mardi 4 février 2014

CASTLEVANIA – LORDS OF SHADOW


CASTLEVANIA – LORDS OF SHADOW

Gabriel Belmont, un membre de la Confrérie de la lumière, perd sa femme, assassinée par des adorateurs de l'ombre. Les anciens de la confrérie, guidés par un songe, l'envoient alors voir un ancien dieu, Pan, pour contacter l'esprit de son épouse décédée, qui selon eux aurait un message à faire porter à son époux, un moyen de mettre fin à l'ère de Ténèbres que traverse aujourd'hui le monde. Il part ensuite à la recherche d'un mystérieux artefact, un masque doté de pouvoirs immenses dont celui de ramener sa femme défunte : le masque de lumière. Malheureusement, ce masque est brisé en trois morceaux qui ont été confiés aux Seigneurs des Ombres. Il devra faire équipe avec un autre chasseur de démons nommé Zobek qui lui aussi fait partie de la confrérie de la lumière.


Castlevania – Lords of Shadow
Éditeur : Konami
Développeur : MercurySteam
Concepteur : Enric Álvarez, David Cox, Hideo Kojima
Date de sortie : 7 octobre 2010
Pays d’origine : Japon
Genre : Action-aventure
Mode de jeu : Solo
Média : Blu-ray
Contrôle : Manette
Plate-forme : PS3

Mon avis : Aussi incroyable que cela puisse paraitre, au cours de toutes ces années à me taper un nombre plus que conséquent de jeux vidéo – et encore, je me suis calmer car du temps de la première Playstation, c’était tout bonnement la folie – je n’eus l’occasion de jouer qu’a un seul opus de l’une de Castlevania, tout simplement l’une des sagas les plus anciennes mais aussi les plus célèbres qui soit : l’inoubliable Symphony of the Night, sur PSOne – mais il faut dire que, quand on a eu la chance d’avoir en main un certain Alucard, tout le reste parait bien fade… Et donc, il aura fallu attendre ce début d’année pour que, finalement, je ne répare cette bizarrerie vidéoludique avec un soft qui fit parler pas mal à son sujet lorsqu’il sortit, il y a de cela un peu plus de trois ans : ce fameux Lords of Shadow, qui était, ni plus ni moins, qu’un reboot de la série – chose à la mode depuis quelques années. N’étant pas un inconditionnel pur et dur de la saga, le reboot en tant que tel ne me gênas pas le moins du monde et j’étais davantage intéresser par les divers changements du soft : ainsi, dans ce Lords of Shadows, ce qui frappe de prime abord, ce sont les multiples influences, le gameplay lorgnant allègrement du coté de jeux comme God of War, Devil May Cry ou Shadow of the Colossus, tel un patchwork, ma fois, plutôt réussi, de tout ce qui avait fait la réussite de ces softs – avec l’impression, du coup, qu’entre inspiration et copie, la frontière est plus que mince. Ainsi, tout au long de la bonne quinzaine d’heures, grosso modo, dont on a besoin pour venir à bout des aventures de Gabriel Belmont dans sa quête de vengeance, il faut reconnaitre que Lords of Shadows regorge de combats spectaculaires, que les décors sont souvent magnifiques, et qui plus est, variés, et que, entre quelques protagonistes pour le moins réussis – Gabriel bien sûr mais aussi Claudia, Zobek, le Dieu Pan ou la Reine Vampire, pour ne citer que les plus évidents – et une bande son pour le moins entrainante, force est de constater que, sans atteindre les sommets d’un Symphony of the Night en son temps, car tout n’est pas parfait, loin de là, cette mouture moderne de Castlevania s’en sort avec les honneurs et semble relancer de la plus belle des manières une franchise qui semblait baisser en qualité depuis quelques années, et comme un second volet sort très bientôt, comment, du coup, ne pas se réjouir ?!


Points Positifs :
- Une aventure plutôt captivante et dont le scénario ne se dévoile dans son ampleur qu’au fil des niveaux ; alors certes, tout cela reste plutôt convenu – une simple histoire de vengeance, des méchants démoniaques, tout le bestiaire habituel de la saga – mais on s’accroche tout de même à l’intrigue et a ce ténébreux Gabriel.
- Les diverses inspirations offrent leurs lots de nouveautés dans la saga et sont plaisantes, les meilleures, selon moi, étant les fameux Titans qui n’auraient pas dénotés dans Shadow of the Colossus et qui nous offrent des affrontements dantesques.
- L’ouverture de la série a de nouveaux folklores et mythes jusqu’ici non abordés comme Pan, Baba Yaga etc.
- Quelques protagonistes sont diablement charismatiques : Gabriel, bien sûr, mais aussi Zobek, Claudia et son chevalier servant, la Reine des Vampires…
- Les niveaux sont variés et souvent magnifiques.
- Une bande son plutôt bonne dans l’ensemble.
- La dernière scène, après le générique de fin, surprenante quant au devenir de Gabriel.

Points Négatifs :
- Quel dommage que l’on ne puisse vaincre les boss que d’une seule manière ; si cela se conçoit pour certains, pour d’autres (je pense au premier Troll par exemple), c’est un peu exagéré.
- Le système avec les deux cercles où l’on doit taper au bon moment est chiant au possible et m’aura donné des sueurs froides au début du jeu.
- Devoir se retaper les anciens niveaux afin de glaner tous les bonus cachés du jeu, ce n’est pas vraiment ma tasse de thé surtout que, du coup, il faut tout refaire comme si on y allait pour la première fois.
- Malheureusement, si les niveaux sont la plupart du temps magnifiques, le chemin est imposé et ce manque de liberté est regrettable.
- L’inspiration, c’est bien, mais par moments, on a vraiment l’impression que l’on se trouve dans d’autres softs auxquels on a déjà joué…

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...