dimanche 12 avril 2015

BIRDMAN


BIRDMAN

À l’époque où il incarnait un célèbre super-héros, Riggan Thomson était mondialement connu. Mais de cette célébrité il ne reste plus grand-chose, et il tente aujourd’hui de monter une pièce de théâtre à Broadway dans l’espoir de renouer avec sa gloire perdue. Durant les quelques jours qui précèdent la première, il va devoir tout affronter : sa famille et ses proches, son passé, ses rêves et son ego… S’il s’en sort, le rideau a une chance de s’ouvrir...


Birdman
Réalisation : Alejandro González Iñárritu
Scénario : Alejandro González Iñárritu, Nicolás Giacobone, Alexander Dinelaris et Armando Bo, d'après la nouvelle Parlez-moi d'amour (What We Talk About When We Talk About Love, 1981) de Raymond Carver
Musique : Antonio Sanchez
Production : Fox Searchlight Pictures, New Regency et Worldview Entertainment
Genre : Comédie dramatique
Titre en vo : Birdman or (The Unexpected Virtue of Ignorance)
Pays d'origine : États-Unis
Langue d'origine : anglais
Date de sortie : 17 octobre 2014
Durée : 119 mn

Casting :
Michael Keaton : Riggan Thomson/Birdman
Zach Galifianakis : Jake, le producteur et l'ami de Riggan Thomson
Edward Norton : Mike Shiner
Andrea Riseborough : Laura, la petite amie de Riggan Thomson
Amy Ryan : Sylvia, l'ex femme de Riggan Thomson
Emma Stone : Sam Thomson, la fille de Riggan Thomson
Naomi Watts : Lesley
Merritt Wever : Annie
Jeremy Shamos : Ralph
Lindsay Duncan : Tabitha Dickinson

Mon avis : Je ne vais pas vous mentir, j’attendais énormément de ce Birdman, et ce, depuis que j’avais vu sa bande annonce il y a de cela quelques mois, mon opinion étant bien entendu conforter par les nombreuses récompenses que reçue ce long métrage d’un certain Alejandro González Iñárritu, réalisateur mexicain qui eut droit aux honneurs sur ce blog a de multiples reprises : Amours Chiennes, 21 Grammes et Babel étant des films qui m’avaient fortement marqués. Pourtant, d’entrée de jeu, il y eut confusion de ma part en regardant la bande annonce : j’étais persuader que Michael Keaton jouait le rôle d’un ancien super-héros sur le retour et qui se lançait dans le théâtre… ne souriez pas, je suis sérieux et, histoire de me disculper, n’ayant pas lu le synopsis du film, je me basais sur une bande annonce peu explicite. Du coup, en regardant Birdman, hier soir, je dois avouer que j’étais un peu perturbé au départ : Keaton semblait bel et bien posséder des pouvoirs mais ressemblait plus à un ancien acteur à succès qu’a un super-héros. Normal bien sur, mais bon, le temps que je sorte de mon idée première, une bonne moitié de l’intrigue s’était écoulée… Ce qui est dommage, bien sur, mais pas déterminant pour mon opinion finale quant a cette œuvre, qui, accessoirement, est loin d’être aussi élogieuse que l’on pourrait penser, car bon, comment dire… oui, incontestablement, Birdman est un bon film, sur ce point, il n’y a pas grand-chose a discuter et rien que pour les diverses thématiques abordées – un acteur has-ben en quête de reconnaissance artistique, l’opposition cinéma/théâtre, le mépris des critiques pour le septième art, l’importance des réseaux sociaux, voir, tout simplement, le simple désir d’être aimer – des acteurs plutôt inspirés et, forcément, techniquement, cette pure merveille qu’est ce long plan-séquence qui dure tout au long du film, force est de constater que le sieur Alejandro González Iñárritu ne s’est pas moquer du monde. Cependant, car, comme vous l’avez compris, il y a un « mais », après visionnage de la chose, je ne peux nier que j’ai ressentir une certaine déception : oui, Birdman est un bon film mais sans plus. Certains dialogues sont réussis, les plans, l’image, les acteurs, la thématique… mais, on se demande par moments où tout cela va nous mener, où le réalisateur veut en venir et, assez rapidement, je dois même reconnaitre que je n’attendais qu’une chose… la fin, c’est pour dire. Dommage, oui, dommage car j’attendais énormément de ce Birdman et que, finalement, dans l’ensemble, cela reste un bon film, mais, comme je l’ai dit, sans plus, d’où, forcément, une certaine déception…


Points Positifs :
- Bien entendu, ce qui saute principalement aux yeux, c’est ce long plan-séquence franchement réussi et qui dure tout au long du film ; au départ, on ne fait pas gaffe puis, au bout d’un moment, on se dit qu’il va prendre fin et puis non, on suit la caméra du début à la fin et c’est un beau petit tour de force !
- L’histoire est pas mal, bien entendu, et se suit avec plaisir, de plus, les nombreuses thématiques abordées sont non seulement judicieuses mais apportent un plus indéniable a l’intrigue.
- Les acteurs, bien entendu, avec, en tête d’affiche, un Michael Keaton excellent dans son rôle de vieux has-ben sur le retour, mais Edward Norton, lui, vaut également le détour.

Points Négatifs :
- J’avais entendu tellement de bien de Birdman, ce film avait reçu tant de récompenses que, du coup, je m’attendais à quelque chose de beaucoup mieux. Du coup, je m’étais fait tout un film de cette œuvre et, au final, j’ai été quelque peu déçu…
- Il est vrai que si l’ensemble se regarde avec plaisir, par moments, on se demande où l’auteur veut en venir avec tout cela ?!
- Mouais, vers la fin, ça part un peu en cacahouète tout cela et cet espèce de happy-end gâche un peu le tout.

Ma note : 7/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...