vendredi 17 novembre 2017

MONSTRESS – LA QUÊTE


MONSTRESS – LA QUÊTE

Maika Demi-Loup souhaite en apprendre plus sur sa mère, Moriko. Les mystères entourant cette dernière sont tellement nombreux. La jeune femme se rend donc à Thyria, la cité de l'Impératrice des vagues. Depuis son dernier combat contre les sorcières, le monstre qui hantait le bras de Maika a semble t-il disparu. Avec l'aide de Kippa, elle met la main sur une sorte de clé, cachée dans un mur d'une chambre qu'occupait autrefois Moriko. L'enquête de Maika progresse lorsqu'elle apprend par une vendeuse de rue que sa cible aurait prise la mer. Elle se rend au port, accompagnée de Kippa qui la suit partout. Toutes les deux sont rejointes par Maître Ren avant d'être interpellés et conduites par plusieurs individus auprès de Seizi. Celui-ci a bien connu Maika lorsqu'elle n'était encore qu'une enfant. Après quelques échanges, elle lui montre la clé. Seizi connaît sa provenance, elle vient de l'île des os, un lieu où Moriko se serait rendue. Cet atoll semble maudit et pour y revenir, il faut faire preuve de courage...


Monstress – La Quête
Scénario : Marjorie Liu
Dessins : Sana Takeda
Encrage : Sana Takeda
Couleurs : Sana Takeda
Couverture : Sana Takeda
Genre : Heroic-Fantasy
Editeur : Image Comics
Titre en vo : Monstress – The Blood
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 11 juillet 2017
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Delcourt
Date de parution : 18 octobre 2017
Nombre de pages : 160

Liste des épisodes
Monstress 7-12

Mon avis : Mariage pour le moins réussie entre les comics et le manga, Monstress, dont le premier volume était paru en ce début d’année sous nos latitudes, avait, indéniablement, sut toucher un certain public amoureux de ces deux genres de bande dessinées et qui avait put trouver dans les débuts de cette œuvre du duo Marjorie Liu et de Sana Takeda un savant mélange entre une narration a l’occidentale et des dessins fortement marqués nippons – pour le style, bien entendu, mais également de par l’ambiance qui se dégageait de cette œuvre, tant costumes, décors et créatures ne dépareilleraient nullement dans un manga. Bref, pour une première, il était indéniable que Monstress était plutôt réussi et si, bien évidement, tout n’était pas parfait – quelques stéréotypes issus du manga un peu trop marqués, une narration un peu obscure par moments – il était clair que j’attendais avec une certaine impatience la suite des aventures de la jeune et fort inquiétante Maika Demi-Loup. Et les choses commençaient fort bien avec ce second album de Monstress puisque, une fois de plus, nous avions droit a une couverture tout simplement magnifique – sur ce point, il n’y a vraiment rien a redire – quand au contenu, eh bien, disons que, en quelques pages a peine, on se plongeait a nouveau dans le bain, et ce, avec grand plaisir. L’intrigue avance en mettant de coté tout un tas de protagonistes qui avaient briller dans le premier album et si l’on pouvait être dubitatifs quand a cela, au final, ce n’est pas très gênant vu que, premièrement, on se doute bien que tout ce petit monde refera son apparition tôt ou tard mais surtout, que les nouvelles têtes et le gros de l’intrigue de ce second tome, c’est-à-dire, l’exploration d’une île pour le moins mystérieuse par notre trio de héros – Maika, la jeune renarde et le chat, s’avèrent être assez réussis. Au fil des pages, Marjorie Liu distille de nouvelles informations sur le passé de son héroïne et de sa mère et si pas mal de points obscurs subsistent, il apparait clairement que ces révélations sont assez bienvenues dans l’ensemble. La lecture, une fois de plus, est plaisante et si ce n’était un final un peu compliqué sur les bords a saisir, on aurait été proche de la perfection surtout que, pour ce qui est des dessins, si le style de Sana Takeda ne vous rebute pas, il se peut fortement que certaines planches vous émerveilles ! Bref, vous l’avez compris, ce second volume de Monstress se place dans la lignée de son prédécesseur et même si, selon moi, il me semble un peu inférieur, cela est davantage dut au fait que l’effet de surprise des débuts est passé et que, moins spectaculaire dans l’ensemble – intrigue, personnages – il souffre de la comparaison. Mais bon, ne nous leurrons pas : cela reste assez bon dans l’ensemble et l’envie de découvrir la suite est toujours forte, ce qui, ma foi, est le plus important !


Points Positifs :
- Le plaisir de découvrir un univers et des personnages qui nous avaient fortement marqués ainsi qu’une intrigue qui n’est certes pas la plus exceptionnelle qui soit mais qui n’en reste pas moins suffisamment plaisante pour captiver l’intérêt du lecteur.
- Ici, l’aventure prend des airs d’explorations maritimes et de détours sur une île pour le moins mystérieuse et si cela peut surprendre de prime abord, au vu des nombreux événements qui ont lieux dans ce second volume ainsi que les révélations qui tombent, force est de constater que l’intrigue est toujours aussi captivante.
- Toujours ce fort agréable mélange des genres entre comics et mangas avec cette narration occidentale et cette ambiance qui sent non un Extrême-Orient fantastique.
- Les dessins de Sana Takeda, toujours au top… pour peu, bien entendu, que vous ne soyez pas allergiques aux mangas. Quant à la colorisation, elle est excellente !
- Une fort belle couverture, il n’y a rien à redire là-dessus…

Points Négatifs :
- Le principal soucis que j’avais déjà noté dans le premier volume est toujours présent, quoi qu’un peu moins tout de même, c’est-à-dire, que le style manga de Sana Takeda fait que celle-ci est capable de nous livrer des planches tout bonnement exceptionnelles et d’autres qui le sont nettement moins, surtout pour ce qui est décors, parfois vides, et des visages. Mais bon, ce sont surtout les allergiques aux mangas qui remarqueront le plus ces détails.
- L’absence de nombreux protagonistes qui avaient marqué le premier volume, surtout que les nouvelles têtes sont loin d’être aussi charismatiques, loin de là.

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...