samedi 16 août 2014

HEAD ON


HEAD ON

Cahit sait ce que signifie « commencer une nouvelle vie ». Drogue et alcool endorment son mal de vivre. La jeune et jolie Sibel est, comme Cahit, turco-allemande et aime trop la vie pour une musulmane convenable. Afin de fuir la prison d'une famille dévote et conservatrice, elle feint une tentative de suicide. Mais c'est la honte, et non la liberté, qui l'attend. Seul le mariage peut la sauver. Elle supplie alors Cahit, à peine croisé à l'hôpital, de l'épouser. Il refuse, puis accepte, à contrecœur. Pour la sauver, peut-être... Pour faire quelque chose de bien dans sa vie. La vie conjugale se limite au partage d'un appartement, guère plus. Tandis qu'elle savoure sa nouvelle liberté, il voit occasionnellement une ex-petite amie et continue à s'oublier dans l'alcool. Jusqu'à ce que l'amour s'impose à lui comme une évidente voie d'issue...


Head On
Réalisation : Fatih Akın
Scénario : Fatih Akın
Musique : Alexander Hacke, Maceo Parker
Production : Arte, Bavaria Film International, Corazón International, Norddeutscher Rundfunk (NDR), Panfilm, Wüste Filmproduktion
Genre : Drame, Romance
Titre en vo : Gegen die Wand
Pays d’origine : Allemagne, Turquie
Parution : 12 février 2004
Langue d'origine : allemand, turc et anglais
Durée : 120 min

Casting :
Birol Ünel : Cahit Tomruk
Sibel Kekilli : Sibel Güner
Catrin Striebeck : Maren
Meltem Cumbul : Selma, la cousine
Demir Gökgöl : Yunus Güner (le père)
Cem Akın : Yılmaz Güner (le frère)
Aysel Iscan : Birsen Güner (la mère)
Stefan Gebelhoff : Nico
Hermann Lause : Dr. Schiller

Mon avis : Il m’aura fallu quelques mois pour qu’enfin, j’ai l’occasion de regarder ce Head On, mais bon, si l’attente fut pour le moins longue, au moins, le jeu en valait-il la chandelle car bon, comment dire, s’il faut bien reconnaitre qu’en comparaison avec un film comme L’étrangère avec lequel il a quelques points communs – film germano-turque traitant de la communauté turque chez nos voisins d’outre-Rhin – et où jouait déjà une certaine Sibel Kekilli, Head On est inférieur, c’est surtout car le premier est vraiment exceptionnel d’intensité et ne joue pas dans la même catégorie. Car en dehors de cette comparaison qu’on est presque obliger – par facilité – de faire, comment ne pas admettre que ce Head On est lui aussi un bon film ? Car en mêlant les destinées d’un véritable paumé, ex-punk alcoolique, junkie et à moitié clochard a celles d’une jeune turque prête a tout pour quitter sa famille conservatrice, nous avons certes une fois de plus, un long métrage qui nous narre les difficultés qui frappent bien des familles musulmanes en Allemagne et dans un sens plus large en occident mais là où L’étrangère en restait là, Head On est avant toute chose une histoire d’amour. Oui, ces deux êtres que tout oppose a priori et qui font un mariage d’arrangement vont forcément finir par s’emmouracher l’un de l’autre et comme le propos du film est plutôt sombre, on se doute depuis le départ que tout cela finira mal… ou, tout du moins, qu’il n’y aura pas de happy-end à l’américaine. Mais peu importe, malgré ce côté désespéré, ce côté perdu d’avance et souvent glauque, on rentre dans l’intrigue et on se plait tout de même a espéré avant de se dire que, de toutes façons, c’était couru… Mais bon, les acteurs sont excellents, le propos souvent juste et même les petits interludes musicaux sont appréciables, alors, on savoure ce Head On comme il se doit même si on ne peut s’empêcher de se dire qu’ensuite, il serait temps de passer à un truc un peu plus joyeux…


Points Positifs :
- Le cinéma germano-turc nous livre de belles petites pépites de temps en temps et nous en avons une fois de plus la preuve avec ce Head On certes désespéré au possible mais terriblement touchant.
- De bons, que dis-je, de très bons acteurs, en particulier les deux principaux, Birol Ünel et Sibel Kekilli, deux paumés que tout oppose et qui finiront pourtant par s’apprécier, s’aimer et… bon, je vous laisse découvrir la fin.
- C’est un peu idiot dit comme ça, mais bon, les histoires d’amour, même qui ne marchent pas, donnent souvent de bons films ; d’ailleurs, peut-être même que ce sont celles qui sont voués à l’échec qui sont les meilleures.
- Un film sur la communauté turc en Allemagne, mine de rien, ça apporte une petite touche d’exotisme au public français qui se demande pourquoi ici, des films équivalents n’existent pas ou, tout simplement, ne sont pas aussi bons !?
- Les petits interludes musicaux qui jalonnent le film sont sympathiques.

Points Négatifs :
- C’est tout de même très sombre comme histoire et ça donne par moment l’impression que quoi qu’ils fassent, les protagonistes ne s’en sortiront pas ou n’ont pas le droit au bonheur.
- Je reconnais que si on enlève le fait que les héros font partie de la communauté turc en Allemagne, avec tout ce que cela entraine, force est de constater que nous avons là une histoire d’amour qui finira mal comme il en existe des tas ; bref, rien de bien original.
- Certaines scènes sont d’une violence extrême et pourront gêner pas mal de personnes ; idem pour ce qu’il en est de certaines scènes de sexe.
- Head On est un peu trop prévisible et on comprend dès le départ que notre sympathique vieux punk va tomber amoureux de la belle jeune fille, que cela tournera mal et que cette histoire d’amour est vouée à l’échec.

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...