgue du film. Alors bien sur, la seconde partie, selon moi, est un peu en deçà, non pas pour cette histoire de planète qui va percuter notre bonne vieille Terre et qui entraînera l'apocalypse, non, la chose, après tout, on peut l’admettre, mais davantage en raison de deux choses : le personnage de Kirsten Dunst devient un peu trop « surnaturel » a mes yeux, et, malgré tout l’intérêt de cette partie, le désespoir des personnages devant la fin du monde, la première partie était tellement parfaite qu'il en devenait fort difficile de rivaliser avec... Alors bien entendu, Melancholia est un film de barge destiné a un public de barge, Lars von Trier est sans nul doute un grand malade mental et franchement, pour avoir été captiver, que dis-je, subjuguer par ce film, c'est que je dois l’être également – et j'assume complètement – mais bon, fou ou pas, cela faisait longtemps que je ne ressentait pas un tel plaisir a découvrir un film, et rien que pour cela, le jeu en valait la chandelle !


Points Positifs :
- Esthétiquement, Mélancholia est une pure merveille et entre la façon de tourner, caméra a l'épaule, certains plans plus larges et magnifiques et, bien entendu, la séquence d'introduction qui est un véritable petit bijou, nous avons là un véritable régal pour les yeux, et ce, pendant deux heures.
- Personnages tourmentés et dépressifs, longue fête familiale qui s'éternise et qui finit en eau de boudin, réaction des protagonistes face a la mort, inéluctable, Lars von Trier nous offre une belle palette de sentiments humains.
- Les deux actrices, Charlotte Gainsbourg et Kirsten Dunst, sont tout simplement parfaites de maîtrise dans leurs rôles respectifs.
- Un film sur la fin du monde pour le moins singulier, certes, mais qui n'en reste pas moins réussi et, accessoirement, bien plus intéressant, au vu de la réaction des protagonistes, que bien des films apocalyptiques.
- La première partie, celle du mariage, est un véritable régal pour le spectateur et voir cette descente aux enfers familiale au fil des heures, est une vrai réussite.

Points Négatifs :
- Peut etre que la chose qui m'a le plus titiller en regardant Melancholia, c'est le passage entre les deux parties – mariage puis fin du monde – qui m'a sembler un peu brutal, surtout au vu du personnage joué par Kirsten Dunst qui, de simple névrosée, devient presque une voyante.
- Je reconnais que c'est tout de même spécial, très spécial même et que, non seulement il faut s'accrocher a l'histoire, mais qu'en plus, Melancholia fait parti de ce genre de films sans demi-mesures, c'est à dire, que soit on adore, soit on déteste. Dans mon cas, aimant les films de barrés comme Lars von Trier, ce ne fut pas un problème, mais pour d'autres...

Ma note : 8,5/10

2 commentaires:

Ingrid a dit…

Je te conseille TOUS les Lars Von Trier, TOUS sans exception =)

Feanor a dit…

Merci du conseil et je pense justement commencer par Dancer in the Dark qui me tente pas mal...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...