jeudi 19 janvier 2017

LA 317ÈME SECTION


LA 317ÈME SECTION

En 1954, en pleine guerre d'Indochine, la 317ème section locale supplétive composée de 4 Français et de 41 Laotiens doit abandonner le petit poste de Luong Ba à la frontière du Laos, et rallier Tao Tsaï à cent cinquante kilomètres plus au sud, à travers la forêt hostile et les forces Viêt-Minh qui déferlent sur les Français. Elle est commandée par quatre officiers et sous-officiers français, dont le jeune sous-lieutenant Torrens secondé par l'adjudant Willsdorff, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale. Au cours de cette fuite ponctuée d'embuscades et de morts, le respect hiérarchique entre les deux hommes se transforme en amitié.


La 317ème Section
Réalisation : Pierre Schoendoerffer, Philippe Fourastié
Scénario : Pierre Schoendoerffer d'après son roman éponyme
Musique : Pierre Jansen et Gregorio García Segura
Production : Les Productions Georges de Beauregard, Producciones Benito Perojo, Rome Paris Films
Genre : Guerre
Titre en vo : La 317ème Section
Pays d'origine : France, Espagne
Langue d'origine : français
Date de sortie : 31 mai 1965
Durée : 94 mn

Casting :
Jacques Perrin : le sous-lieutenant Torrens
Bruno Cremer : l'adjudant Willsdorff
Pierre Fabre : le sergent Roudier
Manuel Zarzo : le caporal Perrin
Boramy Tioulong : le sergent supplétif Ba Kut

Mon avis : Cela faisait fort longtemps que j’avais envie de voir La 317ème Section, film de Pierre Schoendoerffer tiré du roman du même nom et, ne l’oublions pas, du même auteur, un film plutôt méconnu de nos jours pour ce qui est du grand public mais qui, indéniablement, aura marqué son époque lors de sa sortie. Le souci principal, c’est que, depuis, beaucoup d’eau a couler sous les ponts et ce genre de films de guerre, qui plus est, traitant d’un conflit – la décolonisation et dans le cas présent, la guerre d’Indochine – dont les élites françaises ne souhaitent plus vraiment entendre parler, si ce n’est sous le ton de la repentance, ne passe plus vraiment. Cela est fort dommage car si de nos jours, le politiquement correct est souvent ridicule, dans le cas de La 317ème Section, il l’est totalement : en effet, ici, nul nostalgie de l’Indochine française, nul jugement des forces en présence, quelles soient françaises ou vietnamiennes, non, ce qui nous est tout juste montrer, et de fort belle manière par ailleurs, c’est le récit de la fuite d’une poignée d’hommes, des soldats, qui, devant la débâcle de Diên Biên Phu – saluée en son temps par les communistes en France – n’ont qu’un seul objectif en tête, survivre. Ainsi, tout au long du film, le spectateur se contente de suivre la fuit en avant au cœur de la jungle de cette poignée d’hommes, et ce, dans des conditions difficiles : Viêt-Cong d’un coté, humidité, insectes, maladies de l’autre, rien ne leur est épargné et ils n’en tirent aucune gloire, y compris dans la mort. L’immersion, ici, est a son comble puisque Schoendoerffer filme le tout caméra a l’épaule, ce qui est une véritable nouveauté pour ce genre de films – et, accessoirement, repris maintes et maintes fois par la suite – et le résultat, fatalement, est saisissant, encore de nos jours, même si, il faut le reconnaitre, par certains cotés, le film a un poil vieillit. Mais bon, malgré un final franchement expéditif et une voix off qui m’aura un peu agacer au début, La 317ème Section n’en reste pas moins un bon, que dis-je, un très bon film de guerre mais aussi un film d’amitié, un film où des hommes, a mille lieux des lieux de pouvoir et sans la moindre emprise sur les événements, ne cherchent qu’une seule chose, survivre. Un film aussi, qui nous prouve que fut un temps, le cinéma français osait encore nous offrir des œuvres audacieuses et qui sortaient des sentiers battus, chose qui, il faut le reconnaitre, n’est plus vraiment le cas depuis que la vie quotidienne de monsieur et madame tout le monde est devenu sa vache a lait…


Points Positifs :
- Davantage qu’un simple film de guerre, La 317ème Section est une œuvre qui met avant toute chose en avant l’homme devant l’adversité. En effet, ici, si le conflit indochinois est bel et bien en toile de fond, ce qui compte avant tout, c’est de suivre le périple de cette petite troupe de soldats qui fuient les troupes Viêt-Cong au cœur de la jungle. Et si les combats sont au rendez vous, d’autres difficultés, naturelles elles, sont également présentes.
- En plus d’avoir imposer a son équipe de tournage et a ses acteurs des conditions assez dures, pour ne pas dire militaires, Pierre Schoendoerffer a filmer tout cela caméra a l’épaule, ce qui est une première pour ce genre de film et, bien entendu, augmente le sentiment d’immersion pour le spectateur.
- Un film de guerre ? Un film d’amitié également ! Ainsi, Jacques Perrin en jeune officier idéaliste et Bruno Cremer en baroudeur qui a tout connu sont tout bonnement excellents !
- Cela nous change tout de même un film entièrement tourné dans des décors naturels.
- Les français et les vietnamiens ne sont pas qualifiés de gentils ou de méchants, le film ne prend pas parti pour ou contre l’Indochine française, ce qui n’est pas plus mal.

Points Négatifs :
- Un final un poil trop expéditif, même si, malheureusement, c’était souvent le cas avec certains films autrefois.
- La voix off au début et qui revient a la fin, désolé mais il m’a plus agacé qu’autre chose.
- La 317ème Section commence à accuser son age et si cela ne gênera pas les plus agés ou les plus éclairés parmi un jeune public, pour les autres, ils risquent de ne pas accrocher…

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...