mardi 7 novembre 2017

FABLES – LA GUERRE DES NERFS


FABLES – LA GUERRE DES NERFS

Aujourd'hui est un jour spécial pour Boy Blue et les autres habitants de la Ferme. Gobe-Mouche, alias le Prince Ambrose, propose à tous ceux qui le veulent de le rejoindre à Haven, un Royaume situé dans les territoires et qu'il a repris à l'Adversaire. De son côté, Boy Blue se prend enfin en main et compte annoncer à Rose Rouge l'attirance qu'il a pour elle. Encouragé par Fétide le putois, il part à la douche et une fois lavé et apprêté, Boy Blue tient un discours aux Fables animaux de la Ferme. L'Adversaire se prépare à une guerre et s'ils veulent se rendre à Haven, ils ne pourront plus jamais retourner ici. Une fois son discours terminé, le jeune homme se confie à Rose Rouge. La sœur de Blanche Neige ne sait plus vraiment où se mettre car à l'arrivée de Boy Blue, elle aussi était tombée amoureuse. Mais les jours passant, cela s'est transformé en amitié. C'est le cœur en berne que Boy Blue se rend chez Bigby pour participer au conseil de guerre. Il est enfin temps que les Fables ne soient plus agressés et qu'ils prennent l'initiative...


Fables – La Guerre des Nerfs
Scénario : Bill Willingham
Dessins : Mark Buckingham, Niko Henrichon
Encrage : Steve Leialoha, Andrew Pepoy, Mark Buckingham
Couleurs : Lee Loughridge
Couverture : James Jean
Genre : Aventure, Conte, Féerie
Editeur : Vertigo Comics
Titre en vo : Fables – Vol 12
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 10 novembre 2008
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Urban Comics
Date de parution : 07 décembre 2013
Nombre de pages : 192

Liste des épisodes
Fables 70-75

Mon avis : Un volume oh combien important que ce douzième tome de Fables puisque, a la surprise générale, a l’issue de celui-ci, l’affrontement séculaire face a l’Adversaire prend fin, et ce, avec la victoire de nos héros, victoire, au demeurant, assez simple lorsqu’on y pense. Une surprise, donc, puisque, ne m’étant lancé dans ce excellent comics du sieur Bill Willingham que depuis quelques mois et que, surtout, cette œuvre étant finit, je savais par avance que ce douzième album est loin d’être le dernier et que la série se poursuit encore longtemps, du coup, je ne m’attendais franchement pas a ce que l’Adversaire et ses troupes mordent la poussière aussi rapidement, même si, il faut le reconnaitre, au vu des derniers tomes, ils apparaissaient de plus en plus affaiblis. Quoi qu’il en soit, malgré cette victoire, on se doute bien que les auteurs possèdent encore plus d’un tour dans leur sac et qu’ils risquent fort de nous surprendre par la suite, mais procédons dans l’ordre et revenons donc sur ce douzième volume de Fables pour répondre a la question que tout le monde se pose : celui-ci fut-il a la hauteur ? Eh ben ma foi, pas autant que je l’aurais souhaité… Mais que l’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit : en effet, cette conclusion a ce très long affrontement entre les Fables et les troupes de l’Adversaire reste, dans l’ensemble, plutôt bonne, le problème, quelque part, est ailleurs, disons juste que c’est davantage le choix du sieur Willingham qui préfère une mise en scène davantage stratégique que spectaculaire, qui surprend un peu. Car bon, comment dire, on aurait peut-être préférer des affrontements épiques et hauts en couleurs, des duels entre les principaux protagonistes, or, il n’en est rien et si, après réflexion, le choix scénaristique n’est pas mauvais, au contraire, il en ressort tout de même comme une petite impression de manque. Ajoutons a cela le fait que, malgré tous ces affrontements, il n’y ait qu’un seul personnage majeur qui perd la vie – et encore, on peut se poser des questions là-dessus – et vous comprendrez la relative déception a l’issu de la lecture de ce douzième tome de Fables. Enfin bon, comme je l’ai dit, relative, et puis, au vu du sort fait a Gepetto, j’ai vraiment hâte de découvrir la suite, car tout cela est loin d’être finit !


Points Positifs :
- Une conclusion originale et qui surprend son monde. Il faut dire qu’en privilégiant le coté stratégique au lieu du coté spectaculaire, Bill Willingham ose caser les codes et bouleverse les habitudes et les certitudes de ses lecteurs. Après, on aime ou pas, mais au moins, on peut lui reconnaitre qu’il n’a pas peur de prendre des risques.
- Pour ce qui est des dessins, il n’y a rien a redire et si Mark Buckingham nous livre une prestation conforme a ce qu’il nous a habituer depuis longtemps, c’est-à-dire, fort bonne, on notera la belle performance de Niko Henrichon en ouverture de cet album.
- Une lecture toujours aussi captivante et quelques rebondissement plutôt bienvenus, avec, en point d’orgue, ce 75em épisode qui en surprendra plus d’un au vu de son final – et qui laisse tout un tas de pistes intéressantes pour la suite…
- Plutôt sympas les deux épisodes centrés sur Cendrillon.
- Une couverture fort réussie !

Points Négatifs :
- Cette fin de cycle est tellement déstabilisante qu’elle risque de déplaire a certains, il faut dire que si l’on apprécie l’idée de la mise en avant du coté stratégique lors de cet affrontement, on aurait apprécié davantage de scènes d’actions.
- Il est tout de même fort surprenant qu’il n’y ait qu’un seul personnage majeur, du coté des Fables, qui perde la vie dans cet ultime affrontement face aux troupes de l’Adversaire ?! Sincèrement, je pense qu’avec un ou deux morts de plus, tout cela aurait gagné en intensité dramatique – d’ailleurs, sur ce point, je ne donnais pas cher de Bigby.
- Euh, la marionnette géante de l’Adversaire, elle ne se fait pas battre un peu trop facilement ?

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...