vendredi 15 septembre 2017

DEADLY CLASS – CAROUSEL


DEADLY CLASS – CAROUSEL

L'épreuve de passage pour l'année suivante est assez particulière à l'Académie des Arts Létaux. Les élèves de première année ont du éliminer les « rats », les étudiants qui ne font pas partis des familles anciennes du crime. Billy, Willie et également Marcus sont quelques unes des victimes de cet examen mortel. Septembre 1988, c'est l'heure de la rentrée à King's Dominion. Maître Lin accueille la nouvelle promotion avec son éternel discours. Les nouveaux élèves sont un peu tendus, ce qui n’empêche pas certains de faire rapidement connaissance. Ils essaient même de fraterniser avec certaines deuxièmes années. Ainsi, un nouvel arrivant compte bien se mettre dans le giron de Shabnam, le majeur de la promo précédente. Saya, quant à elle, est isolée. C'est elle qui a tué Marcus et elle semble avoir du mal à l'encaisser. L'heure est au discours de Shabnam. Celui-ci a pris, sans le savoir, un sérum de vérité...


Deadly Class – Carousel
Scénario : Rick Remender
Dessins : Wes Craig
Encrage : Wes Craig
Couleurs : Jordan Boyd
Couverture : Wes Craig
Genre : Action
Editeur : Image Comics
Titre en vo : Deadly Class – Carousel
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 15 mars 2017
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Urban Comics
Date de parution : 18 août 2017
Nombre de pages : 160

Liste des épisodes
Deadly Class 22-26

Mon avis : Incontestablement, Deadly Class est, depuis ses débuts, une formidable surprise et, surtout, un des meilleurs comics qu’il m’a été donné de lire ces dernières années ! Il faut dire que l’œuvre de Rick Remender, dans laquelle il a mis énormément de son passé, de ses gouts personnels et qui pourrait se résumé comme étant une école de Charles Xavier chez les X-Men mais où les assassins remplaceraient les mutants est une pure réussite, sans la moindre fausse note, depuis ses débuts. Cependant, après la monumentale surprise que fut la conclusion du volume précédent, c’est-à-dire, la mort d’une bonne partie des protagonistes principaux et, surtout, du héros, Marcus, on pouvait se poser quelques questions quand a la suite de la série ? Après tout, quid de Deadly Class sans Marcus ? Saya, seule a la barre désormais ? Eh bien, d’entrée de jeu, Rick Remender redistribue un peu les cartes en nous présentant quelques nouveaux protagonistes amenés a remplacés tous ceux qui ont passés l’arme a gauche : exit Marcus, Billie et Willie, place a quelques nouvelles têtes auquel il va vite falloir s’adapter puisque, immédiatement, celles-ci occupent une place importante dans le récit. Forcément, tout cela déstabilise un peu le lecteur et l’auteur ne peut passer outre le fait qu’il faut présenter un peu ce petit monde, cependant, force est de constater que ce diable de Remender s’en sort fort bien et que le mélange d’anciens et de petits nouveaux est plutôt efficace – curieusement, autant j’étais dubitatif au départ, autant, assez rapidement, j’ai accrocher aux nouveaux. Certes, Saya occupe le devant de la scène et l’intrigue tourne rapidement autour d’elle et de son passé. Cependant, la plus grande surprise qui marque les esprits a la lecture de ce cinquième volume de Deadly Class, ce ne sont pas les nouvelles têtes du casting, ce n’est pas le fait que l’auteur réussit la gageure de maintenir la qualité a des degrés très élevés, non, rien de tout cela, enfin, pas que… la grosse surprise a lieu dans le dernier épisode et franchement, si la survie de Marcus, aussi incroyable soit-elle, pouvait être plus ou moins prévisible, quelqu’un s’attendait a revoir… Maria, laissée pour morte dans le troisième tome ?! Pour une surprise, c’est une surprise !


Points Positifs :
- Après le massacre en règle du volume précédent, Remender réussit la gageure de relancer sa série en nous présentant quelques nouveaux protagonistes censés remplacés les anciens qui ont passés l’arme à gauche, et, le plus surprenant, c’est que cela marche plutôt bien, les petits nouveaux possédant tous un petit je ne sais quoi qui fait qu’on a envie, immédiatement, d’en connaitre davantage a leur sujet.
- Même si l’auteur se doit de présenter un temps soit peu ses nouvelles têtes, force est de constater que l’intrigue ne ralentie pas une seule seconde et que tout cela est toujours aussi captivant ; il faut dire que rebondissements et divers coups de théâtre sont légions.
- Le dernier épisode mérite le détour pour ses deux énormes surprises : non seulement on y apprend que Marcus est encore en vie mais aussi, plus incroyable, que cela est également le cas pour Maria !
- Les références aux années 80 sont une fois de plus au rendez vous et si celles-ci sont surtout musicales, un certain Donjons & Dragons n’est pas oublié.
- Pour ce qui est des dessins, il n’y a rien à redire et si vous êtes fan du style de Wes Craig, alors, cela sera un pur régal !
- Encore une fois, une fort belle couverture.

Points Négatifs :
- Certains regretteront peut-être que Rick Remender n’ai pas été plus audacieux et n’ai pas laissé le héros de l’histoire, Marcus, mort.
- Wes Craig possède un style particulier : on adore ou on déteste.

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...