samedi 1 mars 2014

LE DISCOURS D'UN ROI


LE DISCOURS D'UN ROI

Dans les années 1930, au Royaume-Uni, le prince Albert, deuxième fils du roi George V, vit un grave problème de bégaiement. L'abdication de son frère aîné Édouard VIII l'oblige à monter sur le trône sous le nom de George VI. Or le roi doit s'exprimer en public. Sur l'insistance de sa femme, il rencontre Lionel Logue, orthophoniste australien aux méthodes peu orthodoxes. Malgré les réticences du prince, la méthode de Logue fonctionne. Albert doit surmonter ses difficultés de langage pour prononcer, en septembre 1939, le discours radiophonique d'entrée du Royaume-Uni dans la guerre contre l'Allemagne lors de la Seconde Guerre mondiale.


Le discours d’un roi
Réalisation : Tom Hooper
Scénario : David Seidler
Musique : Alexandre Desplat
Production : UK Film Council, See-Saw Films, The Weinstein Company et Bedlam Productions
Genre : Drame historique
Titre en vo : The King's Speech
Pays d’origine : Royaume-Uni
Parution : 24 décembre 2010
Langue d'origine : anglais
Durée : 118 min

Casting :
Colin Firth : Albert dit « Bertie », duc d'York et futur George VI
Geoffrey Rush : Lionel Logue, orthophoniste
Helena Bonham Carter : Elizabeth Bowes-Lyon, duchesse d'York
Guy Pearce : Édouard dit « David », prince de Galles et futur Édouard VIII
Michael Gambon : George V
Timothy Spall : Winston Churchill
Jennifer Ehle : Myrtle Logue
Derek Jacobi : Cosmo Lang, archevêque de Cantorbéry
Anthony Andrews : Stanley Baldwin, Premier ministre
Roger Hammond : Dr Blandine Bentham
Eve Best : Wallis Simpson, maîtresse américaine d'Édouard VIII
Claire Bloom : la reine Mary, épouse du roi George V
Freya Wilson : la princesse Elizabeth II
Freya Wilson : la princesse Margaret
Roger Parrott : Neville Chamberlain, nouveau Premier ministre
David Bamber : le directeur de théâtre

Mon avis : Ce n’est plus vraiment une surprise pour ceux qui me connaissent ne serait-ce qu’un peu mais j’ai depuis longtemps un certain intérêt pour les films historiques, ce qui est plutôt logique pour quelqu’un aimant passionnément, et ce, depuis son enfance, l’Histoire. Mais qui dit film historique ne dit pas forcément grand film, loin de là, et au cours de ma vie, j’eu l’occasion de connaitre autant de désillusions que de satisfactions. Cependant, ici, l’affaire semblait pour le moins entendue puisque Le discours d’un roi avait reçu tant de critiques positives et tant de récompenses que je n’avais guère de craintes quant au fait que celui-ci soit au moins à la hauteur de mes espérances, et, ma foi, sur ce point, je ne me suis pas tromper. Oh certes, je n’irais pas non plus jusqu’à affirmer comme certains que nous avons affaire-là a un pur chef d’œuvre, de même, je ne pense pas que ce long métrage qui revient sur une période pour le moins cruciale du Roi George VI, un peu devenu roi par le hasard, restera dans mes annales personnelles, mais dans l’ensemble, je ne nie pas que nous avons là un fort bon film. Déjà, pour son histoire, peu commune, et plutôt bien traitée, ensuite, et surtout, pour ses acteurs, avec, forcément, en tête de liste, l’inimitable Colin Firth, un acteur que j’apprécie grandement et qui ne m’a jamais déçu et qui, ici, sublime son personnage, lui apportant son charisme personnel et tout son talent. Mais je n’oublie pas Geoffrey Rush, l’autre grand rôle du film et diablement bon de surcroit ; les deux nous offrant quelques belles scènes au passage. Après, bon ne signifie en aucune façon génial et si j’ai pris un plaisir certain à regarder ce Discours d’un roi, je n’ai pas non plus été emballé ou subjuguer comme cela m’arrive parfois avec d’autres films. Mais bon, ne serais ce que pour ses acteurs et le fait de découvrir une personnalité historique plutôt méconnue, le jeu en valait largement la chandelle.


Points Positifs :
- Colin Firth et Geoffrey Rush, pour leurs nombreuses scènes en commun, méritent quasiment à eux seuls de regarder, et d’apprécier, fortement ce film.
- Si le frère de George VI, Edouard VIII (celui qui abdiqua afin de vivre son histoire d’amour avec une américaine deux fois divorcées), est plutôt connu, ce n’était pas vraiment le cas du premier cité, accessoirement, père de l’actuelle reine d’Angleterre. Le discours d’un roi lui rend un bel hommage du coup.
- Décors, costumes, ambiance : décidément, j’adore les films britanniques.

Points Négatifs :
- Bon, même s’il s’agit d’un roi et malgré la période historique où se déroule l’intrigue, cela ne reste que la retranscription cinématographique d’une histoire d’amitié entre un individu et son médecin.
- Oui, je sais, Colin Firth et Geoffrey Rush sont franchement bons et brillent de mille feux mais, du coup, les autres sont un peu trop en retrait selon moi.
- J’ai détesté l’acteur qui joue Winston Churchill.
- Bien, sans contestation, mais je n’ai pas été touché plus que ça par l’histoire.

Ma note : 7,5/10

2 commentaires:

Orkan Von Deck a dit…

A noter que Colin Firth est aussi très bon dans "La taupe".

Pour ce qui est de ton point de vue, je suis d'accord : c'est très bon, mais ça n'est ni plus ni moins qu'une histoire d'amitié marquée par la différence et l'adversité.

Feanor a dit…

Ah, je ne connais pas, m'en vais de ce pas me renseigner au sujet de cette "Taupe"

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...