mercredi 22 août 2012

BLEACH : RIGHTARM OF THE GIANT



BLEACH : RIGHTARM OF THE GIANT

Adolescent de quinze ans, Ichigo Kurosaki possède un don particulier : celui de voir les esprits. Un jour, il croise la route d'une belle Shinigami (un être spirituel) en train de pourchasser une « âme perdue », un esprit maléfique qui hante notre monde et n'arrive pas à trouver le repos. Mise en difficulté par son ennemi, la jeune fille décide alors de prêter une partie de ses pouvoirs à Ichigo, mais ce dernier hérite finalement de toute la puissance du Shinigami. Contraint d'assumer son nouveau statut, Ichigo va devoir gérer ses deux vies : celle de lycéen ordinaire, et celle de chasseur de démons... Voilà un tome qui dévoile un duel passionnant entre notre héros, Ichigo Kurosaki et Ishida Uryû (Quincy, soit de simples mortels dont la puissance spirituelle ou reiutsu est plus qu’au-dessus de la moyenne). Ishida défit Ichigo…le but ??? Tuer le plus de Hollows, grâce à un appât dispersé dans l’air. Cependant ce duel est extrêmement dangereux. Certaines personnes innocentes sont impliquées. C’est lors de ce combat que Chad et Inoue se découvre des pouvoirs inconnus et assez surnaturels. D’où le titre de « rigth arm of the giant », le bras droit du géant ... Comment se finira cette aventure ?? Nos amis viendront-ils à bout des Hollows ??...


Avant de rentrer dans le vif du sujet, c’est-à-dire, comme vous vous en douter, la critique de ce cinquième tome de Bleach, une petite précision s’impose selon moi : vu le nombre plus que conséquent de volumes parus à ce jour de cette série – de mémoire, une quarantaine sont sortis en France – et vu que ce n’est toujours pas finis, mais aussi, car cela est valable pour quasiment tous les mangas, vu que, si jamais je souhaites me taper toute la série, il me semble que je me dois de vous prévenir que les critiques à venir – y compris celle-ci, donc – seront beaucoup plus courtes que celles que j’ai l’habitude de publier sur ce blog pour ce qui est des autres œuvres (cinéma, romans, autres bande dessinées, jeux vidéo, musique etc.). Ceci n’a strictement rien à voir avec le fait que les mangas ne méritent pas autant que les autres genres, qu’ils leurs sont inférieurs, non, loin de là une telle idée. La problématique est tout autre : comme je vous l’ai dit, la plus part de ces séries – ici, c’est Bleach qui nous intéresse mais cela vaut pour d’autres titres que j’ai dans ma bibliothèque comme Ken le survivant, GTO, Angel Sanctuary ou Akira et que je relirais bien, un jour ou l’autre – durent 15, 20, 30 tomes voir plus parfois, et sincèrement, je ne me vois pas m’investir comme je peux le faire pour un film ou un roman pour chacun d’entre eux ; par manque de temps, et, je ne m’en caches pas, par manque de motivation également. Ceci étant dit, et je pense que cela était nécessaire, il est temps, donc, de nous intéresser – rapidement – a ce cinquième tome de l’une des séries les plus populaires de ces dernières années, je veux bien évidement parler de Bleach !


Autant le volume précédant, Quincy archer hates you, avait atteint des sommets de l’absurde avec une intrigue littéralement et ouvertement tournée vers l’humour avant toute chose, autant ce cinquième tome des aventures de notre apprenti Shinigami, le jeune et rouquin Ichigo Kurosaki, intitulé Rigth arm of the giant en est à mille lieux, cela, particulièrement de part une ambiance, autrement plus violente et dramatique ; en effet, ici, le scénario s’assombrit de nouveau avec l’apparition d’un nouveau personnage, le ténébreux et mystérieux Ishida Uryû, déjà entraperçue dans la couverture du volume précédant (sur ce point, je trouve tout de même un peu ridicule que les couvertures de la série ne correspondent pas vraiment avec leur contenu, mais bon, c’est mon côté rabat-joie qui veut cela), et la découverte que les fameux Shinigami ne sont pas les seuls a lutter contre les âmes perdues des Hollows : ils ont des rivaux, les Quincy, aux méthodes autrement plus expéditives et la rencontre des deux adolescents est pour le moins radicale et provoque un envahissement d’un quartier de Tokyo par les Hollows, rien que ça ! Du coup, ce qui prime avant tout dans ce cinquième tome, ce sont les combats, nombreux, la violence, extrême et qui touche bon nombre de « têtes » connues, mais aussi, les nombreuses révélations et autres surprises qui jalonnent les pages de celui-ci : en effet, on s’aperçoit que ce brave Ichigo possède décidément un entourage pour le moins singulier puisque tout le monde, ou presque, possède un pouvoir. Un peu tiré par les cheveux tout ceci, et même bien pratique, mais bon, ça fonctionne tout de même ; comme quoi, les vieilles ficelles, si elles ne sont pas géniales en soit, ça peut avoir du bon, même si j’aurais préféré davantage d’originalité vu comment ces révélations ont été amenés.


Quoi qu’il en soit, Rigth arm of the giant, n’en reste pas moins un bon tome, d’intérêt égal à ses prédécesseurs, et maintient la série, jusque-là plutôt bonne, toujours au même niveau d’intérêt. Bleach, dont j’ai lu le premier tome du manga il y a un peu plus d’un an mais que j’avais découvert, bien avant, dans sa version animé sur une chaine de la TNT, sans etre un manga franchement original, n’en est pas moins – enfin, pour ce quand j’ai lu – de bonne facture et plaira sans aucun doute aux amateurs du genre. Tous les éléments – personnages jeunes qui deviennent de plus en plus forts à force d’affronter des adversaires de plus en plus… je vous le donne dans le mille… fort, héros charismatiques, ambigus, humour, moments plus dramatiques – habituels sont présents et, ma fois, plutôt bien utilisés. Certes, l’on pourra me rétorquer que tout cela n’a franchement rien de nouveau et que c’est du vu et du revu, mais bon, même si c’est le cas, je trouve que cette série a un petit je ne sais quoi de plus que les autre qui fait que j’accroche bien à son univers, ses personnages et son humour. Maintenant, la grande question va etre de savoir s’il va me falloir encore un an pour que je m’attaque au sixième tome !? Surtout que, contrairement à l’année dernière, cette fois-ci, je ne l’ai pas cette fameuse suite ; enfin, j’espère etre bien plus rapide… non seulement, Bleach est une série que j’aime bien, mais en plus, vu l’énorme retard que j’ai pris sur son rythme de parution, je vais en avoir pour des décennies pour le rattraper !

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...