vendredi 17 avril 2015

YOUNG AMERICANS


YOUNG AMERICANS

David Bowie

1 - Young Americans (Bowie) 5:10
2 - Win (Bowie) 4:44
3 - Fascination (Bowie, Luther Vandross) 5:43
4 - Right (Bowie) 4:13
5 - Somebody Up There Likes Me (Bowie) 6:30
6 - Across the Universe (John Lennon, Paul McCartney) 4:30
7 - Can You Hear Me? (Bowie) 5:04
8 - Fame (Bowie, Lennon, Carlos Alomar) 4:12


Young Americans
Musicien : David Bowie
Parution : 7 mars 1975
Enregistré : août 1974 – janvier 1975
Durée : 40:30
Genre : Soul, Rock
Producteur : David Bowie
Label : RCA

Musiciens :
David Bowie : chant, guitare, piano
Carlos Alomar : guitare
Mike Garson : piano
David Sanborn : Saxophone
Willie Weeks : basse sauf Across the Universe et Fame
Andy Newmark : batterie sauf Across the Universe et Fame
Larry Washington : congas
Pablo Rosario : percussions
Ava Cherry, Robin Clark, Luther Vandross : chœurs
John Lennon : chant, guitare
Earl Slick : guitare
Emir Kassan : basse
Dennis Davis : batterie
Ralph MacDonald : percussions
Jean Fineberg, Jean Millington : chœurs

Mon avis : Loin de la folie de Ziggy Stardust et après un album, Diamond Dogs, pour le moins particulier, notre sympathique David Bowie, de plus en plus accro a la cocaïne, offrit a son public un double album live sobrement intitulé David Live où il apparaissait plus fantomatique que jamais et, avide de nouvelles expériences, franchit l’Atlantique pour le nouveau monde, la cote-est américaine et un tout nouveau genre musicale, pour lui, la soul music. Le résultat, vous l’avez sous les yeux avec ce Young Americans qui, depuis sa sortie il y a de cela quatre décennies, aura divisé bien des fans du Mince Duc Blanc ; en effet, les détracteurs de cet opus n’y auront vu qu’un effet de mode passager, Bowie copiant sans vergogne un genre qui marchait fort a l’époque, cette fameuse soul qui déferlait en masse dans les boites de nuit et sur les ondes. Bien entendu, quelque part, ils n’ont pas tout a fait tort puisque, tout au long de sa carrière, la chanteur aux faux yeux vairons aura sans vergogne toucher a bien des genres, au gré de l’air du temps et de ses temps, sauf que… sauf que, là où beaucoup n’étaient et ne sont que de vulgaires copieurs, Bowie, lui, a toujours été un précurseur et, surtout, un habile touche a tout. Ainsi, Young Americans, n’en déplaise a certains, est un bon album, certes plutôt étonnant dans la discographie du maitre, non exempt de défauts (la face A est plus réussie que la face B, qui se traine un peu en longueur) mais qui annonce un pur chef d’œuvre : Station to Station, cela, avant que Bowie ne refranchisse l’Atlantique dans le sens inverse pour poser ses valises a Berlin. Premier album d’un chanteur blanc à avoir été un succès dans les charts noirs, Young Americans est un opus étonnant, d’un autre âge et où Bowie, grimé en chanteur de soul, fait preuve d’une maitrise épatantes… et quand on pense a toute la poudre blanche qu’il s’enfilait alors, il y a de quoi reconnaitre que le bougre avait – enfin, a, il est heureusement encore en vie – quelque chose que beaucoup non pas : le génie, tout simplement…


Points Positifs :
- Bowie se lance dans la soule : a première vue, la chose pourrait paraitre plus que casse-gueule mais force est de constater que le britannique s’en sort plus que bien et livre un album qui n’est certes pas le plus réussi de sa très longue carrière mais qui n’en reste pas moins plutôt bon.
- La face A est excellente et entre le titre éponyme qui lance l’album, Win, Fascination et l’excellent Somebody Up There Likes Me, on a droit a du très bon Bowie ; différent mais excellent.
- Le plaisir de voir David Bowie et John Lennon œuvrer ensemble sur deux titres.

Points Négatifs :
- Les derniers titres de l’album, ce n’est plus trop ça et, sincèrement, si je n’ai jamais été un grand fan de Fame (mais bon, la chanson passe encore), la reprise de Across the Universe des Beatles, je ne l’aime pas vraiment…
- Bien entendu, si l’on doit comparer cet album a d’autres productions de Bowie de la même époque, il n’y a pas photo : celui-ci apparait nettement en-dessous…
- Un opus qui peut paraitre déstabilisant pour certains fans au vu du choix musical de cet album.

Ma note : 7/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...