samedi 9 avril 2016

PIN UPS


PIN UPS

David Bowie

1 – Rosalyn (Duncan, Farley) 2:27
2 – Here Comes the Night (Berns) 3:09
3 – I Wish You Would (Arnold) 2:40
4 – See Emily Play (Barrett) 4:03
5 – Everything's Alright (Crouch, James, Karlson, Konrad, Stavely) 2:26
6 – I Can't Explain (Townshend) 2:07
7 – Friday on My Mind (Young, Vanda) 3:18
8 – Sorrow (Feldman, Goldstein, Gottehrer) 2:48
9 – Don't Bring Me Down (Dee) 2:01
10 – Shapes of Things (McCarty, Relf, Samwell-Smith) 2:47
11 – Anyway, Anyhow, Anywhere (Daltrey, Townshend) 3:04
12 – Where Have All the Good Times Gone (Davies) 2:35


Pin Ups
Musicien : David Bowie
Parution : 19 octobre 1973
Enregistré : juillet 1973
Durée : 33:42
Genre : Glam Rock
Producteur : David Bowie, Ken Scott
Label : RCA

Musiciens :
David Bowie : chant, guitare, saxophones ténor et alto, harmonica, arrangements, chœurs, Moog
Mick Ronson : guitare, piano, chant, arrangements
Trevor Bolder : basse
Aynsley Dunbar : batterie
Mike Garson : piano, orgue, clavecin, piano électrique
Ken Fordham : saxophone baryton
Warren Peace (G.A. MacCormack) : chœurs

Mon avis : Ne souhaitant pas tomber dans le piège de la réédite suite au succès monumental de The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars qui l’avait poser, un an auparavant, en maitre absolu de la scène Glam Rock britannique, David Bowie, artiste iconoclaste et avide de nouveautés, finit par tuer son alter-égo Ziggy, en plein concert, avant de laisser quasiment tous ses anciens compagnons sur le bord de la route et de passer a autre chose, outre-Atlantique. Mais avant ce suicide en plein concert, Bowie, tout juste âgé de 26 ans, décida de nous pondre un opus pour le moins singulier, ce Pin Ups, donc, uniquement composé de reprises de chansons de groupes dont il était fan du temps d’une jeunesse pas si lointaine pour lui. Forcément, la chose, alors, ne plu pas le monde à ses fans et, d’ailleurs, plus de quarante ans après, Pin Ups reste l’un des albums les plus décriés de Bowie : il faut dire, quelque part, à raison puisque, après tout, un album de reprises, cela sent toujours la solution de facilité, le manque d’inspiration, pour ne pas dire… le vide artistique ! D’ailleurs, d’un point de vu personnel, je n’aime pas (ou très rarement) les reprises, alors, vous pouvez imaginez mon désarroi face a cet album ?! Mais alors, Pin Ups est-il aussi faiblard et inintéressant qu’on pourrait le soupçonner, le craindre ? En fait, soyons francs, cet opus n’est absolument pas indispensable en tant que tel et il est bel et bien très moyen : les fans des chansons originales et des groupes qui les ont composées trouveront ces reprises inférieures, ce qu’elles sont, les autres, qui ne connaissent pas la plupart de ces titres des années 60 resteront de marbre la plupart du temps. Cependant, Bowie étant Bowie, tout cela n’est pas complètement inintéressant et, ma foi, après réécoute de la chose, force est de constater que, rien que pour sa version plutôt réussie du See Emily Play des Pink Floyd version Syd Barrett (dont Bowie était un grand fan), ses reprises de deux titres de Who, un des Yardbirds, Shapes of Things, sans oublier un Sorrow de The Merseys plutôt sympathique, le jeu en vaut presque la chandelle. Alors oui, Pin Ups n’est pas un grand album, il n’est pas indispensable dans la longue discographie du maitre, mais bon, si vous souhaitez entendre Bowie rendre hommage a ses idoles, ma foi, pourquoi pas ?


Points Positifs :
- Indéniablement, le See Emily Play des Pink Floyd version Barrett est le moment fort de cet album de reprises : une version étonnante mais franchement réussie.
- Quelques reprises sortent du lot comme Shapes of Things, Sorrow, celles des Who.
- La pochette de l’album est supérieure a son contenu, et, ma foi, celle-ci, où Bowie version Ziggy pose avec le mannequin Twiggy est plutôt pas mal.
- Si vous aimez les albums de reprises, alors, il se pourrait que vous trouviez votre compte dans ce Pin Ups et serez moins dur quand a son intérêt. 

Points Négatifs :
- Il n’y a rien de plus ennuyeux qu’un album de reprises, solution de facilité pour se faire de l’argent sans se prendre la tête. Alors oui, on peut dire que Bowie souhaitait rendre hommage à ses idoles, mais bon, je n’y vois là qu’un opus sans grand intérêt, artistiquement parlant.
- Si vous n’aimez pas les reprises ou très peu, alors, vous risquez de vous ennuyer ferme avec ce Pin Ups.
- Si, comme je l’ai dit, certains titres sortent du lot, ce n’est pas vraiment le cas de tous, loin de là.
- Et en plus, la seule qui m’intéressait véritablement, c’est-à-dire, Amsterdam de Jacques Brel n’est pas dans cet album…
- Faut tout de même posséder une connaissance certaine des sixties pour connaitre toutes ces chansons et tous ces groupes, et encore, quand c’est le cas, le fan préférera les originales.

Ma note : 5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...