dimanche 19 mai 2013

PROMÉTHÉE – LE SARCOPHAGE



PROMÉTHÉE – LE SARCOPHAGE

13 h 13 min – 21 Septembre 2019 : La navette Atlantis disparaît mystérieusement des écrans de contrôle lors de son dernier vol.
13 h 13 min – 22 Septembre 2019 : Toutes les montres et les horloges de la planète s’arrêtent. Au même moment, le mécanisme d’Anticythère, un étrange astrolabe datant de la Grèce Antique, se met en marche alors qu’aucun scientifique n’était parvenu à le déclencher jusqu’à présent.
13 h 13 min – 23 Septembre 2019 : La navette Atlantis réapparaît et atterrit à Cap Canaveral, un survivant est à bord : le commandant de la mission, en état de choc au milieu des cadavres déchiquetés du reste de l’équipage.
13 h 13 min – 24 Septembre 2019 : Un sous-marin nucléaire américain capte l’écho sonar d’un U-boat de l’armée allemande disparu soixante-huit ans plus tôt...Un chalutier voit apparaître devant lui la monumentale coque du Titanic, disparu au même endroit, à 650 km au Sud-Est de Terre-Neuve.
Arsenal maritime de Philadelphia, 1943. Derrière l’immense baie vitrée du laboratoire, Albert Einstein observe avec attention l’USS Eldridge, un des fleurons de la marine des Etats Unis. Ses collaborateurs attendent fébrilement un signal. Un hochement de tête. Une main ferme sur un levier de commande. Une décharge électrique d’une intensité phénoménale. Un éclair incandescent et l’ensemble des observateurs voient disparaitre sous leurs yeux ébahis, le colossal bateau. Einstein est ravi : le navire s’est volatilisé. Tout semble avoir fonctionné comme il l’avait prévu. Enfin presque, puisque la dématérialisation du bâtiment de guerre semble n’avoir fait aucun rescapé… Base de Camp Hero, 1983. Une unité spéciale de l’armée est à pied d’œuvre : elle évacue du bâtiment principal les corps sans vie des centaines de « cobayes » humains qu’un bain d’acide devrait faire disparaitre définitivement. On s’évertue ensuite à rendre totalement hermétique l’édifice devenant de fait un véritable sarcophage... 2019, Jacksonville, Floride. Jeff Spaulding rencontre sur le pouce un vieil ami de la NASA. Il tente ainsi d’en savoir un peu plus sur le mystère de la mission Apollo XX et sur l’étonnant silence autour du seul rescapé. Il voudrait aussi qu’il confirme l’intervention régulière d’extraterrestres dans plusieurs événements et en particulier leur implication dans les récentes catastrophes « de 13h13 ». Son ami reste cependant muet. Il l’invite simplement à aller faire un petit tour du coté de Camp Hero.

Peu à peu, nous approchons de la moitié de cette année 2013 et il me semble pour le moins évidant que la bande dessinée qui se démarque le plus, et ce, malgré une concurrence féroce, des autres est indéniablement Prométhée de Christophe Bec, car si la lecture du premier tome de cette saga fut lu en octobre 2012, les autres volumes, eux, s’enchaînent a raison de, environ, un par mois en moyenne depuis le début de cette année – au point même que j’en soit venu a quasiment délaisser toutes nouveautés, remettant celles-ci a plus tard. Il faut dire, pour expliquer cela, que j’ai particulièrement accroché à cette série et que, même si l’on peut trouver qu’elle est pour le moins particulière de par sa structure, je la trouve tellement captivante qu’il est, du coup, fort difficile de s’en passer ; ainsi, à chaque fois, lorsque s’achève un volume de celle-ci, la seule chose que l’on souhaite, c’est de connaitre la suite le plus rapidement possible. Du coup, comment ne pas louer son auteur principal, Christophe Bec, pour avoir réussi un tour de force loin d’etre évidant ; après tout, des séries a rallonge, on en connait d’autres, mais des aussi intéressantes, c’est plutôt chose rare dans le petit univers de la bande dessinée. De même, en temps normal, je suis le premier à critiquer les auteurs et éditeurs lorsque, pour de simples raisons mercantiles, ils augmentent le nombre de tomes d’une série afin de la rentabilisée au maximum, et ce, bien souvent au détriment de celle-ci, or, ici, si ce fait ne peut etre nier, force est de constater que cela fonctionne plutôt bien et que même si certains peuvent regretter cette façon de faire, pour le moment (j’ai lu cinq tomes, sept sont sortis, un huitième bientôt), ne pèse aucunement sur la qualité intrinsèque d’une série toujours aussi bonne depuis ses débuts. Mais bon, nous ne sommes pas là pour parler de Prométhée, la série, mais de son cinquième tome, et, justement, il est temps de s’y atteler.


