lundi 20 octobre 2014

DARK SHADOWS


DARK SHADOWS

En 1752, Joshua et Naomi Collins quittent Liverpool, en Angleterre, pour prendre la mer avec leur jeune fils Barnabas, et commencer une nouvelle vie en Amérique. Mais même un océan ne parvient pas à les éloigner de la terrible malédiction qui s’est abattue sur leur famille. Vingt années passent et Barnabas a le monde à ses pieds, ou du moins la ville de Collinsport, dans le Maine. Riche et puissant, c’est un séducteur invétéré… jusqu’à ce qu’il commette la grave erreur de briser le cœur d’Angélique Bouchard. C’est une sorcière, dans tous les sens du terme, qui lui jette un sort bien plus maléfique que la mort : celui d’être transformé en vampire et enterré vivant. Deux siècles plus tard, Barnabas est libéré de sa tombe par inadvertance et débarque en 1972 dans un monde totalement transformé…


Dark Shadows
Réalisation : Tim Burton
Scénario : Seth Grahame-Smith
Musique : Danny Elfman
Production : Warner Bros
Genre : Comédie horrifique, Fantastique
Titre en vo : Dark Shadows
Pays d’origine : États-Unis
Parution : 9 mai 2012
Langue d'origine : anglais
Durée : 108 min

Casting :
Johnny Depp : Barnabas Collins, un vampire de 1776, se réveille en 1972
Michelle Pfeiffer : Elizabeth Collins Stoddard, la matriarche de la famille Collins
Helena Bonham Carter : Dr Julia Hoffman, une psychiatre alcoolique employée à temps plein chez les Collins
Eva Green : Angelique Bouchard, une servante et sorcière vengeresse contre la famille Collins, devenue femme d’affaires
Jackie Earle Haley : Willie Loomis, l'homme à tout faire de Collinwood
Jonny Lee Miller : Roger Collins, le frère « bon à rien » d'Elizabeth et père de David
Chloë Moretz : Carolyn Stoddard, fille d'Elizabeth; rebelle et amatrice de Rock and Roll âgée de 15 ans
Bella Heathcote : Victoria Winters/Maggie Evans/Josette du Pres. La nouvelle gouvernante de David
Gully McGrath : David Collins, le fils précoce de Roger âgé de 10 ans
Alice Cooper : Lui-même
Ray Shirley : Mme Johnson, la vieille femme de ménage de Collinwood
Christopher Lee : Silas Clarney, le « roi des pêcheurs », aussi surnommé « le parrain de la Grande Bleue »
Ivan Kaye : Joshua Collins, le père de Barnabas
Susanna Capellaro : Naomi Collins, la mère de Barnabas
Justin Tracy : Barnabas Collins enfant
Alexia Osborne : Victoria Winters/Maggie Evans enfant

Mon avis : Je pense ne pas me tromper en affirmant que dans l’avenir, les amateurs de septième art reconnaitront sans le moindre problème que le duo cinématographique le plus marquant du tournant du vingt-et-unième siècle était celui composé des géniaux Tim Burton et Johnny Depp, car bon, comment dire, entre le nombre de longs métrages réalisés par l’un et où jouait l’autre et, reconnaissons-le, dont une bonne partie furent pour le moins excellents voir exceptionnels, il est clair que d’ores et déjà, à leur façon, ces deux-là ont depuis longtemps marquer de leur empreinte l’histoire du cinéma. Cependant, et même si je suis un grand fan depuis deux décennies du duo Burton/Depp, la grande qualité de leurs œuvres en commun ne signifie en aucune façon que, par moments, il y ait eu quelques loupées, et justement, il me semble plus que flagrant que ce Dark Shadows en est l’exemple type… Inspiré d’une vieille série nord-américaine totalement inconnue sous nos vertes contrées et servie par un casting d’enfer – sur ce point, il n’y a rien à redire – ce long métrage qui promettait énormément sur le papier, ne serais ce que pour le plaisir de retrouver Johnny Depp et Tim Burton ensemble, s’avère assez rapidement en-deçà de nos espérances : ainsi, malgré des premières minutes du film où la pâte burtonienne fonctionne à merveille, la suite s’avère franchement décevante, non pas que l’idée de voir un vampire débarqué, complètement déboussolé, en 1972, soit une mauvaise idée en soit, loin de là, mais surtout parce que, curieusement, la plupart des scènes ne fonctionnent pas… Ainsi, en oscille entre des gags convenus et sans surprises, des scènes plus violentes voir ridicules (la scène de sexe entre Johnny Depp et Eva Green) tandis que certaines sous intrigues sont oubliées en court de route et qu’une bonne partie des protagonistes sont sous-exploités. Pourtant, quand on regarde le casting et le synopsis de base, on pouvait se dire que ce Dark Shadows avait de quoi accoucher d’un fort bon film, or, il n’en est rien et malgré une esthétique pour le moins réussie, on finit pas s’ennuyer, petit à petit, jusqu’à arriver à la dernière scène, moment où l’on se dit : tout ça pour ça !? Oui, toutes les meilleures attentions du monde ne suffisent pas, loin de là et entre un Johnny Depp que l’on a connu plus fringuant et un Tim Burton qui se contente du strict minimum, la déception ne peut qu’être au rendez-vous… ce qui est dommage, après tout, le potentiel était là et il y avait vraiment de quoi faire mieux, mais bon, il faut croire que même les génies ont le droit de se louper parfois !?


Points Positifs :
- Inspiré d’une ancienne série américaine inconnue sous nos vertes contrées, Dark Shadows possède un synopsis de départ qui n’est pas déplaisant.
- Un casting franchement excellent et des acteurs, souvent pour la plupart, plutôt inspirés.
- Le début du film est du Tim Burton comme on l’aime.
- Décors, costumes, personnages charismatiques, sur ce point, il n’y a pas grand-chose à redire.
- Il n’est pas vraiment sympa Barnabas Collins, loin de là… en tous cas, ça nous change des héros trop lisses et sans saveur.

Points Négatifs :
- A aucun moment, le film n’a l’air de décollé, et d’ailleurs, pire que tout, au fil des minutes, on sent poindre un certain ennui avant la déception finale…
- Au vu du potentiel de départ, on était en droit d’en attendre davantage, surtout au vu du casting et quand on pense à tout ce que le duo Burton/Depp a fait auparavant.
- Mine de rien, Johnny Depp a déjà été plus fringuant en d’autres occasions ; il semble même fantomatique par moments, ce qui est un comble pour un vampire !
- Scénario qui part dans tous les sens, sous-intrigues oubliées en court de route… euh, une petite demi-heure supplémentaire n’aurait pas été inutile.
- Entre des gags qui ne fonctionnent pas et certaines scènes ridicules (comme la scène de sexe entre Johnny Depp et Eva Green), on a de quoi être déçus…

Ma note : 5,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...