mercredi 26 novembre 2014

TERRA FORMARS – TOME 1


TERRA FORMARS – TOME 1

La population terrienne en constante augmentation épuise toujours plus les ressources de sa planète. Seule solution pour éviter l'extinction : faire proliférer sur Mars l'unique forme de vie capable d'endurer son environnement et de le rendre habitable… le cafard. An 2599 : la terraformation entre dans sa phase finale et les rampants doivent maintenant être exterminés. À bord du vaisseau spatial Bugs 2, quinze jeunes gens venus des quatre coins du globe, et génétiquement modifiés en vue de cette tâche, s'apprêtent à atterrir sur Mars. Ils ignorent encore tout du sort de leurs prédécesseurs disparus en tentant de remplir la même mission… Et si la théorie de l'évolution ne s'appliquait pas qu'à l'Homme ?


Terra Formars – Tome 1
Scénariste : Yū Sasuga
Dessinateur : Kenichi Tachibana
Genre : Seinen
Type d'ouvrage : Action, Science-Fiction
Titre en vo : Terafōmāzu
Parution en vo : 19 avril 2012
Parution en vf : 01 février 2013
Langue d'origine : Japonais
Editeur : Kazé
Nombre de pages : 192

Mon avis : Se lancer dans une nouvelle œuvre, quelque soit le genre d’ailleurs (ici, c’est d’un manga qu’il s’agit, mais bon, c’est valable pour toute série en plusieurs parties), est souvent une entreprise pour le moins périlleuse, surtout quand, si vous êtes comme moi, vous suivez plusieurs séries au même temps. Mais ce qui peut arriver, surtout avec des séries dont plusieurs tomes sont déjà sorties, c’est que celles-ci, après un certain emballement des débuts, soient abandonnées sur le bas de la route ; la chose m’étant déjà arriver a plusieurs reprises, et, accessoirement, pas seulement avec des mangas. Mais dans le cas présent, bref, avec ce Terra Formars dont je vous propose la critique du premier tome de la saga, il se pourrait fort bien que les choses se déroulent autrement… Il faut dire que l’œuvre du scénariste Yū Sasuga portait en elle, depuis un certain temps, bien des louanges a son sujet et que son scénario, pourtant classique en soit – finalement, ce n’est qu’une banale histoire d’affrontement entre humains et êtres venus d’ailleurs – n’en reste pas moins plutôt bien ficelé : en effet, en partant d’un postulat de base qui tient a être de moins en moins de la science-fiction, c’est-à-dire, la terraformation de notre voisine, Mars, Terra Formars met face a face une humanité qui, trop nombreuse sur sa planète natale, s’en va conquérir les étoiles, sauf que, suite a l’un des hasards dont l’évolution a le secret, les cafards envoyés sur Mars ont évolué en quelques centaines d’années, sont devenus humanoïdes et… sont tout sauf amicaux. Bref, ennuis en perspectives et, comme vous pouvez l’imaginez (car nous ne sommes pas au pays des bisounours), massacre à venir, surtout pour les pauvres humains envoyés dans cette galère. Alors bien sur, les autorités terriennes, toujours aussi fourbes, avaient prévu le truc et nos astronautes ont été améliorés avec des gènes d’insectes (oui, je sais, dit ainsi, cela a l’air débile, pourtant, si l’on accepte la chose, aussi incongrue soit-elle, l’intrigue marche plutôt bien), ce qui les améliore de diverses façons, plus ou moins utiles… après, est ce que cela sera nécessaire pour affronter des hordes de cafards ? La, c’est un autre problème, bien entendu. Quoi qu’il en soit, et de façon presque surprenante au vu du synopsis et des nombreux affrontements qui parsèment ce premier tome, force est de constater que Terra Formars s’avère être une agréable surprise : c’est plutôt captivant, les dessins de Kenichi Tachibana, sans être géniaux n’en restent pas moins réussis et apportent un plus a l’ensemble, c’est souvent gore, dramatique et l’on a même droit a quelques scènes plus touchantes… bref, en aucune façon le truc de l’année, loin de là, mais un excellent premier tome qui pose bien les bases de la saga, riche en scènes marquantes et qui, sans nul doute, donne envie de découvrir la suite !


Points Positifs :
Terra Formars part d’un postulat pour le moins saugrenue – des cafards, envoyés sur Mars, évoluent en quelques centaines d’années et deviennent une menace pour les humains – mais qui n’en reste pas moins efficace.
- De la même manière, on a droit à une fois de plus à un énième affrontement entre l’humanité et des êtres venus d’ailleurs (enfin, pas de si loin finalement) mais bon, le scénario est suffisamment captivant pour tenir en haleine le lecteur de bout en bout.
- Le sieur Kenichi Tachibana s’en sort plutôt bien aux pinceaux et, ma foi, le look des cafards est réussi.
- Décapitations, personnages coupés en deux ou démembrés, c’est gore, très gore même par moments mais personnellement, cela ne me gène pas le moins du monde.
- Quelques protagonistes un peu stéréotypés (pour ne pas dire beaucoup) mais auquel on s’attache pour certains – dommage d’ailleurs que l’israélien, charismatique en diable, passe si vite a la trappe !
- Une bonne entrée en matière qui donne envie de découvrir la suite.

Points Négatifs :
- Malgré quelques bonnes idées et un scénario qui démarre au quart de tour pour ne jamais s’arrêter, reconnaissons que Terra Formars est d’un classicisme certain dans sa forme : intrigue, personnages stéréotypés et surpuissants face a une menace qui l’est encore plus, magouilles et trahisons, humains contre monstres… mouais, pour l’originalité, la vrai, l’unique, on repassera…
- Probablement trop gore pour un certain lectorat.

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...