Intitulé Le Sarcophage, ce cinquième volume de Prométhée reste, bien évidemment, dans la grande tradition de la série : au bout de cinq volumes, l’amoureux de cette BD est en terrain connu et s’est depuis longtemps habitué à la façon de procédé de l’auteur, qui, une fois de plus, ne distille que petit à petit ses avancées scénaristiques et se plaisant a complexifier davantage une intrigue générale qui met en avant tout un tas de protagonistes différents et qui ne se connaissent pas (par moments même, séparées par des centaines voire des milliers d’années) et dont on se doute bien qu’a un moment ou un autre, l’on connaitra le lien qui les unis tous. Bref, pour ce qui est de la trame de fond, rien de nouveau ou presque sous le soleil : avides de connaitre la suite, l’on se jette sur ce nouvel album, on le dévore tout en étant captiver par l’intrigue, puis, arrivé au bout, on se rend compte qu’on est encore plus embrouiller qu’avant et que, non seulement le scénario n’a pas vraiment avancé, mais que, oh surprise, on est encore plus pressés de connaitre la suite ! Pourtant, ce cinquième tome, au vu de ses prédécesseurs, sort un peu des sentiers battus…


Bon d’abord, Bec ayant définitivement abandonné les pinceaux, nous retrouvons donc Stefano Raffaele pour ce qui est de la trame narrative principale, c’est-à-dire, l’enquête de Jeff Spaulding qui représente le gros de ce cinquième tome, mais aussi, et là, c’est plus surprenant, cinq autres dessinateurs – Peynet, Demarez, Vax, Ruizge et Ferniani – chacun d’eux suivant leurs propres intrigues parallèles. Cette façon de procédé pourrait etre pour le moins discutable, d’ailleurs, je ne m’en cache pas : en tant qu’ancien amateur de Comics, j’ai toujours détesté ces bande dessinées a dessinateurs multiples. Pourtant, et même si je suis très loin d’etre fan de la chose, force est de constater que malgré le fait que le travail artistique sur ce cinquième volume ait été effectué à douze mains, la plus part du temps, et en dehors de quelques pages, cela ne dénote pas trop, probablement parce que les styles sont plus ou moins proches. Enfin bon, certes, ce n’est pas trop gênant mais quoi qu’il en soit, j’espère que les prochains albums ne seront pas tous de la sorte pour ce qui est des dessins car si avec deux ou trois dessinateurs, cela peut encore passé, six, cela commence à faire beaucoup. Et puis, vu que je regrette les débuts avec Bec, cela n’arrange pas forcément les choses.


Mais ce n’est pas tout, l’autre nouveauté est plus d’ordre scénaristique, moins visible, et pourtant, pour le moins importante lorsqu’on y pense : en effet, et pour la première fois depuis les débuts de la saga, nous n’avons droit à aucune catastrophe : les nombreux protagonistes discutent entre eux, se déplacent pas mal – surtout notre ami Jeff Spaulding – et l’on apprend encore un nombre pour le moins conséquent de complots et autres phénomènes fantastiques, mais, sans le fer de lance de cette série, je veux bien évidement parler des fameux phénomènes qui se déroulent quotidiennement à 13 h 13 min depuis le 21 septembre 2019. Mais alors, ceux-ci ont-ils donc pris fin ? En fait, pas le moins du monde car en fait, si une fois de plus, il se passe tout un tas d’événements dans ce cinquième volume de la série (les plus marquant étant, cette fois ci, la fameuse expérience de Philadelphie sensée avoir eu lieu en 1943 et où un navire de la marine américaine aurait disparu avant de réapparaitre plus tard, mais aussi, la mention du non moins célèbre Projet Blue Book), ceux-ci ont lieu avant la fameuse heure fatidique ; une première donc, un peu perturbante d’ailleurs, mais qui renforce l’impression que j’ai eu que nous avions droit ici à un tome de transition, certes qui n’a pas à rougir de ses prédécesseurs, mais de transition tout de même.


Mais qui dit tome de transition dit que la suite risque de relancer grandement une série qui pourtant, de mon point de vu, avait déjà atteint des sommets scénaristiques pour le moins excellents, bref, cela promet grandement pour la suite… du moins, si celle-ci est à la hauteur car la problématique principale d’une série comme Prométhée, c’est que si l’on part du principe que l’on peut parfaitement admettre que son auteur souhaite prendre son temps et ne faire avancer sans scénario qu’au compte-goutte, et cela, sans rien dévoiler des fort nombreuses énigmes qui le parsèment, il faut un final tout bonnement grandiose, un final qui, parfaitement maitriser et réussi, viennent justifier que l’on s’en soit taper douze (il en est prévu treize tomes au total) avant, et surtout, douze où l’on ne peut pas dire que ça bougeait énormément avant… Bref, c’est une sacrée prise de risque pour Christophe Bec que cette façon d’agir car au final, lorsque sortira finalement cet ultime tome de Prométhée, selon qui justifie nos attentes ou pas, nous pourrons passer d’une série géniale a un parfait plantage… mais bon, non seulement, nous n’en sommes pas encore là, et puis, quelque part, je préfère etre optimiste, persuader que je suis que Christophe Bec sait parfaitement jusqu’où il va nous amener… 

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...