mercredi 5 juillet 2017

FABLES – CRUELLES SAISONS


FABLES – CRUELLES SAISONS

Bigby rend visite à son vieil ami Duffy. Tous les deux évoquent un passé glorieux où ils ont participé à une mission visant à assassiner Adolf Hitler. Grâce à Bigby, qui jouait les guides en terre française occupée, les troupes américaines purent avancer rapidement sans attirer l'attention. Il leur fournissait également munitions dérobées à l'ennemi et des victuailles. Parfois, les soldats passaient dans un lieu où les corps des nazis étaient déchiquetés. Se drapant d'uniformes allemands, Bigby et les américains parvinrent au château d'Eberstadt. A l'intérieur, un scientifique réalisait une bien curieuse expérience à base de cadavres humains...


Fables – Cruelles saisons
Scénario : Bill Willingham
Dessins : Mark Buckingham, Tony Akins
Encrage : Steve Leialoha, Jimmy Palmiotti
Couleurs : Daniel Vozzo
Couverture : James Jean
Genre : Aventure, Conte, Féerie
Editeur : Vertigo Comics
Titre en vo : Fables - Vol 5
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 13 avril 2005
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Urban Comics
Date de parution : 07 décembre 2012
Nombre de pages : 152

Liste des épisodes
Fables 28-33

Mon avis : Après la grande bataille face aux troupes de l’Adversaire, les fameux Soldats de Bois dirigés par une certaine Baba Yaga qui se faisait passé pour le Chaperon Rouge, comme on a put le voir dans le tome précédant, il apparait nettement que Cruelles saisons, sixième volume de cet excellent comics qu’est Fables apparait comme étant un ton en-dessous, du moins, pour ce qui est de l’intensité d’une série qui, jusque là, flirtait allègrement avec des sommets qualitatifs exceptionnels. Pourtant, celui-ci est loin d’être inintéressant et, d’ailleurs, un événement oh combien important a lieu puisque Blanche Neige accouche enfin ; accessoirement, non pas de un ni de deux bébés mais carrément de six, d’une portée comme elle le reconnait elle-même… De quoi ravir le père, Bigby, alias, l’ancien Grand Méchant Loup, mais l’arrivée de tous ces nouveaux nés, dont un seul a une apparence qui pourrait le faire passer pour un humain, va contraindre Blanche à aller vivre à la Ferme tandis que notre vieux loup sympathique, boudeur, prend le large. Pendant ce temps là, un autre événement a ne pas négliger a lieu puisque, a l’issu de la campagne électorale, le Prince Charmant gagne les élections et devient donc Maire de Fableville ; cela entraine bien évidement tout un tas de bouleversements et, accessoirement, lance quelques pistes pour la suite vu que, désormais, la Belle et la Bête remplacent respectivement Blanche Neige et Bigby. Ajoutons a cela un Blue Boy qui disparait afin de retrouver sa belle dans les terres de l’Adversaire ainsi qu’une série de crimes subies par les Fables, sans oublier, bien sur, un long flashback sur le passé de Bigby pendant la Seconde Guerre Mondiale et il apparait clairement que ce sixième tome est riche en contenu. Cependant, malgré ce constat, il apparait tout de même nettement en retrait vis-à-vis de celui des volumes précédents et comme en plus, je n’ai guère accroché aux deux épisodes sur le passé de Bigby et que les dessins de Tony Akins ne m’ont pas vraiment plu, j’ai été un poil moins emballer avec ce Cruelles saisons que je ne l’avais été auparavant, mais bon, que l’on ne s’y trompe pas, cela reste du tout bon malgré tout !


Points Positifs :
- La naissance des enfants de Blanche Neige et de Bigby sont bien entendu le point d’orgue de cet album : d’abord pour l’effet de surprise au vu de leur nombre, de leur apparence et de leurs pouvoirs, ensuite, au vu des conséquences que cela entraine puisqu’ils ne peuvent vivre au milieu des communs ce qui entraine le départ de Blanche pour la Ferme et sa séparation avec Bigby, vu que celui-ci est interdit de séjour là-bas…
- L’élection a enfin lieu et, comme prévu, le Prince Charmant les remporte haut la main, ce qui entraine bien des bouleversements au sein de la communauté de Fableville. Ainsi, la Belle et la Bête succèdent à Blanche Neige et Bigby, mais ils sont loin d’avoir les mêmes compétences…
- Un nouveau personnage fait son apparition : le père de Bigby. Blue Boy part pour les Royaumes afin de libéré le Chaperon Rouge, Charmant fait face a de nombreuses difficultés et une série de crimes est commis a Fableville et a la Ferme.
- Les planches de Mark Buckingham fourmillent de petits détails et leur mise en page, très recherchées, sont un régal pour les yeux.
- Encore une belle couverture.

Points Négatifs :
- On pouvait penser que le flashback qui nous dévoile un pan du passé de Bigby pendant la Seconde Guerre Mondiale marque les esprits, or, ce n’est pas vraiment le cas et si ces deux épisodes ne sont pas mauvais, ils coupent un peu le rythme d’un récit jusque là parfait – surtout que, a ce moment là, ce que l’on veut, nous lecteurs, c’est la naissance des enfants de Blanche Neige !
- Franchement pas fan du style de Tony Akins qui est aux crayons sur le flashback. Ceci explique peut-être cela…
- Si Mark Buckingham livre une prestation plutôt bonne et inventive, il apparait un peu en retrait, par moments, sur certaines cases. Dommage au vu de son talent…

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...