vendredi 22 août 2014

PRIMEVAL – SAISON V


PRIMEVAL – SAISON V

Des créatures préhistoriques apparaissent aux quatre coins de l'Angleterre. Entre plusieurs époques des portes temporelles s’ouvrent d’un coup, sans explication. Bon nombre d'animaux disparus depuis plusieurs millions d'années réapparaissent et sèment le trouble dans la ville. Philip Burton travaille avec Connor sur son mystérieux projet, ce qui ne fait que réveiller la curiosité et la méfiance de Matt et Abby. Pendant ce temps, les anomalies deviennent de plus en plus fréquentes, au point de décourager l'équipe. Philip aboutit à son projet révolutionnaire pour le bien de l'humanité mais cela se transforme en catastrophe menaçant le monde entier.


Primeval – Saison 5
Réalisation : Cillia Ware, Jamie Payne, Mark Everest, Andrew Gunn, Nick Murphy, Richard Curson Smith, Tony Miichell, Matthew Thompson et Robert Quinn
Scénario : Tim Haines, Adrian Hodges, Paul Mousley, Steve Bailie, Bev Doyle, Richard Kurti, Cameron McAllister et Paul Farrell
Musique : Dominik Scherrer et Stephen McKeon
Production : ITV Productions, Impossible Pictures, Pro 7, Treasure Entertainment, M6 Films
Genre : Fantastique, science-fiction, action
Titre en vo : Primeval 5
Pays d’origine : Royaume-Uni
Chaîne d’origine : ITV1
Diffusion d’origine : 24 mai 2011 – 28 juin 2011
Langue d'origine : anglais
Nombre d’épisodes : 6 x 45 minutes

Casting :
Ciaran McMenamin : Matthew « Matt » Anderson
Andrew Lee Potts : Connor Temple
Hannah Spearritt : Abby Maitland
Ben Mansfield : Capitaine Becker
Ruth Kearney : Jessica « Jess » Parker
Ben Miller : James Lester
Alexander Siddig : Sir Philip Burton
Ruth Bradley : Lady Emily Merchant
Janice Byrne : April Leonard

Mon avis : Il me semble pour le moins évidant que Primeval ne devrait pas etre la meilleure série de cette année 2014 (en disant cela, je parle pour moi vu que je l’ai découverte il y a quelques mois) mais qu’elle restera comme la plus marquante, cela, j’en suis intimement convaincu, car bon, comment dire, entre mars dernier, où je mettais lancer dans le visionnage de la première saison de Primeval, et août, pour ce qui fut de la cinquième et ultime saison de la série, comment ne pas reconnaitre que ces derniers mois, j’en aurai bouffer du dinosaure, des anomalies et des intrigues parfois abracadabrantesques mais souvent sympathiques !? Car Primeval (ou Nick Cutter et les Portes du Temps puis Les Portes du Temps lorsque le personnage principal est mort, en français), c’était un peu cela, mais aussi, des personnages hautement sympathiques, une certaine dose d’humour, des drames car il y eut des morts et tout un tas d’incohérences qui auraient été impardonnables ailleurs mais qu’ici, on acceptait ou excusait avec une certaine bienveillance… il faut dire que rien que pour voir tous ces dinosaures et ces autres créatures préhistoriques se balader du coté de Londres, rien que pour l’humour pince sans rire de Lester et, après tout, reconnaissons-le, rien que pour passer un bon moment sans grosses prises de têtes, Primeval était parfait. Parfait mais pas exempt de défauts, hélas, et justement, cette cinquième et dernière saison ne dérogea pas à la règle : déjà, six petits et misérables épisodes, c’est peu, bien trop peu et à ce compte-là, il aurait mieux valu que tout cela soit inclus dans la quatrième saison tant les deux étaient liées… et pauvres en épisodes. Ensuite, vu comment le casting a évolué au fil des ans, comment ne pas regretter quelques anciens, regretter une certaine insouciance des débuts alors que dans cette dernière saison, on ne nous parle que de fin du monde. Alors, je me dis que malgré une fin plus ou moins ouverte qui laissait présager une suite qui ne vint jamais, il était peut-être grand temps que Primeval s’achève, évitant ainsi la saison de trop : ce fut sympa et drôle jusqu’au bout et puis, rien que pour les dinosaures et l’idée d’ensemble, oui, ce fut, du moins à mes yeux, une belle expérience qui, quelque part, va me manquer désormais…


Points Positifs :
- Bien évidement, une fois de plus, les effets spéciaux sont de fort bonne qualité et c’est toujours un plaisir que de retrouver tous ces dinosaures et autres créatures préhistoriques déambuler au beau milieu de Londres.
- Un casting qui a pas mal changé en cinq saisons mais auquel on reste attaché, que ce soit pour les plus anciens que les nouveaux que l’on a découvert dans la saison précédente.
- Une certaine dose d’humour même si ce dernier est un peu moins présent dans cette dernière saison, plus sérieuse ; mais bon, tant qu’il y a Lester…
- Les deux derniers épisodes qui clôturent en beauté la série.

Points Négatifs :
- Il aura fallu attendre l’avant dernier épisode de la cinquième saison de la série pour qu’enfin, le grand public, par la force des choses, découvre véritablement les anomalies ! Ce fut la grosse, la très grosse incohérence de Primeval tout au long de la série car bon, comment dire, si dans le passé, on aurait pu estimer qu’un gouvernement aurait pu dissimuler de telles apparitions d’animaux préhistoriques (et encore), de nos jours, avec les téléphones portables et internet, qui peut bien croire que le grand public ne se soit aperçu de rien !?
- Six misérables petits épisodes, c’est peu, trop peu même, surtout que, du coup, les scénaristes ne peuvent pas développer l’intrigue et on se tape la saison au pas de charge.
- Une fin ouverte, qui laisse entrevoir que ce n’est pas fini… or, c’est bel et bien la fin pour Primeval (si je mets de côté la version canadienne), du coup, je trouve la dernière minute franchement hors de propos : autant clore les anomalies une bonne fois pour toute ou laisser planer le mystère plutôt que de… enfin, ceux qui ont vu la série savent de quoi je parle.
- Euh, il s’en sort comment Matt à la fin parce que bon, franchement, ce n’est pas crédible pour un sou !
- Bon, il était tout de même un peu de temps que ça s’achève finalement, non ? C’était sympa, j’ai bien aimé mais au bout d’un moment, ca commençait à tourner en rond.

Ma note : 6,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...